Archives of the digital

Studies in Communication and Culture, Volume 8, n° 1, Avril 2017. Coord. de Hermann Rotermund et Christian Herzog.

Table of Contents

Archives of the digital (Hermann Rotermund and Christian Herzog)

The material of memory : Tracing archives in communication studies (Scott Timcke)

Concepts of the database in comtemporary media practice (Ruth Alexandra Moran)

On the impossibility of archiving the radio and its virtues (Wolfgang Hagen)

Lossless compression and future of memory (Marek Jancovic)

Re-using the archive in viceo posters : A win-win for users and archives (Willemien Sanders and Mariana Salgado)

Searching for D-9.com in the archives. An archeology of a film’s website (Kim Louise Walden)

AAC French Journal for Media Research: « Le web 2.0 : lieux de perception des transformations des sociétés »

Coordination : Léda Mansour, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, France

Ce numéro accueille des études de cas particuliers dans le web, analysant et décrivant des phénomènes peu ordinaires et nouveaux afin de saisir les transformations des sociétés. Le choix du web comme lieu de perception des transformations est fortement lié à sa capacité à représenter un terrain de recherche rempli de sources plurielles, diverses et parfois opposées en termes sociologiques.

Lire la suite de l’appel et les modalités de soumission

Entretien avec Christophe Wolfhugel du 28 juillet 2017

Dans cet entretien, Christophe Wolfhugel revient sur son parcours et sa découverte des réseaux, son souhait de casser le monopole sur les Newsgroups de Fnet en France, la création du premier serveur IRC en France, des groupes Usenet fr. et de leurs prédécesseurs, la fondation d’Oléane ou encore son investissement dans l’AUI (Association des utilisateurs d’Internet). Un témoignage riche autant pour découvrir le tournant de la décennie 1990 que le monde des premiers FAI et le développement des échanges en réseaux hors de la sphère des laboratoires.

Un « bouquet de rapports »

Au plus haut niveau de l’État, c’est en 1997 qu’est explicitement exprimée la volonté de prendre un virage vers Internet, avec le discours d’Hourtin de Lionel Jospin à l’université d’été de la communication. Toutefois, avant même que l’on ne parle dans le grand public français d’Internet et du Web, l’État engage une analyse de ce qui se nomme alors « les autoroutes de l’information », dans le sillage des discours états-uniens. Signe toutefois de l’héritage historique, c’est à un ancien Directeur général des télécommunications (1974-1981), Gérard Théry, un des artisans du développement du Minitel, qu’est confiée en février 1994 cette réflexion. Parallèlement, Thierry Breton, alors chez Bull, explore les téléservices et l’impact sur les emplois qu’ils pourraient susciter. Le rapport Théry pose les premiers jalons d’une prise de conscience des enjeux à venir. Il reste toutefois très critique à l’égard d’Internet.

Mais, ce sont surtout les années 1996 et 1997 qui sont le signe d’une véritable frénésie, liée en partie au démarrage des actions en justice, tandis que fleurit un « bouquet de rapports », selon la formule du site Adminet.

Voir le PDF : Un bouquet de rapports

Entretien avec Pierre Beyssac du 20 juillet 2017

En ce mois de juillet  2017, les entretiens se multiplient pour notre plus grand plaisir. Après celui avec messieurs de Maublanc et Haladjian, c’était au tour de Pierre Beyssac de venir éclairer notre histoire. De sa découverte de l’informatique et des réseaux, de Usenet ou de  Fnet à la création de Gandi, il revient pour nous sur tout un pan du développement des réseaux, d’Internet puis du Web en France.

 

Anonymat sur Usenet : débats, acteurs, enjeux

Les années 1990 ont vu une utilisation croissante des Newsgroups, qui permettent notamment aux premiers passionnés de communication en réseau d’échanger. Il est ici question d’observer quelques débats sur les Newsgroups français concernant l’anonymat sur Internet dans la décennie 1990 jusqu’en 2002.

Anonymat

D’après Adeline Hérault et Pierre Molinier (2009), la raison principale de l’utilisation de l’anonymat sur internet est « un facteur de désinhibition, plus qu’une ouverture sur une vie complètement imaginaire » . Valérie Baudouin, Julia Velkovska (1999) et Anne Revillard (2000) soutiennent que l’anonymat est ainsi synonyme de liberté car il suscite moins d’engagement, mais crée des relations plus impersonnelles et superficielles, car il ne permet pas une construction ordinaire de l’identité de son correspondant.

Toutefois dans les newsgroups à l’origine la norme était plutôt de donner son vrai nom, les utilisateurs n’étant qu’un nombre restreint de passionnés. Certaines personnes utilisent certes déjà des pseudonymes mais à partir de 1993 aux Etats-Unis avec un accès aux newsgroups par l’intermédiaire l’AOL, déferlent les newbies ce qui change la dynamique des forums. Ces nouveaux venus ne sont pas rodés aux conventions des forums. Les personnes utilisant des pseudonymes sont celles qui auraient d’ailleurs plus tendance à négliger la Nétiquette (en crosspostant, en spammant, en faisant des fautes d’orthographe, en utilisant des majuscules, etc.) et de ce fait à déranger les autres utilisateurs. La communauté d’habitués, les « dinosaures de Usenet », ainsi que d’autres utilisateurs respectueux des normes associent ainsi anonymat et irresponsabilité. Beaucoup sont pour cette raison contre l’anonymat. Celui-ci décrédibilise et donne une impression de malhonnêteté. Pourtant, comme l’indique Patrick Schmoll (2001), il est aussi revendiqué comme une liberté personnelle, parfois par les mêmes utilisateurs qui le conteste.

Aux vues des conversations dans les newsgroups, les utilisateurs distinguent deux niveaux d’anonymat. Dans une conversation datant de 2002 sur groups.google.com dans fr.usenet.divers «anonymat sur usenet», il est question d’anonymat relatif et d’anonymat dur. Le premier correspond au fait de ne pas dévoiler sa vraie identité aux autres utilisateurs, tout en étant toujours identifiable auprès des FAI. Certaines personnes, comme JC Amy dans fr.misc.droit «Sur l’anonymat» du 19.10.1998, ne sont pas contre l’anonymat relatif, et l’usage de noms de plumes, tant que l’individu concerné est identifiable en cas de délit. Comme remarqué précédemment, ce type d’anonymat n’est pas très apprécié de la part des habitués, mais est toléré. L’anonymat dur est considéré comme tel lorsque même les FAI n’ont pas les moyens de retrouver l’identité réelle d’un utilisateur. Ce dernier niveau d’anonymat pose problème, car il est assimilé à des activités criminelles.

« L’anonyme, le vrai, c’est le type qui lance un ordre d’annulation de vos articles, un spam, un article contraire à une législation ou aux règles de savoir-vivre communément admises en s’arrangeant pour qu’on ne puisse pas le retrouver. »

Lire la suite