Archive Everything

In Archive Everything, Gabriella Giannachi traces the evolution of the archive into the apparatus through which we map the everyday. The archive, traditionally a body of documents or a site for the preservation of documents, changed over the centuries to encompass, often concurrently, a broad but interrelated number of practices not traditionally considered as archival. Archives now consist of not only documents and sites but also artworks, installations, museums, social media platforms, and mediated and mixed reality environments. Giannachi tracks the evolution of these diverse archival practices across the centuries.

Archives today offer a multiplicity of viewing platforms to replay the past, capture the present, and map our presence. Giannachi uses archaeological practices to explore all the layers of the archive, analyzing Lynn Hershman Leeson’s !Women Art Revolution project, a digital archive of feminist artists. She considers the archive as a memory laboratory, with case studies that include visitors’ encounters with archival materials in the Jewish Museum in Berlin. She discusses the importance of participatory archiving, examining the “multimedia roadshow” Digital Diaspora Family Reunion as an example. She explores the use of the archive in works that express the relationship between ourselves and our environment, citing Andy Warhol and Ant Farm, among others. And she looks at the transmission of the archive through the body in performance, bioart, and database artworks, closing with a detailed analysis of Lynn Hershman Leeson’s Infinity Engine

Gabriella Giannachi, Archive Everything. Mapping the Everyday, The MIT Press, 2016.

Big Data, Little Data, No Data. Scholarship in the Networked World

9780262529914Abstract: “Big Data” is on the covers of Science, Nature, the Economist, and Wired magazines, on the front pages of the Wall Street Journal and the New York Times. But despite the media hyperbole, as Christine Borgman points out in this examination of data and scholarly research, having the right data is usually better than having more data; little data can be just as valuable as big data. In many cases, there are no data—because relevant data don’t exist, cannot be found, or are not available. Moreover, data sharing is difficult, incentives to do so are minimal, and data practices vary widely across disciplines.

Borgman, an often-cited authority on scholarly communication, argues that data have no value or meaning in isolation; they exist within a knowledge infrastructure—an ecology of people, practices, technologies, institutions, material objects, and relationships. After laying out the premises of her investigation—six “provocations” meant to inspire discussion about the uses of data in scholarship—Borgman offers case studies of data practices in the sciences, the social sciences, and the humanities, and then considers the implications of her findings for scholarly practice and research policy. To manage and exploit data over the long term, Borgman argues, requires massive investment in knowledge infrastructures; at stake is the future of scholarship.

En savoir plus sur Christine Borgman, Big Data, Little Data, No Data. Scholarship in the Networked World, The MIT Press, 2015.

Dossier RESET 6 : Patrimoine et patrimonialisation numériques

Francesca Musiani et Valérie Schafer (coord.) ainsi que les comités et équipes de RESET (Recherches en sciences sociales sur Internet) sont heureux de vous annoncer la parution du numéro 6 de la revue, dont le dossier est consacré à la thématique : Patrimoine et patrimonialisation numériques.

Que nous disent  le patrimoine numérique et la patrimonialisation du numérique sur le rapport de nos sociétés à leur patrimoine et au numérique ? Que se passe-t-il quand on ne se contente plus de « numériser » la culture mais qu’elle est « d’emblée numérique » ? Quelles sont les conséquences sur le patrimoine, et sur ses usages – sociaux, culturels, politiques, économiques et scientifiques ? 

Disponible en ligne en texte intégral (http://reset.revues.org/770), ce numéro vous invite à découvrir quelques-unes des réponses apportées par les auteurs à ces questionnements, notamment au moyen d’analyses empiriques. 

Sommaire 
 
Francesca Musiani et Valérie Schafer

 

Fannie Valois-Nadeau – Rethinking heritagization through the digitization of familial archives. The case of Léo Gravelle’s website

Enrico Natale- Les médiations numériques du patrimoine. Le cas du centenaire de la Première Guerre mondiale 

Sophie Gobeil – La patrimonialisation numérique des mémoires de l’immigration maghrébine en France dans les années 2000

Camille Paloque-Berges – Vers des lieux de mémoire réticulaires ? Construire un patrimoine de la communication des sciences et des techniques du numérique 

Perspectives

Mélanie Dulong de Rosnay et Andres Guadamuz – Memory Hole or Right to Delist? Implications of the Right to be Forgotten for Web Archiving

Rolf H. Weber et Lennart Chrobak – Legal Implications of Digital Heritagization
Implications juridiques de la patrimonialisation numérique

AOIR Pre-conference – 404 History Not Found: Challenges in Internet History and Memory Studies

aoir2016AoIR routinely hosts several preconference workshops before the main conference. Attendees must register to attend a preconference; the price of the preconference is included as part of the main conference. All workshops will be held on October 5th.

 

voir la liste des pré-conférences 

Parmi elle celle organisée par Camille Paloque-Bergès (HT2S Cnam, membre de Web90 ) et Kevin Driscoll (University of Virginia):

404 History Not Found: Challenges in Internet History and Memory Studies

How did the Internet become relevant in today’s culture and politics? How were its codes and rules—whether technical, social or cultural—constructed, challenged, and normalized? How did net culture become a mass phenomenon of global importance? To understand why and how the “Internet rules” today, it is essential that we look back at the internet’s past. In this pre-conference, we will discuss the specific theoretical and methodological challenges that arise in the study of the internet through time and memory, for purposes of both historiography (what net histories and how?) and epistemology (net histories as an object of media research). Attendees will be invited to participate in three hands-on, interactive sessions organized around issues, sources and methods fundamental to researching net diachronicity.

Net history survives in unexpected places, unfolding through time and space, collapsing in on the present. The artifacts that surface may be incomplete or inscrutable absent their original contexts, requiring us to borrow creatively from other fields and develop new historical methods (Ankerson, 2011; Brügger & Finnemann, 2012; Paloque-Berges, 2016). From formal archives and oral histories to lingering web sites, software, and hardware artifacts, the material evidence of the past suggests a diversity of social, temporal, and technical regimes. Indeed, recent scholarship on early networks reveals a greater range of experiences, technologies, norms and motivations than is found in best-known histories of the internet (Brammer, 2015; Brunton, 2013; Driscoll, 2014; Hargadon, 2011; Mailland, 2015; Paloque-Berges, 2011; Rankin 2014, 2015; Russell, 2014; Russell & Schafer, 2014; Schafer & Thierry, 2012; Schulte, 2013; Streeter, 2011). In their wake, we question how to make sense of conflicts and contradictions while respecting the subjective lived experiences of individual participants. What is our responsibility to find and document hidden histories, obscure sources, and less visible networks? How will a richer understanding of the internet’s past change how we engage with its present and imagine its future?

This pre-conference will include three workshop sessions organized around core research challenges in net history: (1) epistemology, (2) sources and methodology, and (3) mediation and transmission. Selected participants, rather than present whole case studies, will intervene on specific challenges—for instance: theoretical paradoxes or deadlocks, methodological problem-solving, and demonstrations of born-digital artifacts. The audience will be involved by taking positions, suggesting ad-hoc solutions, and identifying common themes.

(…) This pre-conference will be a full-day workshop facilitated by Kevin Driscoll and Camille Paloque-Berges with support from the Agence Nationale de la Recherche project Web90. The discussions and hands-on activities will be accessible to all AOIR attendees but will be especially engaging for researchers encountering issues of temporality, memory, nostalgia, or a need to “go back in time” in their own work.

En savoir plus 

 

 

Pérenniser l’éphémère

Capture d’écran 2016-05-03 à 11.56.12ARCHIVAGE ET MÉDIAS SOCIAUX, Louvain-la-Neuve, 9 et 10 mai 2016, 16e Journées des archives.

Commentaires, textes, photos et vidéos postés et relayés sur les médias sociaux : l’archiviste se retrouve aujourd’hui confronté à une forme volatile du document. Sous le titre Pérenniser l’éphémère : archivage et médias sociaux, cette 16e édition des Journées des archives se concentrera sur la question de la collecte et de l’archivage de ces nouvelles formes d’expression. Résolument tourné vers un public de chercheurs et de praticiens du secteur des archives et de la gestion documentaire, le colloque a pour ambition de démythifier ce nouvel avatar, en comprendre les mécanismes de diffusion, mais aussi d’envisager les stratégies de collecte et de pérennisation de cet éphémère.

Brochure_Programme_JDA2016-2

AAC XXè Congrès de la SFSIC : Temps, temporalités et information-communication

sfsic

Le délai de dépôt des propositions sur la plateforme est repoussé au 12 janvier minuit. Invité d’honneur:  Hartmut Rosa.

voir l’AAC du Congrès de la SFSIC qui se tiendra à Metz, les 8, 9 & 10 juin 2016.

Les nouveaux loups du Web

Capture d’écran 2016-01-05 à 16.14.53« Les Nouveaux Loup du Web » est un documentaire, et plus précisément la version française du documentaire « Terms and Conditions May Apply », qui démontre ce que les entreprises et les gouvernements peuvent apprendre sur vous au travers de votre vie numérique, le plus souvent à partir d’informations confiées volontairement à des services en ligne.

En savoir plus sur le site de Framasoft 

Quand la communication devient patrimoine…

Camille Paloque-Berges, Valérie Schafer, Quand la communication devient patrimoine, Hermès 71, 2015, pp. 255-262
Capture d’écran 2015-05-27 à 14.10.59Si la communication a connu une patrimonialisation en amont du numérique, le patrimoine nativement numérique (ce que les Anglo-Saxons qualifient de Born Digital Heritage) défini par l’Unesco en 2003, semble en élargir les contours, le périmètre, les acteurs, en prenant en compte des formes plus triviales et des composantes plus « ordinaires ». Nous entendons montrer en quoi le XXème siècle a préparé le terrain de cette évolution, symptôme de l’intérêt contemporain grandissant pour l’objet communicationnel.

Les traces de la dispersion

REMI_303_L204Les traces de la dispersion | Revue européenne des migrations internationales vol. 30, n°3-4, 2014

Ce dossier, sous la direction de Dana Diminescu, William Berthomière, Emmanuel Ma Mung et Véronique Petit, ouvre de nombreuses pistes de réflexions sur la question des traces numériques.

Pour une présentation du dossier voir l’éditorial de Dana Diminescusociologue, enseignant-chercheur à Telecom ParisTech, SES-I3 (UMR 9217), directrice scientifique du programme Migrations&Numérique à la FMSH.

Quelques notes sur l’ère du Paléo-Digital (Bnf, 6 mai 2015)

La rencontre L’ère du Paléo-Digital, organisée par Christophe Bruno, Chrystelle Desbordes et Emmanuel Guez, sur une invitation de Marie Saladin (Bnf), mêlait artistes, enseignants-chercheurs et archivistes, réflexions théoriques et méthodologiques, démonstrations et installations autour de l’art numérique et des relations entre art, archéologie et numérique.

Comment conserver l’art numérique? Et les matériels qui le voient naître? Faut-il un traitement au cas par cas des oeuvres d’art numériques ou peut-on mettre en place des dispositifs systématiques de conservation ? Telles étaient quelques-unes des questions soulevées en ouverture, avant la présentation de Christophe Bruno.

Unknown

Celui-ci, organisateur des deux rencontres précédentes (en 2012 sur le détournement et le hack puis sur la cartographie de l’invisible en partenariat avec la Gaîté Lyrique), a rappelé les nombreuses ramifications de l’histoire des médias, la manière dont elle réinterroge la relation entre analogique et numérique, entre ancien et nouveau, entre vagues rapides et obsolescence, ainsi que la place que le bug peut occuper dans cette analyse, comme trace de la frontière entre couches analogiques et digitales.

41Yvq6-fOJL._SL500_SR65,100_

Interrogeant le courant post-Internet, mouvance artistique diffuse depuis 2010 qui, à l’instar du projet Image Object, propose des aller-retour entre analogique et digital, il s’est aussi intéressé à la mort des oeuvres numériques: faut-il leur appliquer un acharnement thérapeutique ou accepter leur disfonctionnement ultime?

Emmanuel Guez a ensuite présenté les fondements de l’art média-archéologique, en s’appuyant à la fois sur l’historiographie et sur son expérience et les ambitions de l’équipe PAMAL de l’Ecole Supérieure d’Art d’Avignon.

Lire la suite

Digital Methods Summer School 2015

Call for Participation: Digital Methods Summer School 2015
Post-Snowden Media Empiricism and Secondary Social Media: Data Studies Beyond Facebook and Twitter
University of Amsterdam, 29 June – 10 July 2015

Deadline for applications: 23 April 2015

Lire la suite

Journée d’étude Attention(s) aux internautes, 11 mai 2015, ISCC

Attention(s) aux internautes
Des années 1990 à aujourd’hui.

Des pop-up à l’économie de l’attention, du nommage aux profils, de la naissance du Web aux traces post-mortem.


Lundi 11 mai 2015
9h – 17h30

A l’Institut des sciences de la communication
20 rue Berbier-du-Mets 75 013 Paris
Métro ligne 7 ou bus 27, 47, 83, 91 (Les Gobelins)


Journée co-organisée par le projet Web90 (ANR-14-CE29-0012-01), l’ANR ENEID, les séminaires « Identités numériques » et « Histoires de l’Internet » du pôle Trajectoires du numériques de l’ISCC.

Entrée libre sur inscription auprès de valerie.schafer@cnrs.fr


3702725

Cette journée souhaite interroger les évolutions qui ont traversé le Web, ses usages et ses acteurs depuis les années 1990 autour de la thématique de l’attention. Du nommage au profilage, des compteurs et premières bannières à une véritable économie de l’attention et de la recommandation, des premières interfaces Web au développement du Web Design, des identités numériques en gestation jusqu’aux identités post-mortem, nous analyserons l’évolution de l’attention portée aux internautes, à leurs identités, à leurs expressions numériques et celle que l’on cherche à susciter de leur part. Plusieurs dimensions seront prises en compte et croisées qu’elles soient techniques, sociales, économiques, politiques, juridiques, éthiques ou encore cognitives.
Lire la suite