L’historien du Web: explorateur, navigateur ou butineur ?

Merci à Ian Milligan et Peter Webster pour leur invitation à présenter nos travaux et publier sur leur blog Web Archives for Historians

Appel à communication « Temps et temporalités du Web », Paris, 1er au 3 Décembre 2015

Si le fonctionnement en temps réel, la promesse de l’instantanéité et l’accélération continue des échanges sont des éléments récurrents des discours fondateurs sur les  « nouvelles technologies de l’information et de la communication », force est de constater que celles-ci n’ont aboli ni le temps ni l’espace.

Bien au contraire, les rapports différenciés au temps se sont multipliés et structurent l’expérience contemporaine du numérique : enchâssées dans la longue durée se succèdent les « révolutions » ininterrompues de la technique, tandis que dissimulée derrière l’éphémère du fil de discussion se cache la permanence des données répliquées, et derrière les soubresauts de la toile et des réseaux socionumériques la complexité de l’événement.

Ce sont ces temporalités variées que le colloque souhaite mettre en lumière et interroger, au travers de l’analyse du Web dans ses dimensions passées, présentes et futures, individuelles comme collectives, sociales tout autant que techniques, économiques et politiques. Il s’agira également de prêter une attention particulière aux pratiques qui, de l’hyperconnectivité à la cyberflânerie, des flux de données à l’archivage du Web, font de la toile une expérience nouvelle de la durée et de l’instant.

Cinq axes thématiques permettront à ce colloque interdisciplinaire, à l’initiative de l’équipe du projet Web90 (ANR-14-CE29-0012-01), d’aborder les temporalités propres au Web, celles qu’il induit et celles dans lesquelles il s’insère, dans une perspective diachronique alors que le Web fête ses 25 ans, mais aussi prospective.

Lire la suite

Google sonne l’alarme sur l’oubli numérique natif

 Vinton Cerf, « chief evangelist » et vice-président de Google célèbre notamment pour son travail fondateur sur les protocoles TCP-IP de l’Internet, lance un appel à considérer la tombée dans l’oubli des documents numériques natifs, mis en danger par l’obscolescence des supports informatiques.
« Piles of digitised material – from blogs, tweets, pictures and videos, to official documents such as court rulings and emails – may be lost forever because the programs needed to view them will become defunct, Google’s vice-president has warned. » Lire la suite sur The Guardian.
Les historiens de l’informatique débattent en ce moment même à propos de cet appel médiatisé qui pose des questions sur lesquels eux-mêmes travaillent, avec notamment les archivistes du numérique, depuis un certain temps : il peut être intéressant d’aller consulter les archives de la liste de discussion du groupe d’intérêt pour l’histoire de l’informatique de la Society for the History Of Technology (SHOT) qui garde la trace de ces conversations en cours (sous le « thread » intitulé « Google boss warns of ‘forgotten century’ with email and photos at risk »).

XXVI Conference of the International Association for Media and History

Extended Call for Papers: “Media and History Revisited”

Special Area: The Digital Archive and Historical Media Research

Indiana University (Bloomington, IN, USA), 17-20 June 2015

Papers are invited for the special area “The Digital Archive and Historical Media Research” at the XXVI IAMHIST (International Association of Media and History) Conference, to be held at Indiana University (Bloomington, IN, USA) on the theme of “Media and History Revisited.”

This area seeks paper and panel proposals on how the digitization of traditional archives and the emergence of online open-access archives has, is, and will continue to change the nature of historical media research. Themes to explore may include, but are not limited to:

* Research explicitly based on digital archives.
* Methodological and theoretical approaches to digital archives.
* Critical approaches to how the Digital Humanities as an inter-disciplinary field  continues to affect, expand and possibly also limit media historical research.
* Scholars and archivists involved in specific digital archive projects (archives, research tools, metadata) that are of interest to media historians are especially welcome to present their work and/or give thematic workshops.

Special areas CFPs of the 2015 conference: The Digital Archive and Historical Media ResearchMedia and Nostalgia

Closing date for proposals:  1 March 2015

Pour plus d’informations 

AAC Patrimoine et patrimonialisation numériques

Numéro de la revue RESET coordonné par Francesca Musiani (ISCC – CNRS, Paris-Sorbonne, UPMC) et Valérie Schafer (ISCC – CNRS, Paris-Sorbonne, UPMC)

DATE-LIMITE D’ENVOI DES PROPOSITIONS : 15 décembre 2014

homeHeaderTitleImage_fr_CA

 

 

La notion de « patrimoine numérique » promue par l’Unesco en 2003 dans sa Charte sur la conservation du patrimoine numérique désigne aussi bien le patrimoine numérisé que des ressources « d’origine numérique » (« qui existent uniquement sous leur forme numérique initiale »). Cette double acception implique d’emblée de penser le patrimoine numérique autant dans la continuité et la longue durée, que dans la rupture. Elle invite en effet à saisir en quoi le numérique peut faire patrimoine, mais aussi la manière dont le patrimoine est saisi par le numérique, et à prolonger des réflexions en sciences sociales sur la « question patrimoniale » (Amougou, 2004) et sur ce que constituent aujourd’hui la notion de patrimoine elle-même et sa « réinvention » (Bourdin, 1984).

La montée en puissance du « patrimoine numérique » appelle des enquêtes empiriques autant sur ses publics, existants ou souhaités, que sur ses instigateurs, ses producteurs, ses conservateurs et ses promoteurs. Celles-ci se doivent également d’interroger les institutions, les politiques publiques et privées, collectives et individuelles, de sauvegarde et d’archivage investies dans ce champ (Mussou, 2012). Les controverses que ces politiques suscitent (par exemple autour du droit à l’oubli et à la mémoire) et les interactions des pouvoirs publics avec les institutions de préservation, ou entre les institutions elles-mêmes, amènent aussi à s’intéresser aux dimensions à la fois sociotechniques et politiques de ce «patrimoine numérique » en cours d’institutionnalisation.

Les pratiques et processus qui contribuent à la formation et à la reconnaissance du patrimoine numérique engagent en effet des choix, des mises à l’épreuve, un « travail » social d’acteurs variés et des entrelacements d’échelles, depuis le rôle des associations de professionnels ou celui des passionnés jusqu’au grand public, en passant par les bibliothèques, musées, groupes de recherche qui prennent en charge certains archivages ou initient des politiques de préservation, ou encore des institutions et groupements internationaux qui s’y impliquent, à l’instar de l’Unesco ou de l’International Internet Preservation Consortium.

La création de la Fondation Internet Archive en 1996 puis de sa célèbre Wayback Machine (qui permet de retrouver et fouiller le Web du passé), le projet de son fondateur, Brewster Kahle, d’archiver « le Web mondial », le sauvetage d’espaces en ligne tels que Geocities et Mobileme par l’Archive Team, l’archivage institutionnel du Web depuis 2006 en France par la BnF et l’INA, dans le cadre du dépôt légal, ou encore l’archivage de Twitter par la Library of Congress des Etats-Unis, sont autant de dynamiques qui ont contribué à constituer des documents d’emblée numériques en patrimoine. Elles témoignent toutes de la pluralité d’acteurs, aux motivations et enjeux parfois complémentaires, parfois divergents, engagés dans ce processus.

Si ce patrimoine né numérique (ou nativement numérique) que nous venons d’évoquer, et que les Anglo-Saxons appellent le Born Digital Heritage, a fait l’objet d’une plus faible attention de la part des chercheurs que le patrimoine converti sous forme numérique (Dufrêne, 2013 ; Bachimont, 2014), il doit en outre être associé à une réflexion sur un autre patrimoine, que l’on pourrait qualifier de « patrimoine du numérique ». Celui-ci, conservé et exposé grâce aux efforts d’individus, d’associations, des musées des sciences et techniques ou d’informatique, d’expositions au succès croissant (dédiées par exemple aux jeux vidéo), consiste autant en des documents numériques qu’en matériels, logiciels, documentation diverse. Ces différents versants convergent en une patrimonialisation (Davallon, 2006) du numérique qui mérite également d’être interrogée.

Que nous disent dès lors le patrimoine numérique et la patrimonialisation du numérique sur le rapport de nos sociétés à leur patrimoine et au numérique ? Que se passe-t-il quand on ne se contente plus de « numériser » la culture mais qu’elle est « d’emblée numérique » ? Quelles sont les conséquences sur le patrimoine, et sur ses usages – sociaux, culturels, politiques, économiques et scientifiques ?

Pistes de recherche

Au moyen d’analyses empiriques, ce numéro souhaite contribuer à éclairer les politiques de construction, de gestion et de développement du patrimoine numérique, les acteurs et enjeux de sa patrimonialisation (Illien, 2011). Nous proposons trois pistes non exhaustives pour traiter de la thématique, au sein desquelles pourront s’inscrire les articles : La fabrique d’un patrimoine numérique (axe1), La patrimonialisation du numérique (axe 2) et Patrimoine numérique et héritage social (axe 3).
Lire la suite

Traces de la politique, politique des traces

Ce colloque, ouvert aux jeunes chercheurs et chercheuses de tous les champs disciplinaires rattachés aux humanités et aux sciences sociales, se propose de partir en quête des traces de la politique.3 axes: Marcher sur les traces des luttes passées; Gouverner par les traces (numériques); Recouvrer ses propres traces : des identités conflictuellesvoir l’appel complet sur Fabula du colloque des 12 et 13 février 2015 (Propositions jusqu’au 15 décembre 2014)

Le colloque des jeunes chercheurs en études critiques du politique, organisé conjointement par le LCSP (Laboratoire du Changement Social et Politique, Université Paris Diderot – Paris 7), l’URMIS (Unité de Recherche Migrations et Société, Université Paris Diderot – Paris 7) et le COSTECH (Connaissance, Organisation, Systèmes Techniques, Université de Technologies de Compiègne), a pour objectif de créer un espace d’échange entre doctorantes, doctorants, jeunes docteurs et docteures s’intéressant de façon critique au fait politique.