Corpus de communication médiée par les réseaux

Ciara R. WighamGudrun LedegemCorpus de communication dédiée par les réseaux. Construction, structuration, analyse, Paris, L’Harmatan, coll. Humanités numériques, 2017. 

Cet ouvrage aborde les questions relatives au processus de construction de corpus d’interaction et de communications de type mono ou multimodal, synchrone ou asynchrone sur Internet ou via les télécommunications, en vue de la publication de tels corpus sous forme de données libres (OpenData), afin de développer des recherches communautaires : méthodologie, annotation, analyse, droits… Plusieurs genres de communication sont étudiés : la communication dans les forums de discussion, les messages SMS, les interactions ou discours sur les réseaux sociaux numériques, tels que Twitter, wikis, (type Wikipédia) ou des réseaux sociaux d’entreprise.

ARCS – Analyse de réseaux pour les sciences sociales

Le groupement de recherche 3771 Analyse de réseaux en SHS a le plaisir de vous annoncer le lancement de la revue à comité de lecture ARCS – Analyse de réseaux pour les sciences sociales / Network analysis for social sciences. Cette revue pluridisciplinaire, consacrée à l’analyse de réseaux en sciences humaines et sociales, publie des articles inédits en français ou en anglais.

Charte éditoriale, composition du comité de rédaction et consignes aux auteur.e.s sont disponibles à l’adresse https://arshs.hypotheses.org/revue-arcs.

Séminaire Epistémologie et pratique des humanités numériques

A Graph of 1.000 vertices / 14.116 edges, showing clear clusters. Source: Grandjean Martin (2015) GEPHI - Introduction to Network Analysis and Visualization CC BY-SA 4.0

A Graph of 1.000 vertices / 14.116 edges, showing clear clusters. Source: Grandjean Martin (2015) GEPHI – Introduction to Network Analysis and Visualization
CC BY-SA 4.0

Seconde édition du séminaire #EPHN2017, organisé par Claire Bourhis-Mariotti (Paris 8), Suzanne Dumouchel (Dariah) et Lauric Henneton (UVSQ) avec la participation de Laurent Chatel (Paris 4).

Il se tiendra le vendredi de 10h à 12h, une fois par mois, à l’INRIA (2 rue Simone Iff, 75012 Paris), sauf séance du 21 avril à l’Université Paris Sorbonne (Maison de la Recherche, 28, rue Serpente, 75006 Paris).
 
Le séminaire s’attachera à explorer le paysage épistémologique des HN telles qu’elles sont pratiquées tant au niveau individuel que collectif, tant en France qu’à l’étranger ou dans le cadre de projets internationaux. Dans une perspective interdisciplinaire, chaque séance du séminaire s’appuiera sur des études de cas visant à explorer les enjeux épistémologiques des HN. Les interventions peuvent prendre en compte le questionnement initial qui fait naître le projet, la mise en œuvre d’un outil pertinent, les différentes contraintes et les procédés de valorisation notamment. Chaque présentation sera ensuite discutée par un intervenant avant de donner la parole à la salle. Des comptes rendus de ces séances seront régulièrement publiés sur le blog https://movi.hypotheses.org/120. Vous pouvez y retrouver les comptes rendus des séances de l’année précédente.
 
13 janvier :  Sean Takats (George Mason University, Virginia). 
“Vers une nouvelle figure du chercheur ? »
A partir de l’expérience d’un usager de divers outils humanités numériques (Zotero, PressForward et Tropy), il s’agira de proposer une analyse épistémologique des pratiques en humanités numériques dans la recherche en sciences humaines et sociales, et notamment de s’interroger sur l’évolution de la pratique du chercheur, et donc de son domaine de compétences et d’expertise, et de son métier, avec le développement des humanités numériques.
Discutant : Frédéric Clavert (Université de Lausanne)
 
24 février :  Andrea Del Lungo (Université de Lille 3)
« Le projet d’édition numérique eBalzac »
Le projet d’hypertexte balzacien Phœbus a été retenu et financé par l’ANR pour la période 2016-2019. Porté par l’équipe Alithila de l’université Lille 3 (sous la responsabilité d’Andrea Del Lungo), en collaboration avec le Laboratoire d’Informatique de Paris 6 (Jean-Gabriel Ganascia) et l’équipe Celff 16-21 de Paris 4 (Pierre Glaudes), le projet a l’ambition de créer une édition hypertextuelle en ligne de La Comédie humaine, signalant les sources, les citations, les réemplois, les homologies et les co-occurrences lexicales en relation à un vaste corpus de textes contemporains ou antérieurs.
 
Discutant : Emmanuelle Morlock, Marie Dupond 
 
24 mars :  Marianne Reboul (Université Paris Sorbonne)
« Technologies for better human learning and teaching”
Présentation du projet H2020-ICT-2015 (en attente de validation) : Technologies for better human learning and teaching, SMILE project : Projet européen visant à l’étude de corpus (l’Odyssée d’Homère et Oedipe Roi de Sophocle) dans les lycées et le supérieur par la réalité augmentée (11 partenaires européens).
Discutant : Fatiha Idmhand  (Univ. de Poitiers) et Thomas Lebarbé (Univ. de Grenoble Alpes)

Lire la suite

AAC : Le pouvoir des liens faibles, colloque de Cerisy

Cerisy jeudi 28 septembre (19h) – lundi 2 octobre 2017 (18h) – « Le pouvoir des liens faibles », Alexandre Gefen et Sandra Laugier

CC BY 2.0 File:NodeXL Twitter Network Graphs - Occupywallstreet (mentions and replies) (BY).png 17 Novembre 2011

CC BY 2.0
File:NodeXL Twitter Network Graphs – Occupywallstreet (mentions and replies) (BY).png
17 Novembre 2011

La thèse centrale de l’article désormais classique de Mark Granovetter, « La force des liens faibles » (1973) tient à l’opposition entre des « liens forts » (amitié, famille, mariage) et des liens sociaux, à faible charge affective ou officielle, quoique essentiels dans le fonctionnement des structures relationnelles.Écartés de la théorie de l’art, de l’éthique comme des philosophies traditionnelles du sujet, ces liens faibles sont pourtant au cœur des formes contemporaines d’attachement et d’attention : dans l’espace démocratique du commun réouvert par le champ numérique des réseaux sociaux, dans la sphère de la vie culturelle, dans les formes de présence à l’autre (visages, objets, musiques, personnages, improvisations « d’un soir »). Lieux et situations ordinaires mais irremplaçables dans leurs singularités, ils déterminent notre relation aux autres, nos engagements quotidiens comme le flux de nos identités et les inflexions de nos vies – et ce tout autant que les passions de l’âme, les attachements de longue durée, les identifications directes et les affects massifs.Le concept est opératoire du côté de l’anthropologie (Victor W. Turner suggérait de repenser ce qu’il nommait le « pouvoir des faibles ») comme de la politique (lorsqu’elle s’intéresse aux liens sociaux dans l’espace public ou au souci des autres lointains), du côté de l’écologie (si l’on essaie de penser notre lien à l’environnement ou aux animaux), du côté des arts et de la fiction (si l’on pense à l’attachement aux objets et personnages). Il offre des outils nouveaux pour analyser notre relation de projection ou d’affection envers des modèles originaux, et convient à merveille pour décrire bien des aspects et rapports de la vie numérique contemporaine.

Les propositions de contributions (30 lignes accompagnées d’une bio-bibliographie de 5 lignes) sont à faire parvenir à Alexandre Gefen (alexandre.gefen@paris-sorbonne.fr) et Sandra Laugier (sandra.laugier@gmail.com) d’ici le 30 décembre 2016 impérativement.

 

AAC « Retours critiques sur les sociologies numériques »

logo-sociologieetsociete-inv-rougebleuLa revue Sociologie et sociétés lance un appel à contributions pour un dossier qu’elle consacrera aux « Retours critiques sur les sociologies numériques ». Un numéro dont l’objectif général est de réfléchir aux répercussions concrètes des transformations numériques dans l’approche de la sociologie et, partant, des rapports de la sociologie avec ses objets, ses méthodes et ses outils.

CALENDRIER

  • Remise des propositions d’article pour le 9 janvier 2017
  • Réponse aux auteurs avant le 1er février 2017
  • Remise des articles définitifs (70,000 signes, approximativement 11,000 mots) pour le 12 juin 2017.

Les propositions sont à envoyer aux coordinateurs du numéro :Nicolas Baya-Laffite (Université de Lausanne, STS-Lab), Bilel Benbouzid (Université Paris-Est Marne la Vallée, LISIS) 

appel-a-contribution

Dossier RESET 6 : Patrimoine et patrimonialisation numériques

Francesca Musiani et Valérie Schafer (coord.) ainsi que les comités et équipes de RESET (Recherches en sciences sociales sur Internet) sont heureux de vous annoncer la parution du numéro 6 de la revue, dont le dossier est consacré à la thématique : Patrimoine et patrimonialisation numériques.

Que nous disent  le patrimoine numérique et la patrimonialisation du numérique sur le rapport de nos sociétés à leur patrimoine et au numérique ? Que se passe-t-il quand on ne se contente plus de « numériser » la culture mais qu’elle est « d’emblée numérique » ? Quelles sont les conséquences sur le patrimoine, et sur ses usages – sociaux, culturels, politiques, économiques et scientifiques ? 

Disponible en ligne en texte intégral (http://reset.revues.org/770), ce numéro vous invite à découvrir quelques-unes des réponses apportées par les auteurs à ces questionnements, notamment au moyen d’analyses empiriques. 

Sommaire 
 
Francesca Musiani et Valérie Schafer

 

Fannie Valois-Nadeau – Rethinking heritagization through the digitization of familial archives. The case of Léo Gravelle’s website

Enrico Natale- Les médiations numériques du patrimoine. Le cas du centenaire de la Première Guerre mondiale 

Sophie Gobeil – La patrimonialisation numérique des mémoires de l’immigration maghrébine en France dans les années 2000

Camille Paloque-Berges – Vers des lieux de mémoire réticulaires ? Construire un patrimoine de la communication des sciences et des techniques du numérique 

Perspectives

Mélanie Dulong de Rosnay et Andres Guadamuz – Memory Hole or Right to Delist? Implications of the Right to be Forgotten for Web Archiving

Rolf H. Weber et Lennart Chrobak – Legal Implications of Digital Heritagization
Implications juridiques de la patrimonialisation numérique

AAC Le télescope à l’envers. Big data et distant reading pour les sciences humaines

Teleskopy polskiego projektu "All Sky Automated Survey". Krzysztof Ulaczyk GFDL

Teleskopy polskiego projektu « All Sky Automated Survey ».
Krzysztof Ulaczyk
GFDL

L’Associazione per l’Informatica Umanistica e le Culture Digitali (AIUCD) est heureuse d’annoncer l’édition 2017 de son colloque annuel et invite tous les spécialistes intéressés à envoyer des propositions de communications.
Le colloque AIUCD 2017 aura lieu du 26 à 28 janvier 2017 à Rome, en Italie, et sera organisé par le Digilab (université Sapienza) avec la coopération du réseau Marie-Curie DiXiT (Digital Scholarly Editions Initial Training Network). Avant le colloque auront lieu des ateliers DiXiT. AIUCD 2017 accueillera également la troisième édition de l’ EADH Day, le 25 janvier 2017.
Le colloque aura lieu à l’université Sapienza, Palazzo delle ex Vetrerie Sciarra, 122 via dei Volsci, Rome.
Pour plus d’informations, consultez la page ou envoyez vos questions à aiucd2017@aiucd.com.

En savoir plus

Décoder des codes

Séminaire annuel du Carism 2016-2017, en partenariat avec l’ISCC, organisé par Cécile Méadel, Francesca Musiani et Guillaume Sire

seminaire-carism-2016-17-argumentaire

La première séance aura lieu le mardi 6 décembre 2016 en salle 315, de 17h à 19h et accueillera Laurent Bloch, chercheur en cyberstratégie, membre de l’Institut de l’économie.

Lieu : Université Panthéon-Assas / 92 rue d’Assas, 75 006 Paris – Salle 315 – 3e étage.
Métros Vavin et Notre-Dame-des-champs.
RER Luxembourg (sortie Auguste Comte).

L’accès aux séances du séminaire est ouvert à tous et gratuit sous condition d’inscription en avisant l’adresse carism@u-paris2.fr

Cfp Journal Internet histories : submissions open

capture-decran-2016-10-04-a-17-30-56Find out how to submit to the journal at www.tandfonline.com/rint

The title of the journal, Internet Histories , suggests there is not one single and fixed Internet history going straight from Arpanet to the Internet as we know it today, from United States to a world-wide network. Rather, there are multiple local, regional and national paths and a variety of ways that the internet has been imagined, designed, used, shaped, and regulated around the world. Internet Histories: Digital Technology, Culture and Society aims to publish a range of scholarship that examines the global and internetworked nature of the digital world as well as situated histories that account for diverse local contexts.

AOIR Pre-conference – 404 History Not Found: Challenges in Internet History and Memory Studies

aoir2016AoIR routinely hosts several preconference workshops before the main conference. Attendees must register to attend a preconference; the price of the preconference is included as part of the main conference. All workshops will be held on October 5th.

 

voir la liste des pré-conférences 

Parmi elle celle organisée par Camille Paloque-Bergès (HT2S Cnam, membre de Web90 ) et Kevin Driscoll (University of Virginia):

404 History Not Found: Challenges in Internet History and Memory Studies

How did the Internet become relevant in today’s culture and politics? How were its codes and rules—whether technical, social or cultural—constructed, challenged, and normalized? How did net culture become a mass phenomenon of global importance? To understand why and how the “Internet rules” today, it is essential that we look back at the internet’s past. In this pre-conference, we will discuss the specific theoretical and methodological challenges that arise in the study of the internet through time and memory, for purposes of both historiography (what net histories and how?) and epistemology (net histories as an object of media research). Attendees will be invited to participate in three hands-on, interactive sessions organized around issues, sources and methods fundamental to researching net diachronicity.

Net history survives in unexpected places, unfolding through time and space, collapsing in on the present. The artifacts that surface may be incomplete or inscrutable absent their original contexts, requiring us to borrow creatively from other fields and develop new historical methods (Ankerson, 2011; Brügger & Finnemann, 2012; Paloque-Berges, 2016). From formal archives and oral histories to lingering web sites, software, and hardware artifacts, the material evidence of the past suggests a diversity of social, temporal, and technical regimes. Indeed, recent scholarship on early networks reveals a greater range of experiences, technologies, norms and motivations than is found in best-known histories of the internet (Brammer, 2015; Brunton, 2013; Driscoll, 2014; Hargadon, 2011; Mailland, 2015; Paloque-Berges, 2011; Rankin 2014, 2015; Russell, 2014; Russell & Schafer, 2014; Schafer & Thierry, 2012; Schulte, 2013; Streeter, 2011). In their wake, we question how to make sense of conflicts and contradictions while respecting the subjective lived experiences of individual participants. What is our responsibility to find and document hidden histories, obscure sources, and less visible networks? How will a richer understanding of the internet’s past change how we engage with its present and imagine its future?

This pre-conference will include three workshop sessions organized around core research challenges in net history: (1) epistemology, (2) sources and methodology, and (3) mediation and transmission. Selected participants, rather than present whole case studies, will intervene on specific challenges—for instance: theoretical paradoxes or deadlocks, methodological problem-solving, and demonstrations of born-digital artifacts. The audience will be involved by taking positions, suggesting ad-hoc solutions, and identifying common themes.

(…) This pre-conference will be a full-day workshop facilitated by Kevin Driscoll and Camille Paloque-Berges with support from the Agence Nationale de la Recherche project Web90. The discussions and hands-on activities will be accessible to all AOIR attendees but will be especially engaging for researchers encountering issues of temporality, memory, nostalgia, or a need to “go back in time” in their own work.

En savoir plus 

 

 

AAC L’éducation critique aux médias à l’épreuve du numérique

Capture d’écran 2016-05-28 à 19.09.14

AAC Revue « Tic et société »

Coordonnateur du numéro

Normand Landry est professeur à la Télé-Université du Québec, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en éducation aux médias et droits humains et chercheur au Centre de recherche interuniversitaire sur la communication, l’information et la société (CRICIS)

Lire l’argumentaire sur Calenda

Axes thématiques 

Ce constat donne lieu à des questions de fond, dont notamment :

  • Comment définir une ou des perspectives critiques en éducation aux médias à l’ère du numérique ?
  • Quelle(s) pédagogie(s) et quels enseignements sont mobilisés dans le cadre d’une éducation critique aux médias numériques ?
  • Quelle est la place accordée à une éducation critique aux médias numériques dans les curriculums scolaires ?
  • Quelles compétences sont développées par une éducation critique aux médias numériques ?
  • Quels sont les enjeux d’une éducation critique aux médias numériques ?
  • Quelles initiatives, scolaires et communautaires, sont mises en place pour le développement d’une éducation critique aux médias numériques ?
  • Quelle(s) épistémologie(s) s’impose(nt) en éducation critique aux médias numériques ? Quelles connaissances et quels savoirs en sont constitutifs ?

Sans s’y limiter forcément, ce numéro de tic&société appelle des contributions touchant aux interrogations susmentionnées.

Modalités pratiques d’envoi des propositions

Les contributions doivent être soumises en français. Les textes doivent comprendre entre 40 000 et 50 000 caractères espaces compris. Les auteurs sont invités à respecter les consignes concernant la mise en forme du texte (consignes disponibles sur le site de la revue, à la page http://ticetsociete.revues.org/90). Les manuscrits feront l’objet de deux évaluations selon la procédure d’évaluation à l’aveugle. La date limite de soumission des articles est fixée au 30 septembre 2016.

Les textes doivent être envoyés à l’attention de Normand Landry, coordonnateur de la thématique de ce numéro, à l’adresse suivante : normand.landry@teluq.ca.