Corpus de communication médiée par les réseaux

Ciara R. WighamGudrun LedegemCorpus de communication dédiée par les réseaux. Construction, structuration, analyse, Paris, L’Harmatan, coll. Humanités numériques, 2017. 

Cet ouvrage aborde les questions relatives au processus de construction de corpus d’interaction et de communications de type mono ou multimodal, synchrone ou asynchrone sur Internet ou via les télécommunications, en vue de la publication de tels corpus sous forme de données libres (OpenData), afin de développer des recherches communautaires : méthodologie, annotation, analyse, droits… Plusieurs genres de communication sont étudiés : la communication dans les forums de discussion, les messages SMS, les interactions ou discours sur les réseaux sociaux numériques, tels que Twitter, wikis, (type Wikipédia) ou des réseaux sociaux d’entreprise.

Interopérabilité culturelle

vol34no1-small300Volume 34/1, 2016 de la revue Communication, coordonné par Laurence Favier, Widad Mustafa El Hadi et Dominique Vinck

 » (…) La notion d’interopérabilité culturelle attire l’attention sur l’imbrication des savoirs dans des contextes sociomatériels, notamment le média de langue et le bagage de références historiques et culturelles partagées au sein d’un collectif, savoirs dont une part majeure reste souvent tacite, ce qui va bien au-delà de ce qu’en définit la norme ISO (IEC TR 20007:2014) sur l’interopérabilité culturelle et linguistique portant sur la définition des symboles, des icônes, des caractères et des glyphes. Plus fondamentalement, l’interopérabilité culturelle renvoie aussi au fait que les autres couches d’interopérabilité, y compris le fait de distinguer des couches d’interopérabilité (Zacklad, 2012), charrient une vision des choses — notamment de l’organisation des connaissances (Hudon et El Hadi, 2010) — et des pratiques, un modèle en partie implicite qui ne constitue pas nécessairement une référence partagée. Ce fait conduit à déplacer parfois radicalement la problématique de l’interopérabilité. »

Lire la suite de la présentation du numéro et découvrir son sommaire

voir notamment

Brigitte Juanals et Jean-Luc Minel, La construction d’un espace patrimonial partagé dans le Web de données ouvert [Texte intégral] 

Pérenniser l’éphémère

Capture d’écran 2016-05-03 à 11.56.12ARCHIVAGE ET MÉDIAS SOCIAUX, Louvain-la-Neuve, 9 et 10 mai 2016, 16e Journées des archives.

Commentaires, textes, photos et vidéos postés et relayés sur les médias sociaux : l’archiviste se retrouve aujourd’hui confronté à une forme volatile du document. Sous le titre Pérenniser l’éphémère : archivage et médias sociaux, cette 16e édition des Journées des archives se concentrera sur la question de la collecte et de l’archivage de ces nouvelles formes d’expression. Résolument tourné vers un public de chercheurs et de praticiens du secteur des archives et de la gestion documentaire, le colloque a pour ambition de démythifier ce nouvel avatar, en comprendre les mécanismes de diffusion, mais aussi d’envisager les stratégies de collecte et de pérennisation de cet éphémère.

Brochure_Programme_JDA2016-2

Médias numériques et communication électronique

Après 2010 (La communication électronique en situations mono et plurilingues – Formes, Frontières, Futurs), 2012 (La communication électronique dans la société de « l’information ») et 2014 (Communication électronique, Cultures et Identités), en 2016 se tiendra le quatrième colloque international sur la communication électronique au Havre. Cette manifestation scientifique se déroulera au cœur de la ville, dans les locaux de l’IUT (Quai Frissard, Le Havre, France) comme lors des précédentes éditions.

Voir les axes thématiques et conditions de soumission jusqu’au 31 janvier 2016

AAC XXè Congrès de la SFSIC : Temps, temporalités et information-communication

sfsic

Le délai de dépôt des propositions sur la plateforme est repoussé au 12 janvier minuit. Invité d’honneur:  Hartmut Rosa.

voir l’AAC du Congrès de la SFSIC qui se tiendra à Metz, les 8, 9 & 10 juin 2016.

AAC revue Communication: TIC et «architexture» organisationnelle

communication160x75-160x75Revue du département d’information et de communication de l’Université Laval

Numéro thématique coordonné par Florian Hémont (PREFics – Université Rennes 2), Anne Mayère (CERTOP – Université Toulouse 3), Jean-Luc Bouillon (PREFics – Université Rennes 2) et Isabelle Bazet (CERTOP – Université Toulouse 3)

Dans un contexte de numérisation généralisée, force est de constater que les médiations numériques occupent désormais une place prépondérante et qu’elles ne sont pas sans incidences sur la manière dont les échanges et les modalités d’action et d’agir collectifs prennent forme.

Les recherches autour des Technologies Numériques de l’Information et de la Communication nous semblent trop souvent laisser de côté la question même de ces technologies, de la façon dont elles sont conçues pour équiper certaines activités, et dont elles participent à mettre en forme l’agir. Par ailleurs, la référence au numérique conduit souvent à les renvoyer à un espace qui serait de l’ordre du « virtuel », en cela opposé au «réel». De la virtualité à l’immatérialité, il n’y a qu’un pas qui est souvent franchi. Notre projet vise à prendre au sérieux la matérialité de ces technologies : non seulement en ce qu’elles prennent appui sur des objets et réseaux techniques on ne peut plus matériels, et qui requièrent tout un travail souvent invisibilisé de maintenance (Denis et Pontille, 2010 et 2012) ; mais aussi en ce que les applications informatisées qui mettent en forme les «écrits d’écran» et leurs enchainements, leurs articulations possibles ou entravées, configurent les possibilités de l’écriture, de la lecture, et des conversations. Cette matérialité des technologies, nous proposons de l’appréhender dans son rapport à l’organisation et aux processus organisants. Il s’agit ici de se positionner dans une approche non essentialiste de l’organisation, dans la lignée des travaux de Weick (1995), de l’École de Montréal (Taylor et Van Every, 2000 ; Cooren, 2010), et plus largement des recherches relevant de la Communication constitutive des organisations (Putnam et Mumby, 2014). En cela, ce qui fait « organisation » n’est pas établi a priori mais identifié dans les configurations de processus organisants qui lui donnent forme, et qui participent à ses transformations. De même est-il important de retenir un questionnement qui dépasse la seule désignation de la « matérialité » pour spécifier ce qui la constitue, la met en forme, et contribue ainsi à configurer l’agir (Denis, 2015). 
Dans la lignée d’autres travaux sur la matérialité et les processus organisants (Leonardi et al., 2012), nous souhaitons proposer comme fil directeur de ce questionnement une mise en discussion de la notion d’« architexte » développée par Yves Jeanneret et Emmanuel Souchier à la fin des années 1990 (1999) — et régulièrement retravaillée depuis lors (Tardy et Jeanneret, 2014 ; Jeanneret, 2015) — afin d’étudier les « écrits d’écran ». L’architexte est une écriture de l’écriture, qui la pre-scrit. Ces auteurs nomment les « architextes (de archè : origine et commandement), les outils qui permettent de représenter la structure du texte à l’écran et qui, non contents de représenter la structure du texte, en commandent l’exécution et la réalisation. Autrement dit, le texte naît de l’architexte qui en balise l’écriture » (Jeanneret et Souchier, 1999 : 103). En considérant cette écriture en bonne part invisibilisée, qui apparaît « en creux » dans les espaces d’écran dédiés à la lecture, à l’écriture et leurs enchainements, il s’agit notamment d’interroger les actants qui agissent ainsi en coulisses, et les modèles projetés car « situés au commencement et au commandement de l’acte d’écrire, les maîtres de l’architexte détiennent un pouvoir considérable sur la production du texte et par là même sur celle du sens et de l’interprétation » (idem, 1999 : 106).
Lire la suite