Archive Everything

In Archive Everything, Gabriella Giannachi traces the evolution of the archive into the apparatus through which we map the everyday. The archive, traditionally a body of documents or a site for the preservation of documents, changed over the centuries to encompass, often concurrently, a broad but interrelated number of practices not traditionally considered as archival. Archives now consist of not only documents and sites but also artworks, installations, museums, social media platforms, and mediated and mixed reality environments. Giannachi tracks the evolution of these diverse archival practices across the centuries.

Archives today offer a multiplicity of viewing platforms to replay the past, capture the present, and map our presence. Giannachi uses archaeological practices to explore all the layers of the archive, analyzing Lynn Hershman Leeson’s !Women Art Revolution project, a digital archive of feminist artists. She considers the archive as a memory laboratory, with case studies that include visitors’ encounters with archival materials in the Jewish Museum in Berlin. She discusses the importance of participatory archiving, examining the “multimedia roadshow” Digital Diaspora Family Reunion as an example. She explores the use of the archive in works that express the relationship between ourselves and our environment, citing Andy Warhol and Ant Farm, among others. And she looks at the transmission of the archive through the body in performance, bioart, and database artworks, closing with a detailed analysis of Lynn Hershman Leeson’s Infinity Engine

Gabriella Giannachi, Archive Everything. Mapping the Everyday, The MIT Press, 2016.

Histoires de l’Internet et du Web

Qui a « inventé » Internet ? Qui détient les clés d’Internet ? Quelles sources, quels acteurs mettre en lumière pour composer une histoire de l’Internet et du Web qui rende compte de ses origines, trajectoires, tournants, évolutions, continuités ?
L’émergence d’Arpanet dans les années 1960, puis de l’Internet dix ans plus tard, est le produit d’un processus d’innovation de longue durée et non clos jusqu’à aujourd’hui, marqué par l’enchevêtrement de lignées sociotechniques et de réseaux d’acteurs hétérogènes.
À l’occasion des cinquante ans du lancement du projet Arpanet, des vingt-cinq ans du Web ou encore des vingt ans d’Internet Archive, et à travers une sélection de sources et de textes de recherche, cette anthologie cherche à donner un aperçu de la variété des acteurs, trajectoires, approches, méthodologies et écritures de l’histoire d’Internet et du Web. Organisée en trois parties qui tendent à dessiner une progression chronologique – d’Arpanet à Internet, puis de l’Internet des premiers adoptants à sa prise en considération par le politique et les premiers pas d’une gouvernance élargie, enfin du Web à sa démocratisation dans le grand public au début des années 2000, elle met en dialogue des approches techniques, économiques, sociales, culturelles, politiques, ou encore juridiques et offre une vision élargie d’une histoire qui ne s’écrit pas seulement aux et depuis les Etats-Unis mais connaît aujourd’hui un véritable dynamisme international.

Découvrir ce Living Book (2017) dirigé par Valérie Schafer et Alexandre Serres 

capture-decran-2017-01-05-a-11-38-09

Dossier RESET 6 : Patrimoine et patrimonialisation numériques

Francesca Musiani et Valérie Schafer (coord.) ainsi que les comités et équipes de RESET (Recherches en sciences sociales sur Internet) sont heureux de vous annoncer la parution du numéro 6 de la revue, dont le dossier est consacré à la thématique : Patrimoine et patrimonialisation numériques.

Que nous disent  le patrimoine numérique et la patrimonialisation du numérique sur le rapport de nos sociétés à leur patrimoine et au numérique ? Que se passe-t-il quand on ne se contente plus de « numériser » la culture mais qu’elle est « d’emblée numérique » ? Quelles sont les conséquences sur le patrimoine, et sur ses usages – sociaux, culturels, politiques, économiques et scientifiques ? 

Disponible en ligne en texte intégral (http://reset.revues.org/770), ce numéro vous invite à découvrir quelques-unes des réponses apportées par les auteurs à ces questionnements, notamment au moyen d’analyses empiriques. 

Sommaire 
 
Francesca Musiani et Valérie Schafer

 

Fannie Valois-Nadeau – Rethinking heritagization through the digitization of familial archives. The case of Léo Gravelle’s website

Enrico Natale- Les médiations numériques du patrimoine. Le cas du centenaire de la Première Guerre mondiale 

Sophie Gobeil – La patrimonialisation numérique des mémoires de l’immigration maghrébine en France dans les années 2000

Camille Paloque-Berges – Vers des lieux de mémoire réticulaires ? Construire un patrimoine de la communication des sciences et des techniques du numérique 

Perspectives

Mélanie Dulong de Rosnay et Andres Guadamuz – Memory Hole or Right to Delist? Implications of the Right to be Forgotten for Web Archiving

Rolf H. Weber et Lennart Chrobak – Legal Implications of Digital Heritagization
Implications juridiques de la patrimonialisation numérique

CfP: « Interactions: Studies in Communication and Culture », Issue 8.1: Archives of the Digital

Capture d’écran 2016-07-27 à 10.39.00Guest Editors: Hermann Rotermund, Wolfgang Hagen and Christian Herzog
(Leuphana University Lüneburg)

Reminder of the deadline for the submission of full papers: 31 July 2016
The issue is scheduled for publication in Spring 2017.

Digital media has initiated the transformation of archiving practices with implications for audio-visual archives, written archives and libraries. The substitution of finding aids, including paper cards, by databases is in most instances seen as beneficial and an advance.
However, the digitization of archival holdings poses a lot of questions that have not yet been thoroughly discussed. The physical nature of the sources is no longer an obstacle to their universal accessibility. Is digitization thus leading to the disappearance of the emphatic notion of the archive, because digitized materials are becoming mere elements of the constantly growing and flowing mass of data in electronic circuits? Will digital techniques replace the archive as an institution? Do we have to envision archives without records and without a documentation strategy – and documentarists as hackers who build ad hoc collections from randomly commented links?

With regard to broadcast archives, it can be observed that the form and comprehensibility of metadata, access and usage regulations have not kept pace with digitization. How can this asynchrony be dissolved? How can the means of digital technology and the Internet be used to create comprehensible and accessible metadata? How can archives be connected are there historical examples we could learn from?

Articles for this special issue, ‘Archives of the Digital’ could, for example, address ideas and visions for the reconfiguration of archives, or the epistemology of the archive (and its notions), treat exemplary case studies of (interdisciplinary) practices for the interpretation of archival content, or elaborate on the impact of digitization for scholars working in the archives/with archival holdings.

Submission guidelines

Lire la suite

Communication publicitaire d’Aucland

Aucland, entreprise de vente aux enchères en ligne fondée en 1999, fait parler d’elle dans l’émission Culture Pub en 2000, en raison d’un spot particulièrement provocateur. Au terme d’une journée de diffusion, celui-ci est d’ailleurs amputé de sa « chute » par les chaînes de télévision. En effet, pour soutenir le slogan « Tout s’achète, c’est une question de prix », les publicitaires ont imaginé une mise en scène macabre, où les locataires d’un immeuble en feu se lancent depuis les fenêtres dans une enchère, afin de déterminer lequel d’entre eux sera sauvé par les pompiers, qui les attendent aux pieds de l’immeuble. Une vieille dame emporte la mise et son sauvetage pour 2000 francs et s’élance dans le vide. Les pompiers sont prêts à la réceptionner, avant qu’ils ne dévient à l’annonce d’une enchère plus intéressante, laissant la malheureuse s’écraser au sol.

Aucland transforme le refus des grandes chaînes télévisuelles de diffuser intégralement le spot en élément de communication, puisque celui-ci est maintenu à l’exception de la scène choc finale, que le téléspectateur peut découvrir sur le site.

Capture d’écran 2016-04-07 à 18.26.32

Ce ne sont pas moins de 100 000 personnes qui visualisent en quelques jours cette vidéo, assortie pour l’occasion d’un forum de discussion ouvert par Aucland.

Les amoureux de mauvais goût pourront également apprécier le spot de 2000 du sanglier.

Jake Feinler (SRI)

Voir notamment le témoignage de Jake Feinler – recueilli par Marc Weber (p. 52), qui oeuvra au SRI avec Engelbart au développement d’Arpanet et d’Internet (notamment du Whois).

Sur Jake Feinler voir également

ELIZABETH JOCELYN FEINLER: An Interview Conducted by Janet Abbate for the IEEE History Center, 8 July 2002. Interview # 597 for the IEEE History Center, The Institute of Electrical and Electronics Engineers, Inc.

In this interview, Feinler describes her work with FORTRAN, her initial interest in Chemistry, and her work at SRI. At SRI, she was involved in several projects including developing an Resource Handbook. She describes in great detail her time and her involvement in these projects at SRI and the transition of the Internet from military use to commercial use. She highlights the ongoing learning process involved in working with computers and programming. Feinler also described her time at NASA at the Ames Research Center after leaving her long career at SRI.

Nous signalons également le billet sur le blog du national Air and Space Museum dédié à Margaret Hamilton.