L’équipe

L’équipe Web90 rassemble 8 chercheurs, enseignants-chercheurs et ingénieurs de recherche issus de plusieurs disciplines (histoire, SIC, droit, sciences politiques, informatique) qui travaillent tous plus ou moins directement sur l’histoire de l’Internet et du Web ou/et sur le patrimoine numérique et informatique. MOCK-Web90Le projet Web90, porté par Valérie Schafer, est soutenu par l’Agence Nationale de la Recherche.

Six des membres du projet sont également impliqués dans le groupe de recherche européen RESAW (A Research Infrastructure for the Study of Archived Web materials, piloté par le NetLab, Université d’Aarhus, Danemark).

Les membres :

Mélanie Dulong de Rosnay (ISCC – CNRS, Paris Sorbonne, UPMC)

arton1134-b3ee4Mélanie Dulong de Rosnay est chargée de recherche à l’Institut des sciences de la communication du CNRS et chercheuse invitée dans le Department of Media and Communications de la London School of Economics. Diplômée de l’IEP de Lyon et docteure en droit (Université Paris 2), chercheuse associée au Cersa (CNRS Université Paris 2), où elle a été responsable juridique de Creative Commons France de 2003 à 2013, elle a été chercheuse au Berkman Center for Internet & Society de la Harvard Law School (2007-08) et à l’Institute for Information Law de l’Université d’Amsterdam (2009-10) avant de rejoindre le CNRS en 2010. Elle a co-fondé en 2011 l’association internationale Communia pour le domaine public numérique qu’elle préside actuellement et représente à l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle en tant qu’observateur. Ses recherches portent sur les biens communs, l’accès à la connaissance, les architectures distribuées, la production par les pairs, l’ouverture des informations du secteur public et des données scientifiques. Elle est engagée dans les projets de recherche suivants : Commons-based peer-production, membre du projet européen P2Pvalue; Ouverture des informations du secteur public, membre du Réseau européen LAPSI 2.0; Architectures distribuées, membre du projet ANR ADAM; Practices and Depositories for The Public Domain, Google Grant programme 2014; Architectures alternatives de l’internet, PEPS CNRS 2014. Depuis 2003 elle enseigne le droit d’auteur et a participé à des projets de recherche dans les domaines suivants : politiques d’accès ouvert, interopérabilité des licences ouvertes, partage des données scientifiques et du patrimoine culturel, domaine public, métadonnées et ontologies juridiques, les langages d’expression des droits, e-science, publication électronique, accès ouvert, standardisation technique et recherche d’information musicale.

Fanny Georges (CIM/MCPN, Paris 3)

Fanny photo ID

Fanny Georges a obtenu en 2007 son doctorat en Études Culturelles à l’Université Paris 1, pour sa thèse « Sémiotique de la Représentation de soi dans les dispositifs interactifs ». Après 3 ans de postdoctorat au CNRS et à Telecom ParisTech, elle est depuis 2011 Maître de conférence en Communication à l’Université Paris 3 (CIM/MCPN). Dans le cadre de ses recherches en sémio-pragmatique de la communication numérique, elle a développé une approche originale de l’identité numérique qui consiste en la conception de modèles analytiques (ex. modèle de l’identité numérique), permettant, en collaboration avec des équipes en informatique (LIRMM, CNRS/Montpellier), le développement de visualisations innovantes des usages. Elle a travaillé également sur les usages du jeu vidéo. Relectrice invitée pour plusieurs revues internationales françaises, belges et canadiennes (dont Communication, RICSP, Recherches en communication, Communication et langages), elle a été sollicitée comme évaluatrice de projets en France (ANR) et au Canada (Conseil de recherches en sciences humaines du Canada) et fait partie du comité d’encadrement de 3 thèses à l’Université Paris 3, à l’Université Catholique de Louvain et à l’Université de Namur. Elle a obtenu et coordonné en 2011 un projet PEPS (Projets Exploratoires Pluridisciplinaires de l’Institut des Sciences de la Communication du CNRS) rassemblant une dizaine de chercheurs du CNRS et de Telecom ParisTech, en informatique et sciences humaines. Elle a participé au PEPS PATRIMONIUM porté par Valérie Schafer en 2013. Elle est la coordinatrice du projet ENEID (Éternités numériques. Les identités numériques post mortem et les usages mémoriaux innovants du web au prisme du genre) retenu par l’ANR en 2013 (2013-2017), participe au projet MINWEB (Minorités sur le web) financé par le programme Emergences de la Ville de Paris (2013-2017) et est coporteuse d’un programme interdisciplinaire de recherche sélectionné en 2013 par le PRES Sorbonne Paris-Cité sur les données personnelles et biologiques (2013-2014). Elle a en outre coordonné un séminaire pluridisciplinaire sur l’avatar en 2007-2008 à l’Inathèque et coordonne depuis 4 ans avec V. Schafer, à l’ISCC, le séminaire Histoires de l’internet (HINT).

Hervé Le Crosnier (Université de Caen Basse-Normandie)

juillet_2009_400x400

Hervé Le Crosnier est Maître de Conférences HDR à l’Université de Caen Basse-Normandie. Il enseigne les technologies de l’internet et la culture numérique. Auparavant, il a été conservateur de bibliothèque de 1984 à 1995. À ce titre, il a publié une histoire de l’informatisation des bibliothèques en 1990 (chapitre d’ouvrage dans le livre Histoire des Bibliothèques Françaises, tome 4, Ed. Cercle de la Librairie), et un livre sur l’édition électronique en 1988 (Ed Cercle de la Librairie). Il a créé la liste de diffusion internet Biblio-fr, qui fut la première liste francophone touchant un public non-informaticien. Créée en 1993, Biblio-fr s’est arrêtée en 2009, avec plus de 17 000 professionnels du livre et des bibliothèques parmi ses lecteurs/contributeurs. A la fois acteur et analyste des premiers pas de l’internet en France (co-créateur du Chapitre français de l’Internet Society en 1996), sa double expérience de l’internet et des bibliothèques marque l’ensemble de son travail de recherche. En informatique, il supervise la création d’un modèle de document multilingue et multimédia (Projet SYDONIE, soutenu par le CPER et le FEDER de 2009 à 2014 – http://sydonie.net). En sciences de l’information et de la communication, il s’interroge sur les impacts sociaux, politique, culturels et économiques de l’internet, et les évolutions de la propriété intellectuelle liés au développement du réseau et des technologies numériques. Il a co-écrit avec Mélanie Dulong de Rosnay Propriété intellectuelle : géopolitique et mondialisation (Ed. CNRS, coll. Les essentiels d’Hermès, 2013). La diversité culturelle et le multilinguisme sur internet font partie de ses centres d’intérêt (Coordination de l’ouvrage collectif « Net.lang : réussir le cyberespace multilingue », C&F éditions, 2012). Il étudie la notion des biens communs de l’information, et plus largement la remise à l’ordre du jour des Communs, formes de gouvernance collective de biens partageables. Il a co-organisé sur ce thème un Séminaire et un PEPS au sein de l’ISCC (Institut des Sciences de la Communication du CNRS) avec Mélanie Dulong de Rosnay (2012).

Stéphanie Le Gallic (ISCC)

Capture d’écran 2015-09-22 à 11.10.14

Stéphanie Le Gallic a obtenu en 2014 son doctorat en histoire à l’université Paris-Sorbonne pour sa thèse « Les messages de lumière. La publicité lumineuse à Paris, Londres et New York depuis la fin du XIXe siècle » dans laquelle elle abordait des thématiques très larges telles la globalisation de la communication, les processus d’appropriation technique et la circulation des savoirs.

Elle est actuellement en post-doctorat à l’ISCC où elle apporte son expertise en matière d’histoire de la publicité dans le cadre du projet Web90. Elle s’intéresse à la fois à l’appropriation, au développement et à la structuration de la publicité numérique et à la manière dont la « communauté internet » (les FAI par exemple) a su elle-même s’autopromouvoir.

Louise Merzeau (Université Paris Ouest Nanterre La Défense)

louisemerzeau2013Louise Merzeau, docteur en sciences de l’information et de la communication, HDR en 71e section, est maître de conférences à l’université Paris Ouest Nanterre La Défense depuis 1994, où elle codirige le département Infocom. Elle conduit ses recherches dans le cadre du laboratoire Dicen-IDF, dont elle est directrice adjointe, et où elle est en charge de l’axe «Traçabilité, mémoires et identités numériques». Dans ce cadre, elle mène des travaux relevant d’une approche médiologique sur les usages et les enjeux épistémologiques et sociétaux des dispositifs numériques. Sur ces thématiques, elle pilote le projet PROFIL, dans le cadre du labex Passés dans le présent et elle assure le pilotage scientifique des ateliers du dépôt légal du Web à l’Ina depuis 4 ans. Par le passé, elle a participé au projet Prodoper (2007) et piloté le projet Proteus (2010), tous deux financés par l’ISCC-CNRS, et codirigé le numéro 53 d’Hermès sur « Traçabilité et réseaux ». Ancienne rédactrice en chef des Cahiers de médiologie, elle est membre des comités de rédaction des revues Médium, Documentaliste-Sciences de l’information, Intermédialités et InaGlobal, et cofondatrice de la collection « Intelligences numériques » aux Presses universitaires de Paris Ouest.

Francesca Musiani (ISCC – CNRS, Paris Sorbonne, UPMC)

Unknown copieFrancesca Musiani, docteur en socio-économie de l’innovation, est actuellement chargée de recherche à l’ISCC. Auparavant elle était ingénieure de recherche contractuelle au Centre de Sociologie de l’Innovation de MINES ParisTech/CNRS, où elle a mené son travail doctoral entre 2008 et 2012, et chercheuse associée au Berkman Center for Internet and Society de l’université de Harvard (Cambridge, MA, Etats-Unis). Elle a récemment effectué une année de post-doctorat aux Etats-Unis en tant que Yahoo! Fellow in Residence pour 2012-13 à l’Institut d’études diplomatiques de l’université de Georgetown (Washington, DC). Ses travaux de recherche principaux portent, dans une perspective interdisciplinaire, sur la gouvernance de l’Internet ; ils se sont inscrits dans les projets ANR Vox Internet (2006 – 2010) et ADAM-Architectures distribuées et applications multimédias (2010 – en cours), et plus récemment, dans le projet européen STREP P2Pvalue (2013 – en cours). Elle s’intéresse également aux changements des pratiques d’écriture et d’édition à l’ère du numérique, aux « croisements inédits » entre droit(s) et technologies de l’information, aux TIC pour le développement, et aux mécanismes de résolution des controverses en ligne. Auteure de Nains sans géants. Architecture décentralisée et services Internet, publié en 2013 aux Presses des Mines, elle écrit régulièrement des articles d’analyse pour l’Internet Policy Review, une publication de l’Alexander von Humboldt Institut fur Internet und Gesellschaft basé à Berlin, Allemagne. Francesca est la responsable du Réseau jeunes chercheurs de l’AIERI et a été récemment réélue coordonnatrice des relations extérieures du Global Internet Governance Academic Network (GigaNet).

Camille Paloque-Berges (HT2S, CNAM)

Camille-2Docteur en Sciences de l’information et de la communication, elle est ingénieure de recherche depuis 2013 au laboratoire Histoire des Technosciences en Société (HT2S, Conservatoire national des arts et métiers). Spécialiste de communications numériques en réseau elle a mené des recherches sur l’histoire des réseaux informatiques de communication du point de vue des utilisateurs et publics. Elle est membre associée du laboratoire DICEN (Dispositifs d’Information et de Communication à l’Ere numérique, Cnam) et du LabEX HASTEC (Histoire et Anthropologie des Savoirs, Techniques et Croyances) au sein duquel elle a effectué son post-doctorat en 2012-2013. Travaillant sur l’histoire des réseaux informatiques de communication, ses recherches portent sur le rôle des communautés d’utilisateurs dans le développement des infrastructures et usages associés et dans la médiation d’une culture scientifique et technique d’Internet. Elle conduit une recherche méthodologique sur les nouveaux matériaux numériques, et a organisé la journée d’étude du LabEx HASTEC « Les sources nativement numériques pour la recherche en histoire et patrimoine : pratiques et méthodes », le 9 décembre 2013 au Cnam en partenariat avec les laboratoires DICEN, HT2S, et le projet PATRIMONIUM/Patrimoine en Réseaux : enjeux, perspectives et tensions (PEPS interdisciplinaire de l’ISCC/CNRS). Elle participe au groupe de travail CoMeRe (Communication Médiée par les Réseaux) du Consortium Ecrits (TGIR HumaNum, CNRS) ainsi qu’aux réseaux d’échanges RESAW (A Research Infrastructure for the Study of Archived Web materials, piloté par le NetLab, Université d’Aarhus, Danemark) et « Pour un musée de l’informatique et de la société numérique » (piloté par le Cnam et le Musée des Arts et Métiers). Elle est l’auteure de Poétique des codes sur les réseaux informatiques (2009, Archives contemporaines).

Valérie Schafer (ISCC, CNRS, Paris Sorbonne, UPMC)

Photo © Inria / C. Tourniaire

vschaferValérie Schafer (porteuse du projet) est chargée de recherche à l’Institut des sciences de la communication du CNRS depuis 2010. Docteur en histoire (université Paris Sorbonne), sa thèse intitulée « Des réseaux et des hommes. Les réseaux à commutation de paquets, un enjeu pour le monde des télécommunications et de l’informatique (années 1960-1980) » sous la direction de Pascal Griset portait en particulier sur les réseaux Cyclades, Transpac, les protocoles X25, OSI, TCP/IP, les enjeux de développements des réseaux de données dans le monde des chercheurs en télécommunications et informatique. Elle mène actuellement de recherches sur le développement de l’Internet et du Web en France et en Europe dans les années 1990-2000 et a pu déjà apporter des contributions à cette histoire (histoire de RENATER, coordination du numéro de la revue Le Temps des Médias avec Jérôme Bourdon « Histoire de l’Internet, Internet dans l’histoire », en 2011). Secrétaire générale de la Société pour l’histoire des Médias (SPHM), coordinatrice du pôle Trajectoires du numérique de l’ISCC, elle est membre du comité de rédaction des revues Hermès et Le Temps des médias, et responsable avec Benjamin Thierry de la rubrique histoire de la revue informatique Technique et Science Informatique (TSI). Elle co-organise depuis 2010 avec Fanny Georges le séminaire Histoires de l’Internet. Elle a organisé en juin 2012 le colloque « 3615 ne répond plus. La fin du Minitel » et co-organisé les 15 et 16 mai 2014 le colloque international « Femmes, genre et technologies de l’information et de la communication en Europe (XIX°-XXI° siècles) » (LabEx EHNE, ISCC). Elle participe depuis deux ans au groupe de recherche européen RESAW (A Research Infrastructure for the Study of Archived Web materials, piloté par le NetLab, Université d’Aarhus, DK) qui rassemble professionnels de l’archivage du Web en Europe (BnF, INA, Library of Congress, etc.) et chercheurs.

Benjamin Thierry (Paris Sorbonne)

Unknown

Benjamin Thierry est maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université Paris-Sorbonne. Docteur en histoire contemporaine, sa thèse sous la direction du Pr Pascal Griset est intitulée « Donner à voir, permettre d’agir. L’invention de l’interactivité graphique et du concept d’utilisateur en informatique et en télécommunications en France (1961-1990) ». Celle-ci étudie la mise en place des interfaces graphiques en France et interroge les processus de définition de l’utilisateur dans la réalisation des systèmes interactifs depuis les premières tentatives menées dans l’aviation civile hexagonale jusqu’à la déferlante américaine dans la seconde moitié des années 1980 en passant par la télématique. Il mène aujourd’hui des recherches sur le développement de la culture numérique en France au travers de l’appropriation des dispositifs interactifs par le grand public (Thierry, 2012), les acteurs de la recherche (Thierry 2010 ; Schafer, Thierry, 2012) ou les grands organismes publics (Thierry, 2014). Il a notamment dirigé avec P. Griset le numéro spécial de la revue Flux, « L’histoire de la modélisation des réseaux techniques » en 2012 et publié avec V. Schafer en 2012 l’ouvrage Le Minitel. L’enfance numérique de la France. Ses recherches autour de l’enseignement au et par le numérique ainsi que son poste d’enseignant délégué aux humanités numériques et aux systèmes d’information auprès de la présidence de l’université Paris-Sorbonne jettent un pont entre sa pratique d’enseignant et ses recherches. Benjamin Thierry est également responsable avec Valérie Schafer de la rubrique histoire de la revue informatique Technique et Science Informatique (TSI) et membre du comité de rédaction de la revue Flux, Cahiers scientifiques internationaux Réseaux et territoires.

Dernières publications des membres de l’équipe :

Valérie Schafer et Benjamin G. Thierry, « From the Minitel to the Internet: The Path to Digital Literacy and Network Culture in France (1980s-1990s) », in Goggin Gerard et McLelland Mark, The Routledge Companion to Global Internet Histories, New York et Londres, Routledge, 2017, pp. 77-89.

Valérie Schafer, « From far away to a click away : the French State and public services in the 1990s », in Brügger Niels, Schroeder Ralph, The Web as History, Londres, UCL Press, pp. 117-133.

Valérie Schafer, Francesca Musiani et Marguerite Borelli, « Le patrimoine culturel immatériel pour aider à penser le patrimoine nativement numérique », in Severo Marta et Cachat Séverine (coord.), Patrimoine culturel immatériel et numérique, Paris, L’Harmattan, 2017, pp 131-145.

Valérie Schafer et Alexandre Serres (dir.), Histoires de l’Internet et du Web, infoclio.ch, coll. « Living Books about History » [en ligne], 2017, doi : 10.13098/infoclio.ch-lb-0006. Texte intégral bilingue : français / anglais.

Francesca Musiani et Valérie Schafer (coord.), Reset. Recherches en sciences sociales sur Internet[en ligne], no 6, Patrimoine et patrimonialisation numérique / Digital Heritage and Heritagization, 2017, url : https://reset.revues.org/770.

Dmitry Epstein, Christian Katzenbach, Francesca Musiani (ed.), Dossier « Doing internet governance: practices, controversies, infrastructures, and institutions », Internet Policy Review, volume 5, issue 3, 2016. http://policyreview.info/articles/analysis/doing-internet-governance-practices-controversies-infrastructures-and-0

Valérie Schafer, Francesca Musiani et Marguerite Borelli, “Negotiating the Web of the Past”, French Journal for Media Research [en ligne], no 6, La toile négociée / Negotiating the web, 2016, http://frenchjournalformediaresearch.com/lodel/index.php?id=952

Louise Merzeau, « Le profil : une rhétorique dispositive », Itinéraires [En ligne], 2015-3 | 2016, http://itineraires.revues.org/3056 ; DOI : 10.4000/itineraires.3056

Valérie Schafer, Benjamin Thierry, « The “Web of pros” in the 1990s: The professional acclimation of the World Wide Web in France », New Media & Society, April 27, 2016. doi:10.1177/1461444816643792

Francesca Musiani, Coburn Derrick, DeNardis Laura, Levinson Nanette, The Turn to Infrastructure in Internet Governance, Palgrave, 2016.

Camille Paloque-Berges, « L’imaginaire du « grand public » au tournant du Web (1993-1997) », Revue française des sciences de l’information et de la communication[En ligne], 7 | 2015, mis en ligne le 05 octobre 2015, consulté le 30 décembre 2015. URL : http://rfsic.revues.org/1478

Valérie Schafer, Benjamin G. Thierry (dir.), Connecting Women. Women, gender and ICT in Europe in the Nineteenth and Twentieth Century, Springer, 2015.

Camille Paloque-Berges, Valérie Schafer, Quand la communication devient patrimoine, Hermès 71, 2015, pp. 255-262

Schafer, V., Paloque-Bergès, C., Georges, F., « La culture Internet au risque du Web », Les Cahiers interdisciplinaires de la recherche en communication audiovisuelle, 2015, n° 24, pp. 15-30.

Valérie Schafer, « 
Part of a Whole: RENATER, a 20-year-old Network within the Internet », Information & Culture, vol. 50/2, may-june 2015, pp. 217-235.

Valérie Schafer, Benjamin Thierry, « L’ogre et la Toile. Le rendez-vous de l’histoire et des archives du Web », in Dana Diminescu et Michel Wievorka, « Le tournant numérique … et après? », Socio 4, 2015, pp. 75-96. 

Lionel Barbe, Louise Merzeau, Valérie Schafer (dir.), Wikipédia objet scientifique non identifié, Nanterre, PUPO, 2015. 

Le Crosnier Hervé, Une introduction aux communs de la connaissance, C&F Editions, 2015. 

Andrew L. Russell, Valérie Schafer, « In the Shadow of ARPANET and Internet: Louis Pouzin and the Cyclades Network in the 1970s », Technology and CultureVolume 55, Number 4, October 2014, p. 880-907.

Camille Paloque-Berges, « Le rôle des communautés patrimoniales d’Internet dans la constitution d’un patrimoine numérique : des mobilisations diverses autour de l’auto-médiation », in Bernadette Saous-Dufrene and Benjamin Barbier (dir.), Heritage and Digital Humanities, Lit Verlag, 2014.

Louise Merzeau, « Le Flâneur impatient », Médium, Rythmes, N°41, 2014/4, p. 20-29. Télécharger l’article sur Hal-SHS

Schafer Valérie, Thomas Stenger, « Internet, e-marketing et e-commerce: histoire, structuration et enjeux », in Stenger Thomas et Bourliataux-Lajoinie Stéphane (coord.), e-marketing & e-commerce. Concepts, outils, pratiques, 2ème édition, Paris, Dunod, 2014, p. 11-46.

Samuel Hayat, Camille Paloque-Bergès (dir.), « Pirater », Tracés, n° 26, 2014.

Louise Merzeau, “Entre événement et document : vers l’environnement-support”, Les Cahiers de la SFSIC, janvier 2014/n° 9, p.230-233.

Valérie Schafer, « La place du ‘national’ dans le déploiement de l’Internet : une construction entre local et global », in Cattaruzza Amaël, Danet Didier, La Cyberdéfense. Quel territoire, quel droit ?, Economica, p. 34-45.

Fanny Georges, « Post mortem digital identities and new memorial uses of Facebook: Analysing the memorial page creators’ identity », 2014, p. 82–93.

Alexandre Mallard, Cécile Méadel, Francesca Musiani, « The Paradoxes of Distributed Trust: Peer-to-Peer Architecture and User Confidence in Bitcoin », Journal of Peer Production, 2014, 4, p.10.

Nicolas Taffin (coord.), Pages publiques à la recherche des trésors du domaine public, C&F Editions, 2014. (participation d’Hervé Le Crosnier)

Etienne Armand Amato, Fred Pailler, Valérie Schafer (dir.), « Sexualités », Hermès 69, 2014.

Francesca Musiani, Valérie Schafer, Hervé Le Crosnier, «Net neutrality as an Internet Governance Issue: the Globalization of an American-born debate », Revue Française d’Études Américaines, 2013 (134), p.47-63.

Benjamin Thierry, « Un demi-siècle de communication scientifique à l’Inria (1967-2013) », in Schafer, V., Information et communication scientifiques à l’heure du numérique, CNRS Editions, Paris, 2014, p.125-137.

Camille Paloque-Bergès, Valérie Schafer, « Les archives des réseaux numériques : périmètres, enjeux, défis », Culture et Recherche n°129, dossier « Les archives », avril 2014, p. 68-69.