Entretien avec Pierre Beyssac du 20 juillet 2017

En ce mois de juillet  2017, les entretiens se multiplient pour notre plus grand plaisir. Après celui avec messieurs de Maublanc et Haladjian, c’était au tour de Pierre Beyssac de venir éclairer notre histoire. De sa découverte de l’informatique et des réseaux, de Usenet ou de  Fnet à la création de Gandi, il revient pour nous sur tout un pan du développement des réseaux, d’Internet puis du Web en France.

 

Anonymat sur Usenet : débats, acteurs, enjeux

Les années 1990 ont vu une utilisation croissante des Newsgroups, qui permettent notamment aux premiers passionnés de communication en réseau d’échanger. Il est ici question d’observer quelques débats sur les Newsgroups français concernant l’anonymat sur Internet dans la décennie 1990 jusqu’en 2002.

Anonymat

D’après Adeline Hérault et Pierre Molinier (2009), la raison principale de l’utilisation de l’anonymat sur internet est « un facteur de désinhibition, plus qu’une ouverture sur une vie complètement imaginaire » . Valérie Baudouin, Julia Velkovska (1999) et Anne Revillard (2000) soutiennent que l’anonymat est ainsi synonyme de liberté car il suscite moins d’engagement, mais crée des relations plus impersonnelles et superficielles, car il ne permet pas une construction ordinaire de l’identité de son correspondant.

Toutefois dans les newsgroups à l’origine la norme était plutôt de donner son vrai nom, les utilisateurs n’étant qu’un nombre restreint de passionnés. Certaines personnes utilisent certes déjà des pseudonymes mais à partir de 1993 aux Etats-Unis avec un accès aux newsgroups par l’intermédiaire l’AOL, déferlent les newbies ce qui change la dynamique des forums. Ces nouveaux venus ne sont pas rodés aux conventions des forums. Les personnes utilisant des pseudonymes sont celles qui auraient d’ailleurs plus tendance à négliger la Nétiquette (en crosspostant, en spammant, en faisant des fautes d’orthographe, en utilisant des majuscules, etc.) et de ce fait à déranger les autres utilisateurs. La communauté d’habitués, les « dinosaures de Usenet », ainsi que d’autres utilisateurs respectueux des normes associent ainsi anonymat et irresponsabilité. Beaucoup sont pour cette raison contre l’anonymat. Celui-ci décrédibilise et donne une impression de malhonnêteté. Pourtant, comme l’indique Patrick Schmoll (2001), il est aussi revendiqué comme une liberté personnelle, parfois par les mêmes utilisateurs qui le conteste.

Aux vues des conversations dans les newsgroups, les utilisateurs distinguent deux niveaux d’anonymat. Dans une conversation datant de 2002 sur groups.google.com dans fr.usenet.divers «anonymat sur usenet», il est question d’anonymat relatif et d’anonymat dur. Le premier correspond au fait de ne pas dévoiler sa vraie identité aux autres utilisateurs, tout en étant toujours identifiable auprès des FAI. Certaines personnes, comme JC Amy dans fr.misc.droit «Sur l’anonymat» du 19.10.1998, ne sont pas contre l’anonymat relatif, et l’usage de noms de plumes, tant que l’individu concerné est identifiable en cas de délit. Comme remarqué précédemment, ce type d’anonymat n’est pas très apprécié de la part des habitués, mais est toléré. L’anonymat dur est considéré comme tel lorsque même les FAI n’ont pas les moyens de retrouver l’identité réelle d’un utilisateur. Ce dernier niveau d’anonymat pose problème, car il est assimilé à des activités criminelles.

« L’anonyme, le vrai, c’est le type qui lance un ordre d’annulation de vos articles, un spam, un article contraire à une législation ou aux règles de savoir-vivre communément admises en s’arrangeant pour qu’on ne puisse pas le retrouver. »

Ainsi, comme l’indique Denis Liégeois sur un forum, moins on est traçable, moins on est honnête. Ceci soulève la question de la responsabilité, qui fait parti des enjeux centraux autour de l’anonymat sur Usenet. Un utilisateur doit pouvoir être responsable de ses propos devant la loi et un anonymat dur empêcherait cela.

Responsabilité

La question de la responsabilité n’était pas claire dans les années 90, l’affaire Altern.org en étant un bon exemple. L’hébergeur de sites web Altern fut attaqué en justice pour motif d’atteinte à la vie privée par Estelle Halliday parce qu’un des sites hébergés avait publié des photos intimes de cette dernière. A l’époque, la justice trancha en faveur d’Estelle Halliday, inférant ainsi la responsabilité des intermédiaires pour les actions de leurs utilisateurs. Les débats fusèrent alors sur Usenet, la responsabilité des intermédiaires allant de paire avec la question de l’anonymat. Les discussions liées à l’anonymat sont pour la plupart aujourd’hui introuvables, mais dans les bribes de conversations encore visibles sur les googlegroups, beaucoup sont contre l’anonymat dur car il empêche les intermédiaires de déterminer l’identité des auteurs en cas de délit.

Parmi les prises de position dans une discussion usenet.divers «anonymat et responsabilité pénale» contenant 204 posts de 11 auteurs en mai 2001, notamment entre Laurent Chemla, cofondateur de Gandi, Daniel N. Raviez, avocat du barreau de Paris, Silvain Tirriau, militant pour les droits humains et passionné de NTIC, plusieurs positions émergent :

  • L’anonymiseur devrait être tenu responsable d’avoir permis à un individu de publier des contenus illégaux en étant intraçable. Il devrait être poursuivi pour destruction de preuves et complicité. Cette solution déresponsabilise les intermédiaires techniques et empêche une possible censure de ces derniers.
  • La responsabilité des FAI et intermédiaires: les hébergeurs devraient mettre en place des mesures d’identifications plus strictes qu’elles ne le sont.
  • Contre l’anonymat si le FAI est tenu pour responsable des propos d’utilisateurs qui ne sont pas identifiables (la situation de l’anonymat sur internet serait semblable à celle de la publication d’articles dans les journaux).

La loi du 21 juin 2004 codifie la part de responsabilité des intermédiaires en requérant une prompte réaction lors d’un avertissement de contenu illicite.

Si le flou juridique qui entoure l’anonymat donne lieu à de nombreuses discussions sur Usenet dans les années 1990, la question fait toujours débat à l’heure actuelle.

 

Entretien avec Henri de Maublanc et Rafi Haladjian (partie 1)

Le 7 juillet 2017 Henri de Maublanc et Rafi Haladjian nous faisaient le plaisir de revenir sur leurs parcours qui, du Minitel à Internet et au Web, fait d’eux des témoins de premier plan de la période que couvre notre projet. Du kiosque et des messageries roses à la naissance des premiers FAI, dont Francenet, et des premiers sites de vente en ligne sur le Web, nous avons notamment exploré grâce à eux les enjeux économiques et commerciaux du numérique.

Entretien réalisé par Valérie Schafer, Michel Elie et Victoria Peuvrelle

A Louise

Ta disparition n’éteindra pas, Louise, l’amitié que nous te portons, le plaisir de te lire, le souvenir de nos projets passés, le regret de ceux que nous avions à venir, l’honneur et la fierté d’avoir travaillé avec toi. Nous pensons et continuerons tous au sein de l’équipe Web90 de penser très fort à toi.