Digital Social Memory: Privacy, Ethics, and Representation in Digital Preservation

This conference will convene a diverse range of experts in various facets of digital social memory for an afternoon of case-studies and conversations addressing the implications of Webrecorder’s model for the web archiving field and for digital social memory as a whole. This program is organized by Michael Connor, Artistic Director, Rhizome, with Aria Dean, Assistant Curator, Rhizome.

 

Big Data, Little Data, No Data. Scholarship in the Networked World

9780262529914Abstract: “Big Data” is on the covers of Science, Nature, the Economist, and Wired magazines, on the front pages of the Wall Street Journal and the New York Times. But despite the media hyperbole, as Christine Borgman points out in this examination of data and scholarly research, having the right data is usually better than having more data; little data can be just as valuable as big data. In many cases, there are no data—because relevant data don’t exist, cannot be found, or are not available. Moreover, data sharing is difficult, incentives to do so are minimal, and data practices vary widely across disciplines.

Borgman, an often-cited authority on scholarly communication, argues that data have no value or meaning in isolation; they exist within a knowledge infrastructure—an ecology of people, practices, technologies, institutions, material objects, and relationships. After laying out the premises of her investigation—six “provocations” meant to inspire discussion about the uses of data in scholarship—Borgman offers case studies of data practices in the sciences, the social sciences, and the humanities, and then considers the implications of her findings for scholarly practice and research policy. To manage and exploit data over the long term, Borgman argues, requires massive investment in knowledge infrastructures; at stake is the future of scholarship.

En savoir plus sur Christine Borgman, Big Data, Little Data, No Data. Scholarship in the Networked World, The MIT Press, 2015.

Les débuts du Web en France à l’IN2P3 (1992)

Daniel Charnay, ingénieur réseaux au CC IN2P3, était invité par Mathieu Vidart à l’émission de France Inter « la Tête au carré », pour parler des débuts du World Wide Web en France et dans le monde. (Ré)écouter l’émission 

Voir également le site de l’IN2P3 et les entretiens croisés de Wojcek Wojcik et Daniel Charnay, Ingénieurs informaticiens au Centre de Calcul IN2P3 qui dès 1992 lancent le premier site Web en France.

Nouvelle revue en Humanités numériques

La revue « Analyses et méthodes formelles pour les humanités numériques » (MODOC), souhaite offrir aux scientifiques une tribune pluridisciplinaire et interdisciplinaire autour des Humanités Numériques, destinée à faire connaître des travaux concernant l’étude des documents numériques et de leurs contenus, ceci indépendamment du canal de communication utilisé : écrit, parole, langue des signes, ou du support : texte, image ou vidéo.
MODOC sollicite des contributions portant sur des travaux d’analyse ou des états de l’art en relation avec l’impact qu’a la dimension numérique sur la création, la dissémination et l’utilisation des documents, aussi bien que des articles sur les modèles développés autour des documents numériques.

En savoir plus  

AAC Reset : Formes et mouvements politiques à l’ère du numérique

Le comité de rédaction de la revue RESET et les coordinateurs du numéro, Célya Gruson-Daniel et Clément Mabi, ont le plaisir d’annoncer l’appel à propositions pour le numéro 7, Formes et mouvements politiques à l’ère du numérique.

L’appel en français et en anglais est disponible à https://reset.revues.org/860 et https://reset.revues.org/861. La date limite d’envoi des propositions (résumés de 500 mots) est fixée au 28 février.

Histoires de l’Internet et du Web

Qui a « inventé » Internet ? Qui détient les clés d’Internet ? Quelles sources, quels acteurs mettre en lumière pour composer une histoire de l’Internet et du Web qui rende compte de ses origines, trajectoires, tournants, évolutions, continuités ?
L’émergence d’Arpanet dans les années 1960, puis de l’Internet dix ans plus tard, est le produit d’un processus d’innovation de longue durée et non clos jusqu’à aujourd’hui, marqué par l’enchevêtrement de lignées sociotechniques et de réseaux d’acteurs hétérogènes.
À l’occasion des cinquante ans du lancement du projet Arpanet, des vingt-cinq ans du Web ou encore des vingt ans d’Internet Archive, et à travers une sélection de sources et de textes de recherche, cette anthologie cherche à donner un aperçu de la variété des acteurs, trajectoires, approches, méthodologies et écritures de l’histoire d’Internet et du Web. Organisée en trois parties qui tendent à dessiner une progression chronologique – d’Arpanet à Internet, puis de l’Internet des premiers adoptants à sa prise en considération par le politique et les premiers pas d’une gouvernance élargie, enfin du Web à sa démocratisation dans le grand public au début des années 2000, elle met en dialogue des approches techniques, économiques, sociales, culturelles, politiques, ou encore juridiques et offre une vision élargie d’une histoire qui ne s’écrit pas seulement aux et depuis les Etats-Unis mais connaît aujourd’hui un véritable dynamisme international.

Découvrir ce Living Book (2017) dirigé par Valérie Schafer et Alexandre Serres 

capture-decran-2017-01-05-a-11-38-09