Séminaire Epistémologie et pratique des humanités numériques

A Graph of 1.000 vertices / 14.116 edges, showing clear clusters. Source: Grandjean Martin (2015) GEPHI - Introduction to Network Analysis and Visualization CC BY-SA 4.0

A Graph of 1.000 vertices / 14.116 edges, showing clear clusters. Source: Grandjean Martin (2015) GEPHI – Introduction to Network Analysis and Visualization
CC BY-SA 4.0

Seconde édition du séminaire #EPHN2017, organisé par Claire Bourhis-Mariotti (Paris 8), Suzanne Dumouchel (Dariah) et Lauric Henneton (UVSQ) avec la participation de Laurent Chatel (Paris 4).

Il se tiendra le vendredi de 10h à 12h, une fois par mois, à l’INRIA (2 rue Simone Iff, 75012 Paris), sauf séance du 21 avril à l’Université Paris Sorbonne (Maison de la Recherche, 28, rue Serpente, 75006 Paris).
 
Le séminaire s’attachera à explorer le paysage épistémologique des HN telles qu’elles sont pratiquées tant au niveau individuel que collectif, tant en France qu’à l’étranger ou dans le cadre de projets internationaux. Dans une perspective interdisciplinaire, chaque séance du séminaire s’appuiera sur des études de cas visant à explorer les enjeux épistémologiques des HN. Les interventions peuvent prendre en compte le questionnement initial qui fait naître le projet, la mise en œuvre d’un outil pertinent, les différentes contraintes et les procédés de valorisation notamment. Chaque présentation sera ensuite discutée par un intervenant avant de donner la parole à la salle. Des comptes rendus de ces séances seront régulièrement publiés sur le blog https://movi.hypotheses.org/120. Vous pouvez y retrouver les comptes rendus des séances de l’année précédente.
 
13 janvier :  Sean Takats (George Mason University, Virginia). 
“Vers une nouvelle figure du chercheur ? »
A partir de l’expérience d’un usager de divers outils humanités numériques (Zotero, PressForward et Tropy), il s’agira de proposer une analyse épistémologique des pratiques en humanités numériques dans la recherche en sciences humaines et sociales, et notamment de s’interroger sur l’évolution de la pratique du chercheur, et donc de son domaine de compétences et d’expertise, et de son métier, avec le développement des humanités numériques.
Discutant : Frédéric Clavert (Université de Lausanne)
 
24 février :  Andrea Del Lungo (Université de Lille 3)
« Le projet d’édition numérique eBalzac »
Le projet d’hypertexte balzacien Phœbus a été retenu et financé par l’ANR pour la période 2016-2019. Porté par l’équipe Alithila de l’université Lille 3 (sous la responsabilité d’Andrea Del Lungo), en collaboration avec le Laboratoire d’Informatique de Paris 6 (Jean-Gabriel Ganascia) et l’équipe Celff 16-21 de Paris 4 (Pierre Glaudes), le projet a l’ambition de créer une édition hypertextuelle en ligne de La Comédie humaine, signalant les sources, les citations, les réemplois, les homologies et les co-occurrences lexicales en relation à un vaste corpus de textes contemporains ou antérieurs.
 
Discutant : Emmanuelle Morlock, Marie Dupond 
 
24 mars :  Marianne Reboul (Université Paris Sorbonne)
« Technologies for better human learning and teaching”
Présentation du projet H2020-ICT-2015 (en attente de validation) : Technologies for better human learning and teaching, SMILE project : Projet européen visant à l’étude de corpus (l’Odyssée d’Homère et Oedipe Roi de Sophocle) dans les lycées et le supérieur par la réalité augmentée (11 partenaires européens).
Discutant : Fatiha Idmhand  (Univ. de Poitiers) et Thomas Lebarbé (Univ. de Grenoble Alpes)

Lire la suite

AAC: Software Conference (SIGCIS) at the Computer History Museum

The Computer History Museum in Mountain View, CA. Dzou, 2005 CC BY-SA 3.0

The Computer History Museum in Mountain View, CA.
Dzou, 2005
CC BY-SA 3.0

The Computer History Museum is hosting and co-organizing a special conference of SIGCIS the weekend of March 17-18; this group has become a major forum in the US for historians of computing. In that same week we will also host several private meetings (ACM history committee, IEEE editorial board, etc.), so a lot of key folks in the field will be around and also attend some or all SIGCIS events.

The conference welcomes papers around Web, net, and online history
The deadline is December 30, 2016.

L’impensé numérique

 

Robert P. (dir.), L’impensé numérique, tome 1: Des années 1980 aux réseaux sociaux, Éditions des Archives Contemporaines – Éditions des Archives Contemporaines, 2016.

113964332Présentation: L’informatique se dilue désormais dans le vaste magma du numérique. Un numérique qui irrigue aujourd’hui les moindres replis de notre société, que ce soit dans les domaines professionnels, transactionnels, domestiques ou relationnels. Cette diffusion modifie-t-elle pour autant ce que nous avons appelé en 2012 le mode d’existence idéologique des TIC? Cette dissémination permettrait-elle de sortir de ce que nous avions baptisé alors l’impensé informatique? Il semblerait que non. C’est en tout cas ce que montre ce livre en deux tomes, puisqu’il présente ce que l’on peut désormais appeler un véritable impensé numérique qui travaille à l’acceptation du numérique dans notre société, voire à un apprivoisement des usagers du numérique aux logiques qu’il instaure. Le premier tome de ce travail offre un panorama qui va des années 1980 aux réseaux sociaux. Il teste l’hypothèse de l’impensé sur des « objets » comme la carte d’identité et le passeport informatisés, le bogue de l’an 2000, les rapports officiels, ou les notions-cadres de régulation/dérégulation. Il éclaire également d’un jour nouveau, toujours sous le révélateur de l’impensé, les pratiques du logiciel libre comme celles des réseaux sociaux, celles de Google comme celles du Web 2.0.

Enjeux et méthodes des analyses de données quantitatives et qualitatives

Journée d’étude du 27 janvier 2017, co-organisée par les laboratoires ELICO, Marge, et Hisoma, avec le soutien de l’URFIST de Lyon et de l’ED 485 EPIC, à Lyon, à l’Amphithéatre de la Maison Internationale des Langues et de la Culture, 35 rue Raulin, 69007 Lyon.

L’inscription est possible ici :
https://framadate.org/32tso4uUvZwIbZNk

Benutzer:DL5MDA CC BY-SA 3.0

Benutzer:DL5MDA
CC BY-SA 3.0

Programme

8h30-9h00 : café d’accueil des invités et du public

9H00- 9h15 – Présentation de la journée : Orélie Desfriches Doria

Matinée : Modération Orélie Desfriches Doria (ELICO)

9h15-30h – Introduction de la journée: « Introduction générale aux méthodes quantitatives/qualitatives et leurs possibilités de mise en complémentarité » (Christian Cote- MARGE)

9h30 h- 10h30- Christophe Lejeune (Chercheur Invité, Université de Liège) : « Analyser des contenus, des discours ou des vécus. Recherches (qualitatives) spécifiques ou conciliables ? »

11h -11h30 – Adrian Staii (ELICO) : « Enjeux des analyses qualitatives et quantitatives » (titre provisoire)

11h30 – 12h00 – Cherifa Boukacem-Zeghmouri (ELICO) et Thierry Lafouge (ELICO) : « Une courte histoire méthodologique de l’impact des articles scientifiques »

12H00h-12h30 – Laurence Mellerin (HISOMA) : « Complémentarité des approches quantitatives et qualitatives dans Biblindex, index des citations bibliques chez les Pères de l’Eglise »

Déjeuner

Après-midi : Modération Mabrouka El Hachani (ELICO)

14h00-15h00 – Milad Doueihi : titre à venir –

15h00 – 15h45 – Aurélien Bénel : « Herméneutes et algorithmes : La sémantique du Web à l’épreuve de l’analyse qualitative »

16h15 – 16h 45 – Michèle Brunet (HISOMA) : « De l’analyse au balisage des textes, revisiter la modélisation sous-jacente à toute édition de corpus de sources anciennes »

16h45 – 17h15 –Julia Bonaccorsi (ELICO) : « Planches, tables et cadres : questions posées par les pratiques d’analyse qualitative de corpus iconographiques en contexte numérique »

Synthèse et clôture de la journée

voir https://lyonqualitatif.wordpress.com/

AAC : Le pouvoir des liens faibles, colloque de Cerisy

Cerisy jeudi 28 septembre (19h) – lundi 2 octobre 2017 (18h) – « Le pouvoir des liens faibles », Alexandre Gefen et Sandra Laugier

CC BY 2.0 File:NodeXL Twitter Network Graphs - Occupywallstreet (mentions and replies) (BY).png 17 Novembre 2011

CC BY 2.0
File:NodeXL Twitter Network Graphs – Occupywallstreet (mentions and replies) (BY).png
17 Novembre 2011

La thèse centrale de l’article désormais classique de Mark Granovetter, « La force des liens faibles » (1973) tient à l’opposition entre des « liens forts » (amitié, famille, mariage) et des liens sociaux, à faible charge affective ou officielle, quoique essentiels dans le fonctionnement des structures relationnelles.Écartés de la théorie de l’art, de l’éthique comme des philosophies traditionnelles du sujet, ces liens faibles sont pourtant au cœur des formes contemporaines d’attachement et d’attention : dans l’espace démocratique du commun réouvert par le champ numérique des réseaux sociaux, dans la sphère de la vie culturelle, dans les formes de présence à l’autre (visages, objets, musiques, personnages, improvisations « d’un soir »). Lieux et situations ordinaires mais irremplaçables dans leurs singularités, ils déterminent notre relation aux autres, nos engagements quotidiens comme le flux de nos identités et les inflexions de nos vies – et ce tout autant que les passions de l’âme, les attachements de longue durée, les identifications directes et les affects massifs.Le concept est opératoire du côté de l’anthropologie (Victor W. Turner suggérait de repenser ce qu’il nommait le « pouvoir des faibles ») comme de la politique (lorsqu’elle s’intéresse aux liens sociaux dans l’espace public ou au souci des autres lointains), du côté de l’écologie (si l’on essaie de penser notre lien à l’environnement ou aux animaux), du côté des arts et de la fiction (si l’on pense à l’attachement aux objets et personnages). Il offre des outils nouveaux pour analyser notre relation de projection ou d’affection envers des modèles originaux, et convient à merveille pour décrire bien des aspects et rapports de la vie numérique contemporaine.

Les propositions de contributions (30 lignes accompagnées d’une bio-bibliographie de 5 lignes) sont à faire parvenir à Alexandre Gefen (alexandre.gefen@paris-sorbonne.fr) et Sandra Laugier (sandra.laugier@gmail.com) d’ici le 30 décembre 2016 impérativement.

 

AAC « Retours critiques sur les sociologies numériques »

logo-sociologieetsociete-inv-rougebleuLa revue Sociologie et sociétés lance un appel à contributions pour un dossier qu’elle consacrera aux « Retours critiques sur les sociologies numériques ». Un numéro dont l’objectif général est de réfléchir aux répercussions concrètes des transformations numériques dans l’approche de la sociologie et, partant, des rapports de la sociologie avec ses objets, ses méthodes et ses outils.

CALENDRIER

  • Remise des propositions d’article pour le 9 janvier 2017
  • Réponse aux auteurs avant le 1er février 2017
  • Remise des articles définitifs (70,000 signes, approximativement 11,000 mots) pour le 12 juin 2017.

Les propositions sont à envoyer aux coordinateurs du numéro :Nicolas Baya-Laffite (Université de Lausanne, STS-Lab), Bilel Benbouzid (Université Paris-Est Marne la Vallée, LISIS) 

appel-a-contribution

Big Data, Little Data, No Data

Big Data, Little Data, No Data

Scholarship in the Networked World
By Christine L. Borgman (MIT Press, 2015)

9780262529914

En savoir plus

“Big Data” is on the covers of Science, Nature, the Economist, and Wired magazines, on the front pages of the Wall Street Journal and the New York Times. But despite the media hyperbole, as Christine Borgman points out in this examination of data and scholarly research, having the right data is usually better than having more data; little data can be just as valuable as big data. In many cases, there are no data—because relevant data don’t exist, cannot be found, or are not available. Moreover, data sharing is difficult, incentives to do so are minimal, and data practices vary widely across disciplines.

Borgman, an often-cited authority on scholarly communication, argues that data have no value or meaning in isolation; they exist within a knowledge infrastructure—an ecology of people, practices, technologies, institutions, material objects, and relationships. After laying out the premises of her investigation—six “provocations” meant to inspire discussion about the uses of data in scholarship—Borgman offers case studies of data practices in the sciences, the social sciences, and the humanities, and then considers the implications of her findings for scholarly practice and research policy. To manage and exploit data over the long term, Borgman argues, requires massive investment in knowledge infrastructures; at stake is the future of scholarship.

Web domains workshop (Aarhus, december 2016)

Quelques outils, présentations, pistes déjà disponibles …

 

L’Alerte ou l’enquête

 Comment circulons-nous sur le web ? Comment organisons-nous nos recherches ? Qu’est-ce qui nous arrête et qu’est-ce qui nous fait bifurquer ? Comment agissons-nous face à l’inattendu ou au trop connu ? Internet incite à se promener, à visiter, à se faire curieux, ce dont rend compte le terme de sérendipité. Avec le numérique, les possibilités de consommation culturelle deviennent illimitées. Cet ouvrage analyse les processus qui permettent à l’heureux hasard de se manifester mais aussi, au-delà, les façons dont on butine sur Internet, dont on explore les contenus entre flânerie curieuse, attention flottante, multi-activités ou engagement soutenu. L’auteur étudie ce qu’il appelle un régime exploratoire à travers quatre comportements essentiels de la vie : apprendre, travailler, faire des rencontres et se détendre. Chaque étude de cas rend compte d’une forme de compétences spécifiques liées aux usages d’Internet et à l’exploration curieuse. Certaines de ces compétences sont acquises dans le domaine scolaire, d’autres sont de nature extra-scolaire ou familiale. En filigrane de ces analyses, se dégagent des inégalités nouvelles liées au monde de l’illimité, que cet ouvrage se propose de mettre au jour.

AUREY.indd

Nicolas Auray a apporté une contribution déterminante à la sociologie des médias sociaux et de l’Internet, en particulier à l’analyse des mouvements hackers et de la culture numérique. Il a été Maître de conférences à Télécom ParisTech avant d’être nommé Professeur à l’université de Nice Sophia-Antipolis. Il a récemment coordonné, avec Samira Ouardi, le numéro de la revue Mouvements consacré au Pouvoir et (contre-)pouvoir du numérique (2014) et avec Fréderic Keck celui de la revue Terrain consacré aux virus (2015). Le présent ouvrage paraît à titre posthume.

Archiver le web, c’est être condamné aux vides

« Craignant Donald Trump, le patron d’Internet Archive, Brewster Kahle veut faire une copie canadienne de ses archives ».

Voir la Vie numérique, Xavier de la Porte

Lire également le billet de Brewster Kahle, suite à l’élection de Donald Trump et le souhait d’Internet Archive de un Internet Archive of Canada.