On the trace of a website’s lost past

[A guest post from Federico Nanni, who a PhD student in Science, Technology and Society at the Centre for the History of Universities and Science of the University of Bologna.]

(…) In fact, Italy does not have a national archive for the preservation of its web-sphere and furthermore “Unibo.it” has been excluded from the Wayback Machine.

For this reason, I have focused my research (a forthcoming piece on this will be available in Digital Humanities Quarterly) primarily on understanding how to deal and solve this specific issue in order to reconstruct the University of Bologna’s digital past and to understand if these materials are able to offer us a new perspective on the recent history of this institution. (…)

Un billet passionnant de Frederico Nanni à découvrir sur le blog de Ian Milligan. 

Nos ordinateurs ont-ils la mémoire courte ?


Sombre menace sur le numérique : nos supports sont fragiles, nos données informatiques en danger. Ce documentaire explore les alternatives pour éviter à notre époque de perdre la mémoire.

Tools for collecting social media archives

Following a conversation on the Association Of Internet Researchers (AOIR)’s mailing-list, the SocialMediaLab (developed at the Australian National University) package emerges as a tool for collecting data on social media platforms for virtual ethnography analysis, among other types of analysis.

http://voson.anu.edu.au/SocialMediaLab

Although the handling of this software suite requires some basis in programming, the authors have written an « Absolute Beginner’s » guide for SocialMediaLab.

http://voson.anu.edu.au/papers/SocialMediaLab/Absolute_Beginners_Guide_to_SocialMediaLab.pdf

Metadata

By Jeffrey Pomerantz (The MIT Press)

9780262528511When “metadata” became breaking news, appearing in stories about surveillance by the National Security Agency, many members of the public encountered this once-obscure term from information science for the first time. Should people be reassured that the NSA was “only” collecting metadata about phone calls—information about the caller, the recipient, the time, the duration, the location—and not recordings of the conversations themselves? Or does phone call metadata reveal more than it seems? In this book, Jeffrey Pomerantz offers an accessible and concise introduction to metadata.

In the era of ubiquitous computing, metadata has become infrastructural, like the electrical grid or the highway system. We interact with it or generate it every day. It is not, Pomerantz tell us, just “data about data.” It is a means by which the complexity of an object is represented in a simpler form. For example, the title, the author, and the cover art are metadata about a book. When metadata does its job well, it fades into the background; everyone (except perhaps the NSA) takes it for granted.

Pomerantz explains what metadata is, and why it exists. He distinguishes among different types of metadata—descriptive, administrative, structural, preservation, and use—and examines different users and uses of each type. He discusses the technologies that make modern metadata possible, and he speculates about metadata’s future. By the end of the book, readers will see metadata everywhere. Because, Pomerantz warns us, it’s metadata’s world, and we are just living in it.

AAC revue Communication: TIC et «architexture» organisationnelle

communication160x75-160x75Revue du département d’information et de communication de l’Université Laval

Numéro thématique coordonné par Florian Hémont (PREFics – Université Rennes 2), Anne Mayère (CERTOP – Université Toulouse 3), Jean-Luc Bouillon (PREFics – Université Rennes 2) et Isabelle Bazet (CERTOP – Université Toulouse 3)

Dans un contexte de numérisation généralisée, force est de constater que les médiations numériques occupent désormais une place prépondérante et qu’elles ne sont pas sans incidences sur la manière dont les échanges et les modalités d’action et d’agir collectifs prennent forme.

Les recherches autour des Technologies Numériques de l’Information et de la Communication nous semblent trop souvent laisser de côté la question même de ces technologies, de la façon dont elles sont conçues pour équiper certaines activités, et dont elles participent à mettre en forme l’agir. Par ailleurs, la référence au numérique conduit souvent à les renvoyer à un espace qui serait de l’ordre du « virtuel », en cela opposé au «réel». De la virtualité à l’immatérialité, il n’y a qu’un pas qui est souvent franchi. Notre projet vise à prendre au sérieux la matérialité de ces technologies : non seulement en ce qu’elles prennent appui sur des objets et réseaux techniques on ne peut plus matériels, et qui requièrent tout un travail souvent invisibilisé de maintenance (Denis et Pontille, 2010 et 2012) ; mais aussi en ce que les applications informatisées qui mettent en forme les «écrits d’écran» et leurs enchainements, leurs articulations possibles ou entravées, configurent les possibilités de l’écriture, de la lecture, et des conversations. Cette matérialité des technologies, nous proposons de l’appréhender dans son rapport à l’organisation et aux processus organisants. Il s’agit ici de se positionner dans une approche non essentialiste de l’organisation, dans la lignée des travaux de Weick (1995), de l’École de Montréal (Taylor et Van Every, 2000 ; Cooren, 2010), et plus largement des recherches relevant de la Communication constitutive des organisations (Putnam et Mumby, 2014). En cela, ce qui fait « organisation » n’est pas établi a priori mais identifié dans les configurations de processus organisants qui lui donnent forme, et qui participent à ses transformations. De même est-il important de retenir un questionnement qui dépasse la seule désignation de la « matérialité » pour spécifier ce qui la constitue, la met en forme, et contribue ainsi à configurer l’agir (Denis, 2015). 
Dans la lignée d’autres travaux sur la matérialité et les processus organisants (Leonardi et al., 2012), nous souhaitons proposer comme fil directeur de ce questionnement une mise en discussion de la notion d’« architexte » développée par Yves Jeanneret et Emmanuel Souchier à la fin des années 1990 (1999) — et régulièrement retravaillée depuis lors (Tardy et Jeanneret, 2014 ; Jeanneret, 2015) — afin d’étudier les « écrits d’écran ». L’architexte est une écriture de l’écriture, qui la pre-scrit. Ces auteurs nomment les « architextes (de archè : origine et commandement), les outils qui permettent de représenter la structure du texte à l’écran et qui, non contents de représenter la structure du texte, en commandent l’exécution et la réalisation. Autrement dit, le texte naît de l’architexte qui en balise l’écriture » (Jeanneret et Souchier, 1999 : 103). En considérant cette écriture en bonne part invisibilisée, qui apparaît « en creux » dans les espaces d’écran dédiés à la lecture, à l’écriture et leurs enchainements, il s’agit notamment d’interroger les actants qui agissent ainsi en coulisses, et les modèles projetés car « situés au commencement et au commandement de l’acte d’écrire, les maîtres de l’architexte détiennent un pouvoir considérable sur la production du texte et par là même sur celle du sens et de l’interprétation » (idem, 1999 : 106).
Continuer la lecture

Soutenance de thèse: Les usages sociopolitiques de l’actualité en ligne. S’informer, partager et commenter sur Facebook

La soutenance par Coralie Le Caroff de sa thèse de doctorat en sciences de l’information et de la communication aura lieu le vendredi 11 décembre 2015 à 14 h30, à l’Université Panthéon-Assas, Salle des Actes, 12, place du Panthéon 75005 Paris.

Le jury sera composé de :

Madame Valérie BEAUDOUIN, Directrice d’études Telecom ParisTech
Madame Isabelle GARCIN-MARROU, Professeure à Sciences-Po Lyon, Rapporteure
Madame Josiane JOUËT, Professeure à l’Université Panthéon-Assas, Directrice de thèse
Monsieur Arnaud MERCIER, Professeur à L’Université Panthéon-Assas
Monsieur Serge PROULX, Professeur émérite à l’Université du Québec à Montréal, Rapporteur

Résumé

La thèse porte sur les usages sociopolitiques de l’actualité en ligne par les profanes sur Facebook. Initialement conçu pour l’échange privé, ce réseau social est également devenu un espace pour s’informer, partager et commenter les nouvelles. Ces pratiques sont analysées à partir de trois entrées : les spécificités du dispositif technique, le rapport au politique des participants et, enfin, le rôle du genre dans les prises de parole sur Facebook.

Ce travail se fonde sur l’analyse comparée de la participation sur une sélection de pages Facebook de médias et de profils personnels sur ce réseau. La méthodologie repose sur une observation ethnographique en ligne et sur une enquête qualitative par entretiens.

Les principaux résultats démontrent que les actualités politiques débouchent sur des réactions davantage fondées sur l’émotion que sur la rationalité et sur des affrontements de camps d’opinion. Ces débats se déroulent essentiellement sur les pages publiques des médias alors que les Timelines sont plutôt des espaces de diffusion et de partage d’actualités. Les femmes manifestent autant que les hommes un intérêt pour les questions publiques et Facebook est un espace commun d’indignation. En dépit d’opinions affirmées, les modes d’interaction des participantes sont plutôt modérés à l’inverse de ceux des hommes, plus investis dans des confrontations. Si Facebook contribue, en un sens, à un élargissement de l’espace public, la participation étudiée demeure limitée et ne s’apparente pas à des débats susceptibles de revivifier la démocratie.

Embodied Software

Le numéro de juillet – septembre 2015 de IEEE Annals of the History of Computing a été coordonné par Nathan Ensemenger.

man20150300c1-200x273-1This issue features articles on software in the context of the history of intellectual property, the first in a two-part series on the challenge of writing contemporary history by James Cortada, an exploration of the transition from analog to digital methods in the modeling of electrical power distribution networks, an article on computing prime numbers on the ENIAC and EDSAC, and a firsthand account of the IBM Advanced Computer Systems (ACS) project of the mid-to-late 1960s by Brian Randell.

voir le sommaire

Nathan Ensmenger, « From the Editor’s Desk », IEEE Annals of the History of Computing, vol.37, no. 3, pp. 2-3, July-Sept. 2015, doi:10.1109/MAHC.2015.63

Les objets hypertextuels. Pratiques et usages hypermédiatiques

Objets_hypertextuels1_largeUn demi‐siècle s’est écoulé depuis l’invention du texte infini. L’hypertexte, qui structure l’accès à l’information, n’est nullement dépassé dans la  « société numérique ». Cet ouvrage présente les techniques hypertextuelles et dresse un panorama des nouvelles technologies liées à la production, aux formes et à la réception des objets hypertextuels. Pluridisciplinaire, ce texte en sciences de l’information-communication, sociologie, littérature, sciences du langage, etc., propose une réflexion sur les évolutions du livre, de la fiction, du récit interactif, de l’objet sonore, mais également des jeux vidéo, des mobiles, des réseaux sociaux ou des cours en ligne. Au‐delà d’un simple enjeu, il s’agit de proposer une éthique scientifique qui doit guider les recherches contemporaines.

Livre sous la direction de Caroline Angé, Université Grenoble Alpes (iste-editions.fr)
Continuer la lecture

Special issue of medien & zeit : Nostalgia

Capture d’écran 2015-12-08 à 08.07.25

voir par exemple la nostalgie du handmade web et web des années 90 http://gizmodo.com/the-great-web-1-0-revival-1651487835

Nostalgia is booming. People recollect and embrace media formats and communication technologies of their childhood. We witness a revival of vinyl records and how media design adopts new products to the vintage appeal of old media technologies. TV dramas, music styles, advertisements and product design alike are flirting with the charms and lifestyles of the past. We decorate our apartments with vintage furniture and rediscover retro-drinks and retro-fashion. People share memories about past media practices, commodity brands and other everyday experiences from romanticized pasts to communicate and identify who they are today, and where and how they belong. The recent hype about nostalgia however is more than just mere fascination for the past in a variety of cultural spheres and contexts. It hints to more profound social and cultural developments: Memory – nostalgic or otherwise – is not neutral but carries biases regarding political orientations, social norms, and cultural values. It bears an inherently social dimension. This special issue thus invites original articles (4000 – 6000 words), which address nostalgia, through, by and towards media and in various communicative contexts and ask for the potential role of nostalgia as a seismograph of cultural and political sentiment. Media can serve as vessels, addressees and also lenses through which people look at fond memories; they can amplify as well as deafen nostalgia and memory.

In research nostalgia has widely been conceptualized as a common element of individual and collective engagement with the past related to experiences of loss, lack and longing. Recent publications in media and communication studies, history, sociology and social psychology commenced exploring social and historical implications, origins and influences of individual and collective nostalgic attitudes, emotions and practices. Thereby they aim to extend the scope of research beyond individual emotional states or aesthetics of nostalgic media contents and to thus emphasize the social implications and consequences of and influences on nostalgia. The issue aims to contribute to understanding the role of nostalgia for constructing and sharing individual/collective memories and official/alternative histories.

Continuer la lecture