Les traces de la dispersion

REMI_303_L204Les traces de la dispersion | Revue européenne des migrations internationales vol. 30, n°3-4, 2014

Ce dossier, sous la direction de Dana Diminescu, William Berthomière, Emmanuel Ma Mung et Véronique Petit, ouvre de nombreuses pistes de réflexions sur la question des traces numériques.

Pour une présentation du dossier voir l’éditorial de Dana Diminescusociologue, enseignant-chercheur à Telecom ParisTech, SES-I3 (UMR 9217), directrice scientifique du programme Migrations&Numérique à la FMSH.

Une histoire illustrée d’AOL

A l’occasion du rachat imminent d’American OnLine par la société de télécom américaine Verizon, le New York Times propose une chronologie illustrée du pionnier des fournisseurs d’accès commerciaux à Internet, qui a joué depuis 1994 un rôle fondamental dans l’économie et la culture du Web. A consulter ici.

Conférence Web Archives as Scholarly Sources

Nous y serons, et vous?

Séminaire Humanités numériques et critique sociale

Ansgar Hellwig - Own work Public Domain

Ansgar Hellwig – Own work
Public Domain

Humanités numériques et critique sociale. Les humanités numériques sont-elles un laboratoire du monde qui vient ?

Dématérialisation, ouverture, accessibilité, participation : les humanités numériques semblent réaliser dans les sciences humaines et sociales certaines promesses plus générales, traversant l’ensemble de la recherche et de l’enseignement supérieur. Mais ne peut-on y lire aussi des utopies à l’œuvre dans bien d’autres mondes d’innovation et de production ? Plateformes collaboratives, infrastructures de données, algorithmes de calcul, imprimantes 3D : les mêmes outils techniques soutiennent partout de nouvelles façons de créer, de travailler, d’évaluer, d’échanger. Aujourd’hui, celles-ci dessinent un paysage très contrasté, entre reconnaissance et dépossession, coopération et isolement, facilitation ou intensification. Lancé par le projet HumaNumEst du labex Arts-H2H, le séminaire ambitionne de soumettre ces transformations à l’enquête empirique et à l’analyse critique.

Université Paris 8, Salle D143, 2 rue de la Liberté, 93 526 Saint-Denis (métro 13)

– 22 mai, 15 h-18 h : Yves Citton (Université Grenoble-3), « Humanités numériques: une histoire en trois couches à l’horizon des subjectivités computationnelles? ». (Université Paris 8 en salle D143)
– 29 mai, 9h30- 12h30 : Pierre Mounier (EHESS), « Une “utopie politique” pour les humanités numériques ? Modèles de communication savante et de gestion de la recherche en transformation ».
– 05 juin, 9h30-12h30 : Yann Moulier-Boutang (UTC), « Changements dans la production de valeur, numérique et pollinisation humaine ».
– 12 juin, 9h30-12h30 : Michel Lallement (CNAM), « Faire fun ? L’expérience des communautés de hackers/makers de Californie du Nord ».
– 26 juin, 9h30-12h30 : Fabien Granjon et Christophe Magis (Université Paris-8), « Critique et humanités numériques. Pour une approche matérialiste de l’”immatériel” ».

Quelques notes sur l’ère du Paléo-Digital (Bnf, 6 mai 2015)

La rencontre L’ère du Paléo-Digital, organisée par Christophe Bruno, Chrystelle Desbordes et Emmanuel Guez, sur une invitation de Marie Saladin (Bnf), mêlait artistes, enseignants-chercheurs et archivistes, réflexions théoriques et méthodologiques, démonstrations et installations autour de l’art numérique et des relations entre art, archéologie et numérique.

Comment conserver l’art numérique? Et les matériels qui le voient naître? Faut-il un traitement au cas par cas des oeuvres d’art numériques ou peut-on mettre en place des dispositifs systématiques de conservation ? Telles étaient quelques-unes des questions soulevées en ouverture, avant la présentation de Christophe Bruno.

Unknown

Celui-ci, organisateur des deux rencontres précédentes (en 2012 sur le détournement et le hack puis sur la cartographie de l’invisible en partenariat avec la Gaîté Lyrique), a rappelé les nombreuses ramifications de l’histoire des médias, la manière dont elle réinterroge la relation entre analogique et numérique, entre ancien et nouveau, entre vagues rapides et obsolescence, ainsi que la place que le bug peut occuper dans cette analyse, comme trace de la frontière entre couches analogiques et digitales.

41Yvq6-fOJL._SL500_SR65,100_

Interrogeant le courant post-Internet, mouvance artistique diffuse depuis 2010 qui, à l’instar du projet Image Object, propose des aller-retour entre analogique et digital, il s’est aussi intéressé à la mort des oeuvres numériques: faut-il leur appliquer un acharnement thérapeutique ou accepter leur disfonctionnement ultime?

Emmanuel Guez a ensuite présenté les fondements de l’art média-archéologique, en s’appuyant à la fois sur l’historiographie et sur son expérience et les ambitions de l’équipe PAMAL de l’Ecole Supérieure d’Art d’Avignon.

Continuer la lecture

Knowledge Machines. Digital Transformations of the Sciences and Humanities

9780262028745In Knowledge Machines (The MIT Press, 2015), Eric Meyer and Ralph Schroeder argue that digital technologies have fundamentally changed research practices in the sciences, social sciences, and humanities. Meyer and Schroeder show that digital tools and data, used collectively and in distributed mode—which they terme-research—have transformed not just the consumption of knowledge but also the production of knowledge. Digital technologies for research are reshaping how knowledge advances in disciplines that range from physics to literary analysis.

The “Digital Dark Age” in debate …

Le Web Science and Digital Libraries Research Group revient sur la réaction aux propos de Vinton Cerf mettant en avant les risques d’un “Digital Dark Age” et les solutions qu’il conviendrait d’y apporter, tout en semblant ignorer l’existence des initiatives d’Internet Archive, celle menées nationalement par les institutions de conservation des archives du Web, celles de l’IIPC et bien d’autres.

Next…

1988: redécouvrir la “révolution Next”

Next Project: Apple Era Behind Him, Steve Jobs Tries Again, Using a New System

Well-Funded Now, He Offers Computer Meant to Meet Users’ Entire Wish Lists

Revolutionary or Just New?

By Brenton R. Schlender, Staff Reporter
The Wall Street Journal, October 13, 1988

Séminaires “Codes sources”: Multics

Prochaine séance du séminaire « Codes sources »:  jeudi 21 mai 2015 (14h-16h)

Maarten Bullynck (SPHERE) : « Explorer les codes et textes de MULTICS »

Pour plus de détails sur le séminaire et la séance

Horaire et Lieu : 14.00 – 16.00
Salle 24-25/405 du LIP6 (rotonde 24 ou 25, 4e étage)
4 place Jussieu, 75005 Paris/ métro Jussieu (lignes 7 et 10)

Nous ne résistons pas à cette occasion à l’envie de partager avec vous ce petit clin d’oeil repéré sur multicians.org:

The following was circulated anonymously at MIT Project MAC in the mid-70s. Thanks to Sammy Migues for unearthing it.

Computer Systems Research Division    Request for Comedy No. 0


TITLES FOR PEOPLE INVOLVED WITH MULTICS
by anonymous.CompSys.a

Now that Multics is a marketed product, there seems to be
a need for some formal titles that express one's level of
involvement with Multics.  How about the following for a
start:

User - one who learns something more about Multics every
    time he logs in.

Multician - one who knows a fair amount about several 
    phases of the Multics design; a jack of all 
trades, master of none.

Multicologist - one who studies part of the Multics
    design in depth, unearthing relics of the
    past, and making exciting discoveries daily.

Multometrist - one who measures and characterizes,
    compares and scrutinizes, Multices.

Multical Theorist - one who is able to talk about Multics
    without once referring to pxss, ipc, page, or
    hcs.

Operator - one who is certain to know less about Multics 
    than you do.

_______________
This note is a formal non-working paper of the Project MAC
Computer Systems Research Division.  It should be reproduced
and distributed wherever levity is lacking, and may be
referenced at your own risk.

— Lee Scheffler

Entretien avec Stéphane Bortzmeyer – 1ère partie

Le 23 avril 2015, Stéphane Botzmeyer était notre premier grand témoin interviewé dans le cadre du projet Web90 (par Camille Paloque-Berges et Valérie Schafer) pour revenir sur sa découverte et son expérience du Web des années 90.

En trois parties, l’entretien revient dans cette première partie sur la découverte par Stéphane Bortzmeyer des réseaux, son expérience à l’Ined et au Cnam, sur les Journées Messageries, etc. De Fnet à Mosaic, en passant par IRC, il nous fait pénétrer les usages des réseaux, de l’Internet et du Web et leurs acteurs dans les années 90, nous explique le fonctionnement et les usages de FTP, l’attribution des noms de domaine ou encore les pratiques d’anonymat et de pseudonymat au cours de la décennie et il revient sur des aspects techniques mais aussi culturels et sociaux de l’Internet et du Web.

La vidéo est sous licence CC BY-SA 3.0.

Entretien avec Stéphane Bortzmeyer 2ème partie

Suite de notre entretien du 23 avril 2015 avec Stéphane Botzmeyer, premier grand témoin interviewé dans le cadre du projet Web90 (par Camille Paloque-Berges et Valérie Schafer).

En trois parties, l’entretien revient dans cette deuxième partie notamment sur les premiers sites Web français dans les années 90, la relation entre le CNAM et l’Internet et le Web, mais aussi sur des sites comme celui de Nicolas Pioch.

Les associations nées avec le développement de l’Internet et du Web comme l’AUI, les offres type Calvacom, ou encore les systèmes “fermés” type Infonie sont également abordés.

 

La vidéo est sous licence CC BY-SA 3.0.

 

Entretien avec Stéphane Bortzmeyer, 3ème partie

Last but not least … La fin de la trilogie.

En trois parties, notre entretien du 23 avril 2015 avec Stéphane Bortzmeyer, revient dans cette troisième partie notamment sur les rencontres d’Autrans, l’Isoc France, le monde des télécoms face à l’Internet et au Web, ou encore le discours d’Hourtin de 1997.

La vidéo est sous licence CC BY-SA 3.0.