The Differences between Digital History and Digital Humanities

Découvrir le billet de Stephen Robertson.

Voir également l’initiative évoquée à la fin du billet :

14174

« The opportunity for a deeper consideration of how historians have used digital media and technology, and of what makes them different from others in the digital humanities community as well as what they have in common, are part of what RRCHNM is aiming to provide in a forum and a resource on which we’re currently at work. The forum is our free 20th anniversary conference on November 14 and 15, 2014, for which you can register here. The resource is an online archive in which we are collecting the records that survive of the more than 100 projects produced in 20 years of work – from proposals to reports and as much in between as we can find (…) ».

Fête de l’Internet 1998

Retrouvez le communiqué de 1997 de Jean-Michel Billaut, responsable de la cellule de veille technologique de la Compagnie Bancaire, président du Club de l’Arche, annonçant la première fête de l’Internet en 1998.

voir le site de la Fête de l’Internet au 11 décembre 1997 grâce à la Wayback Machine

FETEINTERNET98logo-petit

Quand la communication devient patrimoine…

Camille Paloque-Berges, Valérie Schafer, Quand la communication devient patrimoine, Hermès 71, 2015, pp. 255-262
Capture d’écran 2015-05-27 à 14.10.59Si la communication a connu une patrimonialisation en amont du numérique, le patrimoine nativement numérique (ce que les Anglo-Saxons qualifient de Born Digital Heritage) défini par l’Unesco en 2003, semble en élargir les contours, le périmètre, les acteurs, en prenant en compte des formes plus triviales et des composantes plus « ordinaires ». Nous entendons montrer en quoi le XXème siècle a préparé le terrain de cette évolution, symptôme de l’intérêt contemporain grandissant pour l’objet communicationnel.

Parution : Digital Preservation for Libraries, Archives, and Museums

Digital Preservation in Libraries, Archives, and Museums represents a new approach to getting started with digital preservation: that of what cultural heritage professionals need to know as they begin their work. For administrators and practitioners alike, the information in this book is presented readably, focusing on management issues and best practices. Although this book addresses technology, it is not solely focused on technology. After all, technology changes and digital preservation is aimed for the long term. This is not a how-to book giving step-by-step processes for certain materials in a given kind of system. Instead, it addresses a broad group of resources that could be housed in any number of digital preservation systems. Finally, this book is about “things (not technology; not how-to; not theory) I wish I knew before I got started.” (En savoir plus sur le site de l’éditeur.)

Entretien avec Meryem Marzouki du 18 mai 2015

Meryem Marzouki revient dans cet entretien avec Camille Paloque-Berges et Valérie Schafer sur la formation des premières associations ayant pour objet l’Internet dans les années 90, en particulier la naissance de l’AUI en 1996 (Association des utilisateurs d’Internet ) puis de l’IRIS (Imaginons un réseau Internet solidaire). Elle analyse  en particulier les enjeux de l’Internet en France dans la décennie 1990 en revenant sur les affaires depuis « l’affaire Gübler », les tentatives de régulation de l’Internet, les différentes approches juridiques et politiques au cours de la période et les premiers pas de la gouvernance du réseaux des réseaux.

En complément voir notamment : Meryem Marzouki, « Nouvelles modalités de la censure : le cas d’Internet en France », Le Temps des médias 2003/1 (n° 1), p. 148-161. DOI 10.3917/tdm.001.0148

Sédallian Valérie, Droits de l’Internet. Réglementations, Responsabilité, Contrats. Ed. Net Press, Collection AUI, 1997, 320 p.

Communiqué de présentation de l’AUI sur Usenet le 14 février 1996.

Site Web de l’AUI au 30 décembre 1996 (Internet Archive, Wayback Machine)

Capture d’écran 2015-05-21 à 15.04.49

The Interface Experience: 40 Years of Personal Computing.

April 3–July 19, 2015 (NY)

http://www.bgc.bard.edu/gallery/gallery-at-bgc/the-interface-experience.html

Curated by Kimon Keramidas, Assistant Professor and Director of the Digital Media Lab, BGC

Commodore 64C system with 1541-II floppy drive and 1084S RGB monitor. Bill Bertram. CC BY-SA 2.5

Commodore 64C system with 1541-II floppy drive and 1084S RGB monitor.
Bill Bertram. CC BY-SA 2.5

Computer technology provides us with constant opportunities to try new things, and with each new device we get a peek at what the future has in store. But the history of that technology is just as important as the future. The Interface Experience: Forty Years of Personal Computing tells the story of that past through tactile and interactive displays that will stimulate new questions about how we interact with and use computers. There will also be two related symposia on April 6 and 7 related to interface experience and digital interpretation in museums.

Compte-rendu de la journée Attention(s) aux internautes

3702725

Attention(s) aux internautes
Des années 1990 à aujourd’hui. Des pop-up à l’économie de l’attention, du nommage aux profils, de la naissance du Web aux traces post-mortem.

 

Cette journée d’étude a permis, à travers sept interventions et les discussions qu’elles ont engendrées, d’explorer la question de l’attention dans les environnements numériques selon une perspective diachronique et interdisciplinaire. A l’instar de l’ouvrage collectif dirigé par Yves Citton sur L’Economie de l’attention (La Découverte, 2014), il s’agissait de saisir la notion dans sa dimension de « capitalisme attentionnel » mais aussi dans ses dimensions par exemple éthiques (le care, le fait d’être attentionné et pas seulement attentif).

Dans une première intervention intitulée « La construction de l’identité en ligne: enjeux et limites », Michel Marcoccia (Maître de conférences, Equipe Tech-CICO / Université de technologie de Troyes – CNRS) est revenu sur les apports et limites des travaux sur la CMC (Computer Mediated Communication) depuis les années 90 (du célébre dessin « Sur Internet personne ne sait que vous êtes un chien » de Peter Steiner paru dans le New Yorker en 1993 à Life on the Screeen de Shery Turkle en 1995), montrant comment ils ont accordé une place importante à la « construction de l’identité en ligne ». 587006

Il a mis en valeur en trois temps (La question de l’identité en ligne ; De l’internet des masques à l’internet des traces; La construction de l’identité en ligne par des adolescents) et à partir de quelques études de cas (notamment le site ados.fr) la manière dont les échanges en ligne donnent accès à de nombreux indices identitaires et les stratégies de mise en scène de soi, montrant le passage du « Sur Internet personne ne sait … » à « sur Internet vos métadonnées disent … ».

Capture d’écran 2015-05-21 à 10.53.25
Lire la suite

Imaginaires des réseaux (Henri Desbois, Atelier Internet)

Vendredi 22 mai à 17h Henri Desbois interviendra sur le thème « Vaudou digital et démons numériques, quelques aspects de l’imaginaire des réseaux » à l’Atelier Internet.

Unknown-1Résumé: A partir des oeuvres de Vernor Vinge, William Gibson et Charles Stross, on propose une réflexion sur les liens entre les imaginaires du surnaturel et de l’irrationnel et les techniques numériques. On montrera comment les figures de l’illusionniste et du chaman jouent un rôle important dans les représentations de l’informatique.

 

 

 

Salle U-V, à l’Ens (45 rue d’Ulm, 75005 Paris).

Prochaines dates :
– 29 mai. Geert Lovink. Pour une pensée critique européenne de l’internet.
– 5 juin. Pierre-Antoine Chardel. Pour une herméneutique renouvelée à l’ère
de la métamorphose numérique.
http://barthes.ens.fr/atelier/#Paris

Archive-It présente ses nouveaux développements

Archive-It Research Services (ARS) offers research datasets derived from the curated web collections created by Archive-It partners.

Pour en savoir plus sur Archive-It

SM + S

home-coverSocial Media + Society is an online, open-access, peer-reviewed scholarly journal deeply committed to advancing the understanding of social media and its impact on societies past, present and future. With a leading editorial team, the journal offers a shared space dedicated to the study of social media and their implications for societies. It facilitates state-of-the-art research on cutting-edge trends and enables scholars to develop research and track trends in this emerging field of study.