AAC Formes contemporaines de l’imaginaire informatique

« Formes contemporaines de l’imaginaire informatique », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 28 octobre 2014, http://calenda.org/298601

Quelles fonctions narratives et symboliques l’ordinateur, et l’informatique en général, occupent-ils, depuis le début des années 1980, dans les formes littéraires et audio-visuelles relevant de la fiction ? Deux approches principales, et complémentaires, de la question seront envisagées. Il s’agira d’examiner les éventuelles étapes et mutations de l’imaginaire informatique tel que les œuvres le manifestent depuis le début des années 1980 ; nous partirons alors de l’hypothèse d’une chronologie en trois temps, qu’il s’agira de discuter et d’affiner : un héritage contemporain d’images de l’après-Seconde Guerre mondiale, où l’ordinateur apparaît comme autonome, totalisant et dangereux pour l’humanité ; une étape cruciale au début des années 1980 avec l’invention du personal computer et, dans les œuvres, la représentation d’une plongée de l’homme dans la machine ; depuis, un débordement de la technologie numérique hors de l’ordinateur dans l’ensemble des aspects de la vie courante, les sujets trouvant corollairement dans la « toile » un espace où projeter leur intériorité et multiplier leurs expériences et leurs identités. Corollairement, il s’agira d’envisager la représentation de l’imaginaire informatique selon les fonctions qu’elle occupe spécifiquement, autant que de façon comparative, dans chaque genre ou média.

Lire l’appel complet et les modalités de soumission (avant le 15 décembre 2014) du colloque ( Université Paul-Valéry Montpellier 3) sur Calenda

AAC revue MEI : Design & Communication

Revue Médiation et Information, numéro sous la direction de Bernard Darras & Stéphane Vial. Envoi des propositions jusqu’au 30 avril 2015

Lire l’appel complet sur le site de MEI

Extrait de l’appel : Ce numéro de MEI entend interroger la diversité des points de rencontre entre communication et design d’une part, et entre design et communication d’autre part. Comment les théories et les pratiques de la communication s’articulent-elles aux enjeux du design ? Dans quelle mesure et de quelles manières le design est-il un objet des sciences de l’information et de la communication ? Comment ces dernières accueillent-elles le design et approchent-elles ses problématiques ? Le design fonctionne-t-il comme un média qui matérialise de la pensée ? Et réciproquement, comment les théories et les pratiques du design considèrent-elles les enjeux de la communication ? Dans quelle mesure la communication est-elle un objet de design ? Comment la culture design s’articule-t-elle aux enjeux des sciences de l’information et de la communication ?

Dans ce but, toutes les formes de design sont convoquées et pas seulement celles qui, comme le design interactif et le design numérique, sont directement liées aux technologies de l’information et de la communication ou celles qui, comme le design graphique ou le design d’information, font partie intégrante du design de communication. Le design de produits, le design architectural, le design paysager, le design urbain, l’écodesign, le design textile, le design de mode, le design management, le design stratégique et le design social, etc. sont également concernés par les enjeux de la communication.

Heritage and Digital Humanities


 

Voir notamment l’article de Camille Paloque-Bergès « Le rôle des communautés patrimoniales d’Internet dans la constitution d’un patrimoine numérique: des mobilisations diverses autour de l’auto-médiation», qui compare des communautés patrimoniales impliquées dans la conservation de documents numériques natifs (IETF et Archive Team au sein de la Fondation Internet Archive).

Simple comme un coup de fil …

En 2000 France Télécom lance Netanoo …

Capture d’écran 2014-11-24 à 09.53.24

voir l’article de la Dépêche du 22/06/2000

voir l’article des Dernières nouvelles d’Alsace du 06/09/2001:

« Version Internet de la cabine téléphonique, ces bornes permettent de surfer sur le web avec une carte téléphonique standard. Il en coûte 40 F de l’heure, ce qui reste cher aux regard des prix pratiqués par les cyber-cafés des grandes villes. Mais justement, dans l’esprit de France Télécom, « Netanoo », c’est l’anti-cyber-café. Implantées dans les hôtels de campagne, dans les centre de vacances ou les bars isolés, il s’agit d’apporter un accès à l’Internet là où il est inexistant à des lieues à la ronde. »

1354819310_NETANOO

Image commentée à retrouver sur le site telecartophilie.com

Dès 1999 la Poste quant à elle créait les bornes et cartes Cyberposte.

Capture d’écran 2014-11-24 à 10.16.39Capture d’écran 2014-11-24 à 10.24.13

Entretien avec Serge Abiteboul : Au cœur des données

Des bases de données au « data déluge » actuel, Serge Abiteboul se passionne depuis plus de trente ans pour un domaine qui ne cesse d’évoluer et de nous confronter à de nouveaux défis, techniques, mais aussi sociétaux. Il a reçu en 2013 le prix Milner de la Royal Society et vient d’achever le projet Webdam sur la gestion des données, pour lequel il avait été lauréat en 2008 d’une bourse ERC. Membre de l’Académie des Sciences et du Conseil National du Numérique, président du conseil scientifique de la SIF, co-fondateur du blog binaire, Serge Abiteboul, chercheur à Inria, est revenu sur sa carrière, ses recherches et quelques-uns des enjeux que pose aujourd’hui le numérique dans un entretien avec Valérie Schafer, à découvrir dans Technique et Science Informatiques (TSI) et le Bulletin de la SIF.

Conférences de Fred Turner à Paris en décembre 2014

couv_Turner

Fred Turner, l’auteur du livre Aux sources de l’Utopie numériques sera à Paris à la mi-décembre 2014, à l’initiative de Olivier Alexandre (EHESS – École des Hautes Études en Sciences Sociales) et Larisa Dryansky (INHA – Institut national d’histoire de l’art), avec le soutien de la de la Terra Foundation for American Art.

 

Deux conférences publiques permettront d’échanger avec Fred Turner sur ses travaux :

– Mardi 16 décembre, à 18h30, à l’INHA (2 rue Vivienne, 75002 Paris) Fred Turner présentera son dernier livre paru cette année aux États-Unis : The democratic surround : Multimedia and American Liberalism from World War II to the Psychedelic Sixties

– Jeudi 18 décembre, à 18h30, à l’EHESS, Fred Turner reviendra sur le passage de la contre-culture à la cyberculture et le personnage de Stewart Brand.

Une rencontre introduite par Dominique Cardon, sociologue, qui a écrit la préface de l’édition française.

Fred Turner, From Counterculture to Cyberculture: The Legacy of the Whole Earth Catalog

Fred Turner, Stewart Brand, Kevin Kelly et Howard Rheingold réunis en 2006 à Stanford University

 

Unknown

Découvrir d’autres vidéos de Fred Turner, notamment celles dédiées à son dernier ouvrage: The democratic surround. Multimedia and American Liberalism from World War II to the Psychedelic Sixties (University of Chicago Press, 2013).

Web archives as big data

This one-day conference is organised as part of the AHRC-funded ‘Big UK Domain Data for the Arts and Humanities’ project (see http://buddah.projects.history.ac.uk/ for more information).
The web is an integral part of our daily lives, whether we are shopping online, booking cinema tickets, registering to vote or checking whether or not it is going to rain today. It is also of enormous importance to arts and humanities researchers, as the site of digitised historical material, as a primary source in its own right, and as a means of promoting and communicating research to the widest possible audience. It is hard to imagine how you would write the history of the late 20th and early 21st centuries without access to all of this data.
But web archives offer unique challenges for researchers. The data is messy, collected irregularly to varying degrees of completeness, and as it grows will contain multiple duplicates of some web pages. The depth of collection is uneven: some important sites are crawled in their entirety, others to only a shallower level. Different media within a page may not be acquired successfully, so that only partial content is preserved (the scale of the data collection precludes manual checking). Web pages contain many different types of information beyond what might be viewed as their main textual content – links to other sites, advertisements, contact information, and so on – making analysis problematic. As things stand, we have neither the expertise nor the tools to exploit this invaluable resource reflectively.
The ‘Big UK Domain Data for the Arts and Humanities’ project is seeking to address these challenges, working with humanities researchers from a range of disciplines. This conference will showcase the groundbreaking work being undertaken using the archive of UK web space from 1996 to 2010, as well as exploring how the web is archived by institutions such as the British Library, and the ethical implications of working with this kind of data.

 

 

Images du savoir pratique. L’informaticien et le médecin dans les récits de fiction populaires contemporains: Savoir et ignorance

Le programme et lAffiche-Images-savoir-pratique- séminairesVF2

Lieu: MISHA, 5, allée du Général Rouvillois, Strasbourg

Contact: catherine.allamelraffin@unistra.fr

220px-Le_Geek_(Geektionnerd)Le_Nerd_(Geektionnerd)

220px-La_Geekette_(Geektionnerd)

Le Geek, Le Nerd et la Geekette (Geektionnerd) CC BY-SA 3.0, Simon « Gee » Giraudot http://geektionnerd/net/

 

 

Programme

* 2 décembre 2014, 18h–20h 30 (Salle de  la Table Ronde): Figures du posthumain, Pierre Cassou-Noguès, Université Paris 8/ Savoir et puissance: le geek et la virilité à l’ère de la civilisation technologique, Sylvie Allouche, Université Catholique de Lyon

* 20 janvier 2015, 18h-20h30 (Salle de la Table Ronde): Savoir et ignorance : de la médecine traditionnelle à la médecine moderne dans l’œuvre d’Ozamu Tezuka, Jean-Luc Gangloff,  Université de Strasbourg/ Catherine Allamel-Raffin, Université de Strasbourg

* 16 février 2015, 18h-20h30 (Salle de la Table Ronde): Hacker et logiciel libre: de la programmation à la culture, Christophe Masutti, Université de Strasbourg/Peut–on être informaticien sans être autodidacte ? La position des revues spécialisées, Elsa Poupardin,  Université de Strasbourg

* 16 mars 2015, 18h-20h30 (Salle de la Table Ronde): L’informaticien et ses créatures dans les illustrations de la presse informatique grand public, Benjamin Thierry, Université Paris-Sorbonne/La revanche du nerd: évolution de la figure du geek dans la fiction populaire des années 1960 à aujourd’hui, David Peyron,  Université Paris Ouest Nanterre-La Défense

Lire la suite

Le numérique entre outil et culture : quels défis pour l’historiographie ?

Voir le programme des 1er et 2 Décembre 2014 à l’EHESS, bât. Le France 190-198 av de France, Paris

Résumé: L’internet et le numérique ont profondément changé notre société. Depuis son arrivée, son développement au début des années 1990 et sa banalisation au tournant du siècle, on ne peut plus négliger l‘information et les ressources fournies par le web. Le numérique marque cependant un pas supplémentaire : ainsi que le Manifeste des humanités numériques l’observe : « Le tournant numérique pris par la société modifie et interroge les conditions de production et de diffusion du savoir. » (Manifeste, 2010).

CFP Digital Heritage and Heritagization

RESET Issue edited by Francesca Musiani (ISCC, CNRS, Paris-Sorbonne, UPMC) and Valérie Schafer (ISCC, CNRS, Paris-Sorbonne, UPMC)

DEADLINE FOR ABSTRACT SUBMISSIONS: DECEMBER 15, 2014

homeHeaderTitleImage_fr_CA

 

 

The notion of ‘digital heritage’ outlined by UNESCO in 2003, in the frame of its Charter for the Preservation of Digital Heritage, designates both “digitized” and “born digital” resources (the latter being defined as resources for which “there is no other format but the digital object”). This dual meaning entails a reflection on digital heritage that is able to encompass continuity and long- term processes, as well as ruptures and breakdowns. Indeed, it calls for reflections about the ways in which digital resources can become or be qualified as heritage, but also about the ways in which heritage is ‘appropriated’ by the digital world. It therefore invites to pursue reflections, grounded in the social sciences, such as those on the ‘heritage question’ (Amougou, 2004) and what constitutes today the notion of heritage itself, as well as its ‘reinvention’ (Bourdin, 1984).
Lire la suite