L’historien du Web: explorateur, navigateur ou butineur ?

Merci à Ian Milligan et Peter Webster pour leur invitation à présenter nos travaux et publier sur leur blog Web Archives for Historians

Appel à communication “Temps et temporalités du Web”, Paris, 1er au 3 Décembre 2015

Si le fonctionnement en temps réel, la promesse de l’instantanéité et l’accélération continue des échanges sont des éléments récurrents des discours fondateurs sur les  « nouvelles technologies de l’information et de la communication », force est de constater que celles-ci n’ont aboli ni le temps ni l’espace.

Bien au contraire, les rapports différenciés au temps se sont multipliés et structurent l’expérience contemporaine du numérique : enchâssées dans la longue durée se succèdent les « révolutions » ininterrompues de la technique, tandis que dissimulée derrière l’éphémère du fil de discussion se cache la permanence des données répliquées, et derrière les soubresauts de la toile et des réseaux socionumériques la complexité de l’événement.

Ce sont ces temporalités variées que le colloque souhaite mettre en lumière et interroger, au travers de l’analyse du Web dans ses dimensions passées, présentes et futures, individuelles comme collectives, sociales tout autant que techniques, économiques et politiques. Il s’agira également de prêter une attention particulière aux pratiques qui, de l’hyperconnectivité à la cyberflânerie, des flux de données à l’archivage du Web, font de la toile une expérience nouvelle de la durée et de l’instant.

Cinq axes thématiques permettront à ce colloque interdisciplinaire, à l’initiative de l’équipe du projet Web90 (ANR-14-CE29-0012-01), d’aborder les temporalités propres au Web, celles qu’il induit et celles dans lesquelles il s’insère, dans une perspective diachronique alors que le Web fête ses 25 ans, mais aussi prospective.

Continuer la lecture

Une exposition virtuelle sur les lointaines racines du Web

Alors que Mons est en 2015 capitale européenne de la culture, découvrez:

1895-2013, Les origines de l’Internet en Europe, Une vie à collecter, indexer, et diffuser le savoir pour tous – Mundaneum (Mons)

Meuble_fichier_Mundaneum

Pour en savoir plus sur le Mundaneum voir notamment :

Le Mundaneum à Mons (Belgique)

Dubray, C. (coord.), Le Mundaneum, les archives de la connaissance, Mons, Les impressions nouvelles, 2008.

Gillen, J. (coord.), Paul Otlet, fondateur du Mundaneum (1868-1944), Mons, Les Impressions nouvelles, 2010.

Levie, F., L’homme qui voulait classer le monde – Paul Otlet et le Mundaneum, Bruxelles, Les impressions nouvelles, 2006.

Peeters, B., « Paul Otlet. Le bibliographe rêveur », Revue de la BNF, 2012/3 n° 42, p. 5-12.

Schafer V., « Le Mundaneum, un patrimoine inclassable », Hermès, no 66, 2013, p. 155-160.

Van Den Heuvel, C., Rayward, W.B., « Facing interfaces: Paul Otlet’s visualizations of data integration », Journal of the American Society for Information Science and Technology, Vol. 62, Issue 12, 2011, p. 2313–2326.

Les pratiques culturelles en ligne : saisir les publics

Comment capter l’attention du public, le saisir, mais aussi saisir ses comportements et attentes en ligne? Dans quelle mesure la recherche scientifique en sciences humaines a-t-elle repensée l’analyse des usages, comme y invitaient dès 1999 Geneviève Jacquinot-Delaunay et Laurence Monnoyer-Smith, pour saisir les pratiques culturelles et les publics de la culture à l’ère de la communication numérique ? Quelles nouvelles stratégies de communication les entreprises et organisations mettent-elles en oeuvre: sont-elles centrées sur la participation de l’usager, à l’heure de « la culture de la convergence » (Henry Jenkins, 2013) et d’une culture «  amateur » donnant lieu à des modalités de  « réception créative », d’acquisition de compétences et de mobilisation inédites (Patrice Flichy, 2010)?

 

Pour aborder ces questions et croiser réflexions théoriques, études de terrain et retours d’expérience, nous recevrons le lundi 9 février de 18.00 à 20.00:   

 

  • Maxime Coupez, directeur projet chez FABERNOVEL
  • Olivier Donnat, DEPS-Secrétariat général, Ministère de la culture et de la communication
  • Camille Jutant, Maître de conférences en Sciences de l’information et de la communication, Laboratoire ELICO. Responsable du master DPACI (Développement de projets artistiques et culturels internationaux) à l’ICOM
  • Stéphane Roth, directeur éditorial de la Philharmonie de Paris
  • Julien Rosanvallon, Directeur du Département Télévision de Médiamétrie
La séance se tiendra à l’Institut des sciences de la communication (CNRS, Paris-Sorbonne,UPMC), 20 rue Berbier-du-Mets, 75 013 Paris, métro Gobelins.

 

Elle est co-organisée par :
– le pôle Trajectoires du numérique de l’ISCC, séminaire Histoires de l’Internet (Fanny Georges et Valérie Schafer)
– l’équipe Médias, Cultures et Pratiques Numériques de l’Université Paris 3

 

Entrée libre – merci toutefois si vous pouvez signaler votre venue à valerie.schafer@cnrs.fr ou fanny.georges@univ-paris3.fr

 

Accessibilité des archives Web françaises

Petit rappel : depuis septembre 2014, les archives du Web français collectées au titre du Dépôt légal par la BNF et l’INA sont accessibles à distance – mais toujours depuis les espaces dédiés d’un nombre limité de bibliothèques publiques. La question de l’accessibilité a été alors posée par Bruno Texier sur Archimag qui compare cette initiative au fonctionnement de la Wayback Machine d’InternetArchive.org, qui elle est utilisable sur le Web sans restriction. Petite erreur dans le billet de B. Texier : l’association Webarchivists n’a pas mis en place une initiative d’archivage mais est un groupe de veille sur la question.
Pour se rafraîchir la mémoire, on peut consulter les modalités du dépôt légal des sites Web, ainsi que l’Arrêté du 16 septembre 2014 fixant la liste “des organismes habilités à mettre en œuvre la consultation sur place des services de communication au public en ligne et des services de médias audiovisuels à la demande collectés au titre du dépôt légal” (et la liste des lieux concernés).

img-dlweb(image : extraite du site du DLWeb).

Le péché originel du pop-up

“L’homme qui a inventé les publicités en pop-up s’excuse.
Ethan Zuckerman est tout penaud. Cet activiste web américain présente aux internautes ses excuses pour avoir inventé ce qu’il appelle lui-même “le péché originel de l’Internet” : la fenêtre pop-up. Il explique sur le site du magazine The Atlantic qu’il n’avait pas de mauvaises intentions au départ”. Lire la suite de l’article de  Lélia de Matharel – Publié le 18 août 2014 sur L’Usine Digitale).Voir l’article “The Internet’s Original Sin” de  du 14 août 2014 dans The Atlantic.

Heritage and Digital Humanities


 

Voir notamment l’article de Camille Paloque-Bergès « Le rôle des communautés patrimoniales d’Internet dans la constitution d’un patrimoine numérique: des mobilisations diverses autour de l’auto-médiation», qui compare des communautés patrimoniales impliquées dans la conservation de documents numériques natifs (IETF et Archive Team au sein de la Fondation Internet Archive).

Simple comme un coup de fil …

En 2000 France Télécom lance Netanoo …

Capture d’écran 2014-11-24 à 09.53.24

voir l’article de la Dépêche du 22/06/2000

voir l’article des Dernières nouvelles d’Alsace du 06/09/2001:

“Version Internet de la cabine téléphonique, ces bornes permettent de surfer sur le web avec une carte téléphonique standard. Il en coûte 40 F de l’heure, ce qui reste cher aux regard des prix pratiqués par les cyber-cafés des grandes villes. Mais justement, dans l’esprit de France Télécom, “Netanoo”, c’est l’anti-cyber-café. Implantées dans les hôtels de campagne, dans les centre de vacances ou les bars isolés, il s’agit d’apporter un accès à l’Internet là où il est inexistant à des lieues à la ronde.”

1354819310_NETANOO

Image commentée à retrouver sur le site telecartophilie.com

Dès 1999 la Poste quant à elle créait les bornes et cartes Cyberposte.

Capture d’écran 2014-11-24 à 10.16.39Capture d’écran 2014-11-24 à 10.24.13

CFP Digital Heritage and Heritagization

RESET Issue edited by Francesca Musiani (ISCC, CNRS, Paris-Sorbonne, UPMC) and Valérie Schafer (ISCC, CNRS, Paris-Sorbonne, UPMC)

DEADLINE FOR ABSTRACT SUBMISSIONS: DECEMBER 15, 2014

homeHeaderTitleImage_fr_CA

 

 

The notion of ‘digital heritage’ outlined by UNESCO in 2003, in the frame of its Charter for the Preservation of Digital Heritage, designates both “digitized” and “born digital” resources (the latter being defined as resources for which “there is no other format but the digital object”). This dual meaning entails a reflection on digital heritage that is able to encompass continuity and long- term processes, as well as ruptures and breakdowns. Indeed, it calls for reflections about the ways in which digital resources can become or be qualified as heritage, but also about the ways in which heritage is ‘appropriated’ by the digital world. It therefore invites to pursue reflections, grounded in the social sciences, such as those on the ‘heritage question’ (Amougou, 2004) and what constitutes today the notion of heritage itself, as well as its ‘reinvention’ (Bourdin, 1984).
Continuer la lecture

AAC Patrimoine et patrimonialisation numériques

Numéro de la revue RESET coordonné par Francesca Musiani (ISCC – CNRS, Paris-Sorbonne, UPMC) et Valérie Schafer (ISCC – CNRS, Paris-Sorbonne, UPMC)

DATE-LIMITE D’ENVOI DES PROPOSITIONS : 15 décembre 2014

homeHeaderTitleImage_fr_CA

 

 

La notion de « patrimoine numérique » promue par l’Unesco en 2003 dans sa Charte sur la conservation du patrimoine numérique désigne aussi bien le patrimoine numérisé que des ressources « d’origine numérique » (« qui existent uniquement sous leur forme numérique initiale »). Cette double acception implique d’emblée de penser le patrimoine numérique autant dans la continuité et la longue durée, que dans la rupture. Elle invite en effet à saisir en quoi le numérique peut faire patrimoine, mais aussi la manière dont le patrimoine est saisi par le numérique, et à prolonger des réflexions en sciences sociales sur la « question patrimoniale » (Amougou, 2004) et sur ce que constituent aujourd’hui la notion de patrimoine elle-même et sa « réinvention » (Bourdin, 1984).

La montée en puissance du « patrimoine numérique » appelle des enquêtes empiriques autant sur ses publics, existants ou souhaités, que sur ses instigateurs, ses producteurs, ses conservateurs et ses promoteurs. Celles-ci se doivent également d’interroger les institutions, les politiques publiques et privées, collectives et individuelles, de sauvegarde et d’archivage investies dans ce champ (Mussou, 2012). Les controverses que ces politiques suscitent (par exemple autour du droit à l’oubli et à la mémoire) et les interactions des pouvoirs publics avec les institutions de préservation, ou entre les institutions elles-mêmes, amènent aussi à s’intéresser aux dimensions à la fois sociotechniques et politiques de ce «patrimoine numérique » en cours d’institutionnalisation.

Les pratiques et processus qui contribuent à la formation et à la reconnaissance du patrimoine numérique engagent en effet des choix, des mises à l’épreuve, un « travail » social d’acteurs variés et des entrelacements d’échelles, depuis le rôle des associations de professionnels ou celui des passionnés jusqu’au grand public, en passant par les bibliothèques, musées, groupes de recherche qui prennent en charge certains archivages ou initient des politiques de préservation, ou encore des institutions et groupements internationaux qui s’y impliquent, à l’instar de l’Unesco ou de l’International Internet Preservation Consortium.

La création de la Fondation Internet Archive en 1996 puis de sa célèbre Wayback Machine (qui permet de retrouver et fouiller le Web du passé), le projet de son fondateur, Brewster Kahle, d’archiver « le Web mondial », le sauvetage d’espaces en ligne tels que Geocities et Mobileme par l’Archive Team, l’archivage institutionnel du Web depuis 2006 en France par la BnF et l’INA, dans le cadre du dépôt légal, ou encore l’archivage de Twitter par la Library of Congress des Etats-Unis, sont autant de dynamiques qui ont contribué à constituer des documents d’emblée numériques en patrimoine. Elles témoignent toutes de la pluralité d’acteurs, aux motivations et enjeux parfois complémentaires, parfois divergents, engagés dans ce processus.

Si ce patrimoine né numérique (ou nativement numérique) que nous venons d’évoquer, et que les Anglo-Saxons appellent le Born Digital Heritage, a fait l’objet d’une plus faible attention de la part des chercheurs que le patrimoine converti sous forme numérique (Dufrêne, 2013 ; Bachimont, 2014), il doit en outre être associé à une réflexion sur un autre patrimoine, que l’on pourrait qualifier de « patrimoine du numérique ». Celui-ci, conservé et exposé grâce aux efforts d’individus, d’associations, des musées des sciences et techniques ou d’informatique, d’expositions au succès croissant (dédiées par exemple aux jeux vidéo), consiste autant en des documents numériques qu’en matériels, logiciels, documentation diverse. Ces différents versants convergent en une patrimonialisation (Davallon, 2006) du numérique qui mérite également d’être interrogée.

Que nous disent dès lors le patrimoine numérique et la patrimonialisation du numérique sur le rapport de nos sociétés à leur patrimoine et au numérique ? Que se passe-t-il quand on ne se contente plus de « numériser » la culture mais qu’elle est « d’emblée numérique » ? Quelles sont les conséquences sur le patrimoine, et sur ses usages – sociaux, culturels, politiques, économiques et scientifiques ?

Pistes de recherche

Au moyen d’analyses empiriques, ce numéro souhaite contribuer à éclairer les politiques de construction, de gestion et de développement du patrimoine numérique, les acteurs et enjeux de sa patrimonialisation (Illien, 2011). Nous proposons trois pistes non exhaustives pour traiter de la thématique, au sein desquelles pourront s’inscrire les articles : La fabrique d’un patrimoine numérique (axe1), La patrimonialisation du numérique (axe 2) et Patrimoine numérique et héritage social (axe 3).
Continuer la lecture