Un « bouquet de rapports »

Au plus haut niveau de l’État, c’est en 1997 qu’est explicitement exprimée la volonté de prendre un virage vers Internet, avec le discours d’Hourtin de Lionel Jospin à l’université d’été de la communication. Toutefois, avant même que l’on ne parle dans le grand public français d’Internet et du Web, l’État engage une analyse de ce qui se nomme alors « les autoroutes de l’information », dans le sillage des discours états-uniens. Signe toutefois de l’héritage historique, c’est à un ancien Directeur général des télécommunications (1974-1981), Gérard Théry, un des artisans du développement du Minitel, qu’est confiée en février 1994 cette réflexion. Parallèlement, Thierry Breton, alors chez Bull, explore les téléservices et l’impact sur les emplois qu’ils pourraient susciter. Le rapport Théry pose les premiers jalons d’une prise de conscience des enjeux à venir. Il reste toutefois très critique à l’égard d’Internet.

Mais, ce sont surtout les années 1996 et 1997 qui sont le signe d’une véritable frénésie, liée en partie au démarrage des actions en justice, tandis que fleurit un « bouquet de rapports », selon la formule du site Adminet.

Voir le PDF : Un bouquet de rapports

Tools for collecting social media archives

Following a conversation on the Association Of Internet Researchers (AOIR)’s mailing-list, the SocialMediaLab (developed at the Australian National University) package emerges as a tool for collecting data on social media platforms for virtual ethnography analysis, among other types of analysis.

http://voson.anu.edu.au/SocialMediaLab

Although the handling of this software suite requires some basis in programming, the authors have written an « Absolute Beginner’s » guide for SocialMediaLab.

http://voson.anu.edu.au/papers/SocialMediaLab/Absolute_Beginners_Guide_to_SocialMediaLab.pdf

Proposition d’un groupe de travail W3C : Web Archivability Community Group

En discussion, la création d’un nouveau groupe W3C pour dégager les meilleurs pratiques à destination des développeurs et concepteurs Web pour la préservation des sites, en utilisant des outils d’archivage Web dédié. Un projet antérieur de la bibliothèque de Stanford avait déjà proposé des guides pratiques pour « l’archivabilité » des sites Web.

w3c

The evolving Internet Archive

http://blog.archive.org/2015/04/27/evolving-internet-archive/

http://blog.archive.org/2015/04/27/evolving-internet-archive/

Pour découvrir les motivations et coulisses de la dernière version d’Internet Archive.

 

 

 

 

 

Quelques repères chronologiques sélectionnés par Marguerite Borelli (étudiante à University College of London et actuellement stagiaire Web90) :

1996 : création de l’Internet Archive et débuts de l’archivage du Web

1999 : début de l’archivage de matériaux audiovisuels via un partenariat avec les Prelinger Archives, constituée de films ‘éphémères’ (publicités, films éducatifs ou publiés par des entreprises, ONGs, ou des particuliers (les ‘home movies’).

2000 : début de la collaboration avec la Library of Congress à l’occasion de l’élection présidentielle.

2001 : lancement de la Wayback Machine, l’interface utilisateur qui permet aux internautes de naviguer dans l’archive Web.

2004 : Internet Archive lance le ‘Grateful Dead Internet Archive Project’ (GDIAP), et publie en ligne une archive gratuite des enregistrements du groupe The Grateful Dead par son public pendant ses nombreux concerts.

2004 : Internet Archive développe Petabox, un système sécurisé de sauvegarde de données à faible consommation énergétique avec une capacité d’un Petabyte de données (= 1 million de GB).

2004 : IA commence à numériser et archiver des livres papier (lancement de la page ‘eBooks and Texts’ sur Internet Archive) (maintenant en collaboration avec Open Library,).

2005 : lancement de la page ‘films and videos’ sur Internet Archive

2005 : lancement de la page ‘Audio Archive’ sur Internet Archive

2005 : IA lance en partenariat avec Yahoo ! la Open Content Alliance, une archive numérique internationale (multimédia et textes numérisés multilingues) en accès libre sur l’Internet Archive et à partir du moteur de recherche Yahoo!

2006 : Internet Archive lance Archive-It, un service de management des archives du Web qui aide ses institutions clientes à crawler, construire, cataloguer et préserver leurs collections, dont les contenus sont hébergés et stockés sur les serveurs d’Internet Archive.

Novembre/Décembre 2007 – Mai 2008 : Brewster Kahle reçoit une national-security letter (NSL) du FBI l’ordonnant de fournir le nom, l’adresse et les communications électroniques d’un de ses usagers. IA, l’American Civil Liberties Union et la Electronic Frontier Foundation intentent un procès au FBI pour contester la constitutionnalité de la procédure de confidentialité ainsi que la légalité de la lettre en question. Internet Archive obtient gain de cause en avril 2008.

2008 : lancement du projet de collaboration entre Internet Archive et la NASA, NASA Images, pour faciliter l’accès du public aux collections vidéo, images, et audio de l’agence spatiale. Le site est fermé depuis 2012, mais certaines parties demeurent accessibles via les archives Web d’Internet Archive.

2009 : Internet Archive lance 301works.org, un service d’archivage des URLs raccourcies qui permet de retrouver la page Web originale d’un URL raccourci dans le cas ou celui-ci ne fonctionnerait plus.

2010 : lancement de la page ‘Images’ sur Internet Archive, d’où sont accessibles des images et photos digitales ou digitalisées (collections NASA Images, Metropolitan Museum, Brooklyn Museum, USGS Maps, etc.).

2012 : lancement de la TV News Archive sur IA, qui permet de visualiser en streaming les journaux télévisés américains depuis 2009.

2014 : création de la Internet Archive Software Collection, bibliothèque en ligne de logiciels vintage ou historiques (CD-Roms, logiciels libres, jeux sur PC, etc.).

Cette chronologie s’appuie sur des information émanant du site d’Internet Archive, des blogs de Brewster Kahle et d’Internet Archive, et des sites respectifs des différents projets et organisations impliqués  (Alexa, OpenLibrary, Open Content Alliance ou Electronic Frontier Foundation). 

L’autre architecture d’Internet

Une série de photographies d’immeubles américains abritant des data centers et autres signes matériaux de la présence infrastructurelle d’Internet donne l’occasion à une journaliste du NYTimes de réfléchir à la matérialité invisible des réseaux : invisible du point de vue des infrastructures, enfouie ou enfermée dans des espaces cachés au regard, mais invisible aussi du point de vue de des aménagements architecturaux urbains, suburbains voire ruraux, insérée dans nos paysages quotidiens. Voir le diaporama et l’article ici.
ntyimes-internet-invisible

Fête de l’Internet 1998

Retrouvez le communiqué de 1997 de Jean-Michel Billaut, responsable de la cellule de veille technologique de la Compagnie Bancaire, président du Club de l’Arche, annonçant la première fête de l’Internet en 1998.

voir le site de la Fête de l’Internet au 11 décembre 1997 grâce à la Wayback Machine

FETEINTERNET98logo-petit

Entretien avec Stéphane Bortzmeyer – 1ère partie

Le 23 avril 2015, Stéphane Botzmeyer était notre premier grand témoin interviewé dans le cadre du projet Web90 (par Camille Paloque-Berges et Valérie Schafer) pour revenir sur sa découverte et son expérience du Web des années 90.

En trois parties, l’entretien revient dans cette première partie sur la découverte par Stéphane Bortzmeyer des réseaux, son expérience à l’Ined et au Cnam, sur les Journées Messageries, etc. De Fnet à Mosaic, en passant par IRC, il nous fait pénétrer les usages des réseaux, de l’Internet et du Web et leurs acteurs dans les années 90, nous explique le fonctionnement et les usages de FTP, l’attribution des noms de domaine ou encore les pratiques d’anonymat et de pseudonymat au cours de la décennie et il revient sur des aspects techniques mais aussi culturels et sociaux de l’Internet et du Web.

La vidéo est sous licence CC BY-SA 3.0.

Entretien avec Stéphane Bortzmeyer 2ème partie

Suite de notre entretien du 23 avril 2015 avec Stéphane Botzmeyer, premier grand témoin interviewé dans le cadre du projet Web90 (par Camille Paloque-Berges et Valérie Schafer).

En trois parties, l’entretien revient dans cette deuxième partie notamment sur les premiers sites Web français dans les années 90, la relation entre le CNAM et l’Internet et le Web, mais aussi sur des sites comme celui de Nicolas Pioch.

Les associations nées avec le développement de l’Internet et du Web comme l’AUI, les offres type Calvacom, ou encore les systèmes « fermés » type Infonie sont également abordés.

 

La vidéo est sous licence CC BY-SA 3.0.