AAC : L’analyse de sites web est-elle toujours pertinente?

Appel à communication, Journées d’étude organisées par le LERASS (équipe CPST) les 16, 17, et 18 décembre à l’université Toulouse Jean-Jaurès.

Dès les début du web, les sciences humaines et sociales se sont intéressées au phénomène. Il apparait toutefois que les méthodes d’analyse des sites ont mis quelques temps à apparaître; outre la difficulté inhérente à la nouveauté du medium, la dimension concurrentielle de telles méthodes a certainement freiné leur apparition sur la scène académique. Bien qu’une myriade de publications analysant un site ou un petit nombre de sites particuliers existent dans la littérature, nous avons repéré seulement quatre ouvrages expressément consacrés à la question : Penser le webdesign. Modèles sémiotiques pour les projets multimédias (L’Harmattan, 2004), de Nicole Pignier et Benoit Drouillat, Les sites Web. Conception, description et évaluation (Hermès Lavoisier, 2005), de Peter Stockinger, L’analyse des sites internet. Une radiographie du cyberespace (INA/DeBoeck, 2009), de Sébastien Rouquette, et  le Manuel d’analyse du web en sciences humaines et sociales (Armand Colin, 2013), dirigé par Christine Barats.

Les deux premiers ouvrages sont explicitement sémiotiques. Si le premier se focalise sur le processus de création du webdesign, le second s’attache à décrire la globalité du processus de conception, tant dans la prestation web (le processus conceptuel amont) que dans l’expression (le processus conceptuel aval) d’un site. L’ouvrage de Sébastien Rouquette se veut pluridisciplinaire, et plus explicitement communicationnel. Il cherche à intégrer l’analyse de site à une problématique liée à la typologie des sites observés : dimension institutionnelle des sites municipaux, analyse hypertextuelles des portails du CAC40, analyse sociosémiotique des pages d’accueil des sites de jeux, analyse des cadres idéologiques d’interprétations des sites d’entreprises… L’auteur propose ainsi une hétérogénéité d’approches pour rendre compte de la diversité des sites, « outils de médiations idéologiquement perméables ». Enfin, l’ouvrage collectif dirigé par Christine Barats est intrinsèquement pludisciplinaire, et ouvre à une approche du web plutôt que des sites web, en croisant des approches diversifiées. Cela est sans doute dû au fait qu’il est le seul des quatre ouvrages à être paru après 2010, et à se situer en aval de l’explosion du web dit 2.0, c’est-à-dire des plateformes de média socionumériques, qui renouvellent totalement l’approche de la publication web, en ouvrant la publication de contenu au public non spécialiste, sans la médiation d’un technicien (la médiation étant intégrée à l’interface même). Plus besoin de mettre en ligne le contenu écrit ailleurs, ni même de choisir un modèle pour sa publication, il suffit d’ouvrir un compte pour publier. 
Cette facilité permet l’avènement d’une production web massive, non spécialisée, en même temps qu’elle structure une certaine standardisation, et qu’elle déplace la focalisation analytique du site vers la plateforme, l’interactivité qu’elle produit ou l’interaction qu’elle permet. 

Déjà, l’avènement des blogs portaient l’attention sur l’identité de son propriétaire plus que sur la mise en forme de son contenu. L’idée de site web était encore maintenue, mais la brèche était ouverte vers la prise en compte des pages dynamiques générées par les différents CMS en fonction de la navigation de l’internaute. Peut-on encore parler de sites web lorsqu’il s’agit d’une page individuelle dans une plateforme de réseau socionumérique ? Doit-on analyser ladite plateforme dans ce qu’elle produit comme contraintes de production (réseau fermé, interface limitée, interactivité calculée), faut-il tenir compte de ce qu’elle induit du point de vue de la réception (modes de navigation, ergonomie, signification de l’interface) ? 
Quel feuilletage énonciatif est à l’œuvre quand on passe du site web à la plateforme de médias sociaux ? Quels acteurs doit on prendre en compte, en considérant la page web comme médiation ?

On peut ainsi poser la question : le site est-il toujours une unité pertinente de l’analyse du web? Quelle place tiendrait l’analyse des sites web dans une approche globalisante du web, telle que l’avait amorcé, par exemple, Sébastien Rouquette (L’hypermédia internet. Analyse globale de l’espace médiatique Internet, INA, 2010)?

Enfin, la question de l’enseignement de l’analyse qualitative de site web en sciences humaines se pose, de la même manière qu’elle est posée en recherches : quelle place prend l’analyse de site web dans les enseignements – notamment, mais pas seulement, en science de l’information et de la communication ? A-t-elle sa place dans une formation qui tend à prendre en compte la culture numérique dans son ensemble ? Est-elle un bagage nécessaire dans une formation soucieuse des préoccupations liées aux humanités numériques ?

Ces journées d’étude proposent de discuter ces questions, de faire retour sur ces premières méthodologies en présence de leurs auteurs, et de contribuer à la réalisation d’un bilan de l’approche qualitative du web en sciences humaines et sociales, tant pour la recherche que pour l’enseignement universitaire.

La durée prévisionnelle des communications est de 30 mn. 

Modalités de soumission
Les propositions de communication, de 2000 signes maximum (espaces comprises) accompagnées d’une courte présentation de l’auteur, doivent être envoyées à l’adresse pmpondo@univ-tlse2.fr  au plus tard le 13 novembre 2015. 
Les auteurs des communications sélectionnées recevront une notification avant le 28 novembre. 

Contact

Patrick Mpondo-Dicka
LERASS-CPST, Pavillon de la Recherche
Université de Toulouse Jean-Jaurès
5 allées Antonio Machado
31058 Toulouse cedex 9