Compte-rendu de la journée Attention(s) aux internautes

3702725

Attention(s) aux internautes
Des années 1990 à aujourd’hui. Des pop-up à l’économie de l’attention, du nommage aux profils, de la naissance du Web aux traces post-mortem.

 

Cette journée d’étude a permis, à travers sept interventions et les discussions qu’elles ont engendrées, d’explorer la question de l’attention dans les environnements numériques selon une perspective diachronique et interdisciplinaire. A l’instar de l’ouvrage collectif dirigé par Yves Citton sur L’Economie de l’attention (La Découverte, 2014), il s’agissait de saisir la notion dans sa dimension de “capitalisme attentionnel” mais aussi dans ses dimensions par exemple éthiques (le care, le fait d’être attentionné et pas seulement attentif).

Dans une première intervention intitulée “La construction de l’identité en ligne: enjeux et limites”, Michel Marcoccia (Maître de conférences, Equipe Tech-CICO / Université de technologie de Troyes – CNRS) est revenu sur les apports et limites des travaux sur la CMC (Computer Mediated Communication) depuis les années 90 (du célébre dessin “Sur Internet personne ne sait que vous êtes un chien” de Peter Steiner paru dans le New Yorker en 1993 à Life on the Screeen de Shery Turkle en 1995), montrant comment ils ont accordé une place importante à la “construction de l’identité en ligne”. 587006

Il a mis en valeur en trois temps (La question de l’identité en ligne ; De l’internet des masques à l’internet des traces; La construction de l’identité en ligne par des adolescents) et à partir de quelques études de cas (notamment le site ados.fr) la manière dont les échanges en ligne donnent accès à de nombreux indices identitaires et les stratégies de mise en scène de soi, montrant le passage du “Sur Internet personne ne sait …” à “sur Internet vos métadonnées disent …”.

Capture d’écran 2015-05-21 à 10.53.25

Dans leur intervention « Pour une analyse critique de l’apparition de la catégorie de “profil” sur le premier Web », Haud Gueguen (Dicen-IDF, Cnam) et Camille Paloque-Berges (Dicen-IDF, Cnam et HT2S, Cnam) ont interrogé l’origine étymologique de la notion de profil, les conceptions de l’identité que présuppose cette catégorie et ce qu’elle tend à véhiculer. A partir d’une analyse généalogique et d’une typologie des profils, elles ont cherché à comprendre comment l’émergence des pages personnelles sur le Web, dans les années 1990, a pu participer à l’élaboration d’une conception « profilaire » de l’identité. Se penchant sur le moment où les internautes apprennent à s’ « afficher » sur le premier Web et sur l’objet socio-technique des « pages personnelles », elles ont analysé comment la forme « profil » est reconditionnée et réappropriée dans l’usage des interfaces et infrastructures Web.

51lILD-jSJL._SY344_BO1,204,203,200_Elles ont questionné le moment de l’ « utopie numérique » constitutif de l’apparition du Web, en montrant comment la promesse d’une expression et d’une expérimentation de soi enfin émancipée de la tyrannie de l’identité (Turkle, 1995 ; Rheingold, 1993), du fait même de son lien intime à des dispositifs profilaires, a paradoxalement contribué à l’émergence d’un modèle identitaire porteur de normes contraignantes pour les acteurs sociaux.
Elles ont également éclairé la co-construction de la notion de profils entre usagers et services Web que montre la dimension diachronique.

 

La session 2 “Traces à long terme” s’est ouverte par la présentation par Virginie Julliard (Maître de conférences à l’Université de Technologie de Compiègne, laboratoire COSTECH) et Fanny Georges (Maître de conférences à l’Université de Technologie de Compiègne, laboratoire COSTECH) de leur recherche dans le cadre de l’ANR ENEID autour de l’hommage numérique aux défunts en France et en Chine.

IMG_0177

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans ces deux pays, des sites mémoriaux sont proposés aux familles pour rendre hommage à leurs défunts, mais si en France ces sites sont proposés par des entreprises privées, en Chine ils sont principalement déployés par le gouvernement pour accompagner les politiques de réforme funéraire forçant le passage de l’inhumation à l’incinération. Au-delà de ces sites mémoriaux qui prescrivent une forme à l’hommage, elles ont également considéré les pratiques mémoriales et les mutations de l’identité numérique après le décès des internautes dans des sites de réseaux sociaux, à l’instar de shi ze ru si fu, liste de 600 profils de défunts qui flottent sur Weibo.

(Retrouver Virginie Julliard et Fanny Georges dans l’émission Les Nouvelles Vagues de Marie Richeux sur France Culture, consacrée le 4 mars 2015 au Web post mortem)

Eric Dagiral (Maître de conférences à l’Université Paris Descartes, laboratoire CERLIS) s’est tourné vers une autre forme d’attention, celle portée à soi et celle d’autrui que révèle le Quantified Self. Il a reposé la question des temporalités, en montrant que le Quantified Self ne procède en réalité que rarement d’une vision à long terme. Il a à la fois présenté le cadre théorique et matériel dans lequel celui-ci se déploie, proposé une réflexion méthodologique stimulante sur ses terrains (enquêtes + étude ethnographique des meetups).

IMG_0181

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il a également esquissé des traits sociologiques des utilisateurs du Quantified Self et présenté des études de cas notamment autour de la cigarette électronique connectée, invitant en conclusion à penser ce que le big data doit aux épistémologies locales ou encore la relation entre approches des données dans le Quantified Self et approches des données dans des disciplines comme l’épidémiologie.

L’après-midi s’est ouverte avec une intervention d’Emmanuel Kessous (Professeur de Sociologie, Université de Sophia-Antipolis) qui a interrogé l’expression d’économie de l’attention – expression ambigüe qui mêle dans un même syntagme une manière d’être dans la société de la connaissance (ce qu’il a appelé, ailleurs, une « cité de l’attention ») et une évolution des modèles d’affaires portés par le numérique (la mise en valeur publicitaire de l’attention et la modification des conventions de mesure de l’attention). 9782200280550-XPour étudier les tensions entre ces deux formes de l’économie de l’attention et les modalités de transformation du capitalisme auxquelles elles pourraient conduire, il a proposé une réflexion en trois temps, revenant d’abord sur leur dimension normative, puis sur le modèle de justice inhérent, avant de s’intéresser aux transformations du capitalisme qu’elles pourraient induire. Revenant sur le marketing des traces, la segmentation ou encore l’économie de l’attention participative, il a interrogé le modèle de justice induit (quelle raison de participer? quel sacrifice? celui de la privacy?) ainsi que la notion de bien commun, celle de réciprocité et le care. Interrogeant les liens entre économie de l’attention et économie du partage, il a posé la question de leur soutenabilité et des tensions induites.

Kevin Mellet (Chercheur au laboratoire SENSE d’Orange Labs et chercheur associé au CSI, Mines ParisTech) a quant à lui examiné les transformations de l’économie des médias sur le web depuis 20 ans au prisme de la notion d’économie de l’attention. Revenant sur les différentes formes qu’ont pris les médias en ligne (portails; moteurs de recherche; social media; etc.) il a proposé une périodisation et une typologie des modèles attentionnels, depuis celui de la disponibilité qu’incarnent les bannières des années 90, en passant par les liens sponsorisés, pour arriver au modèle de “la publicité dite sociale” (si en 1998 les bandeaux représentaient 91% des investissements publicitaires, en 2012 50% de ces investissements reposent sur les liens sponsorisés).
Capture d’écran 2015-05-21 à 12.13.27Il a également proposé un regard critique – au-delà des discours d’accompagnement des gestionnaires de sites, sur la diversification des modalités de captation et de gestion de l’attention des internautes (la “publicité dite sociale” n’est-elle pas par certains aspects en train de reprendre un modèle d’exposition traditionnel et connu dans d’autres médias?).

( Pour en savoir plus :

Emmanuel Kessous, « The Attention Economy Between Market Capturing and Commitment in the Polity », Œconomia [En ligne], 5-1 | 2015, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 22 mai 2015. URL : http://oeconomia.revues.org/1123 ; DOI : 10.4000/oeconomia.1123

Retrouver Emmanuel Kessous, Kevin Mellet, Moustafa Zouinar. L’Économie de l’attention : Entre protection des ressources cognitives et extraction de la valeur. Sociologie du Travail, Elsevier, 2010, 52 (3), pp.359-373. <10.1016/j.soctra.2010.06.009><hal-00520512>)

Enfin, Christian Licoppe (Professeur de Sociologie des technologies de l’information et de la communication, Telecom ParisTech) dans son intervention “Les dispositifs de notification et l’organisation d’écologies de l’attention” a exploré les dispositifs de notification et d’interpellation, nous amenant “vers une pragmatique des dispositifs de sollicitation attentionnelle”.IMG_0187 Il a proposé une histoire dans la longue durée (depuis le tocsin ou les tickers financiers de la deuxième révolution industrielle) puis sur une période plus  courte (depuis le développement de dispositifs numériques dans les années 50) des dispositifs attentionnels, revenant notamment sur l’évolution de la perception de la notification. Celle-ci est perçue comme disruptive dans les années 1980, trouve un meilleur équilibre dans les années 90 entre coût attentionnel et utilité (instant messaging) et aujourd’hui suscite une vision plus ambivalente (tentative de gestion d’un paysage de notification et d’empowerment par l’utilisateur). Sa réflexion sur les écologies de l'(in)visibilité a été accompagnée dans un second temps par une étude sur la préoccupation mais aussi l’attente et l’engagement de l’utilisateur, appuyée notamment sur des captations vidéos montrant différents modes d’engagement dans un échange par message.RES_184_L204(Pour aller plus loin: Licoppe Christian, “Interactions médiées et action située. La pertinence renouvelée des approches praxéologiques issues de l’ethnométhodologie et l’analyse de conversation”, Réseaux, 2014/2, pp. 317-345). 

 

Ces sept interventions ont démontré l’intérêt qu’il y a à sortir d’une définition étroite de “l’économie de l’attention” pour penser une écologie de l’attention, des environnements attentionnels ou un capitalisme attentionnel qui interroge aussi le care, l’engagement, la participation. Elles ont également prouvé l’intérêt indéniable d’une approche diachronique de ces questions (dans le temps long et court), d’une réflexion sur les ruptures, sédimentations, continuités, ainsi que les apports liés à la diversité des approches théoriques (SIC, économie, sociologie, histoire, etc.) et méthodologiques (entretiens, captations vidéos, usages des archives du Web, observation participante, etc.) pour aborder la notion d’attention.