Réinventer la mémoire de nos ordinateurs en s’inspirant du vivant ?

Les origines, mais aussi le développement d’Internet et du Web ont souvent été mis en comparaison avec les modèles de réseau synaptiques, avec plus ou moins de fantasmes cybernétiques. Pour cette raison, on pourra garder en perspective des travaux en informatique récents qui perpétuent l’analogie cerveau/ordinateur, naturel/artificiel par exemple dans le domaine du stockage numérique, trouvant modèle dans les systèmes moléculaires et synaptiques.

2 projets à consulter :
« Comment concevoir une mémoire informatique plus rapide et moins énergivore ? Des chercheurs de l’Institut d’électronique fondamentale (CNRS/Université Paris-Sud) et du CEA-List ont décrypté les mécanismes physiques impliqués dans des mémoires informatiques magnétiques de nouvelle génération et montré que de tels mécanismes pouvaient être utilisés comme les « synapses » d’un nouveau type de système, neuro-inspiré, capable d’apprendre comment stocker et restituer des informations. Leurs travaux sont publiés en ligne dans la revue IEEE Transaction on Biomedical Circuits and Systems le 15 avril 2015. » Lire le communiqué de presse sur cnrs.fr.
« Face à l’explosion des données numériques, les chercheurs réfléchissent à des modes de stockage révolutionnaires. Parmi les pistes les plus prometteuses : l’utilisation de polymères, ces longues chaînes moléculaires. Et si tout le savoir humain actuellement contenu sur Internet tenait dans l’espace d’un bureau, en lieu et place des hectares de data centers qui envahissent la planète ? C’est ce qu’envisagent très sérieusement les chimistes spécialistes des polymères, qui veulent utiliser ces longues chaînes moléculaires pour stocker à terme les zettaoctets (1021) d’information numérique produits chaque année.« . Lire la suite sur le journal du CNRS.