L’historien du Web: explorateur, navigateur ou butineur ?

Merci à Ian Milligan et Peter Webster pour leur invitation à présenter nos travaux et publier sur leur blog Web Archives for Historians

Les pratiques culturelles en ligne : saisir les publics

Comment capter l’attention du public, le saisir, mais aussi saisir ses comportements et attentes en ligne? Dans quelle mesure la recherche scientifique en sciences humaines a-t-elle repensée l’analyse des usages, comme y invitaient dès 1999 Geneviève Jacquinot-Delaunay et Laurence Monnoyer-Smith, pour saisir les pratiques culturelles et les publics de la culture à l’ère de la communication numérique ? Quelles nouvelles stratégies de communication les entreprises et organisations mettent-elles en oeuvre: sont-elles centrées sur la participation de l’usager, à l’heure de « la culture de la convergence » (Henry Jenkins, 2013) et d’une culture «  amateur » donnant lieu à des modalités de  « réception créative », d’acquisition de compétences et de mobilisation inédites (Patrice Flichy, 2010)?

 

Pour aborder ces questions et croiser réflexions théoriques, études de terrain et retours d’expérience, nous recevrons le lundi 9 février de 18.00 à 20.00:   

 

  • Maxime Coupez, directeur projet chez FABERNOVEL
  • Olivier Donnat, DEPS-Secrétariat général, Ministère de la culture et de la communication
  • Camille Jutant, Maître de conférences en Sciences de l’information et de la communication, Laboratoire ELICO. Responsable du master DPACI (Développement de projets artistiques et culturels internationaux) à l’ICOM
  • Stéphane Roth, directeur éditorial de la Philharmonie de Paris
  • Julien Rosanvallon, Directeur du Département Télévision de Médiamétrie
La séance se tiendra à l’Institut des sciences de la communication (CNRS, Paris-Sorbonne,UPMC), 20 rue Berbier-du-Mets, 75 013 Paris, métro Gobelins.

 

Elle est co-organisée par :
– le pôle Trajectoires du numérique de l’ISCC, séminaire Histoires de l’Internet (Fanny Georges et Valérie Schafer)
– l’équipe Médias, Cultures et Pratiques Numériques de l’Université Paris 3

 

Entrée libre – merci toutefois si vous pouvez signaler votre venue à valerie.schafer@cnrs.fr ou fanny.georges@univ-paris3.fr

 

CFP Digital Heritage and Heritagization

RESET Issue edited by Francesca Musiani (ISCC, CNRS, Paris-Sorbonne, UPMC) and Valérie Schafer (ISCC, CNRS, Paris-Sorbonne, UPMC)

DEADLINE FOR ABSTRACT SUBMISSIONS: DECEMBER 15, 2014

homeHeaderTitleImage_fr_CA

 

 

The notion of ‘digital heritage’ outlined by UNESCO in 2003, in the frame of its Charter for the Preservation of Digital Heritage, designates both “digitized” and “born digital” resources (the latter being defined as resources for which “there is no other format but the digital object”). This dual meaning entails a reflection on digital heritage that is able to encompass continuity and long- term processes, as well as ruptures and breakdowns. Indeed, it calls for reflections about the ways in which digital resources can become or be qualified as heritage, but also about the ways in which heritage is ‘appropriated’ by the digital world. It therefore invites to pursue reflections, grounded in the social sciences, such as those on the ‘heritage question’ (Amougou, 2004) and what constitutes today the notion of heritage itself, as well as its ‘reinvention’ (Bourdin, 1984).
Lire la suite

AAC Patrimoine et patrimonialisation numériques

Numéro de la revue RESET coordonné par Francesca Musiani (ISCC – CNRS, Paris-Sorbonne, UPMC) et Valérie Schafer (ISCC – CNRS, Paris-Sorbonne, UPMC)

DATE-LIMITE D’ENVOI DES PROPOSITIONS : 15 décembre 2014

homeHeaderTitleImage_fr_CA

 

 

La notion de « patrimoine numérique » promue par l’Unesco en 2003 dans sa Charte sur la conservation du patrimoine numérique désigne aussi bien le patrimoine numérisé que des ressources « d’origine numérique » (« qui existent uniquement sous leur forme numérique initiale »). Cette double acception implique d’emblée de penser le patrimoine numérique autant dans la continuité et la longue durée, que dans la rupture. Elle invite en effet à saisir en quoi le numérique peut faire patrimoine, mais aussi la manière dont le patrimoine est saisi par le numérique, et à prolonger des réflexions en sciences sociales sur la « question patrimoniale » (Amougou, 2004) et sur ce que constituent aujourd’hui la notion de patrimoine elle-même et sa « réinvention » (Bourdin, 1984).

La montée en puissance du « patrimoine numérique » appelle des enquêtes empiriques autant sur ses publics, existants ou souhaités, que sur ses instigateurs, ses producteurs, ses conservateurs et ses promoteurs. Celles-ci se doivent également d’interroger les institutions, les politiques publiques et privées, collectives et individuelles, de sauvegarde et d’archivage investies dans ce champ (Mussou, 2012). Les controverses que ces politiques suscitent (par exemple autour du droit à l’oubli et à la mémoire) et les interactions des pouvoirs publics avec les institutions de préservation, ou entre les institutions elles-mêmes, amènent aussi à s’intéresser aux dimensions à la fois sociotechniques et politiques de ce «patrimoine numérique » en cours d’institutionnalisation.

Les pratiques et processus qui contribuent à la formation et à la reconnaissance du patrimoine numérique engagent en effet des choix, des mises à l’épreuve, un « travail » social d’acteurs variés et des entrelacements d’échelles, depuis le rôle des associations de professionnels ou celui des passionnés jusqu’au grand public, en passant par les bibliothèques, musées, groupes de recherche qui prennent en charge certains archivages ou initient des politiques de préservation, ou encore des institutions et groupements internationaux qui s’y impliquent, à l’instar de l’Unesco ou de l’International Internet Preservation Consortium.

La création de la Fondation Internet Archive en 1996 puis de sa célèbre Wayback Machine (qui permet de retrouver et fouiller le Web du passé), le projet de son fondateur, Brewster Kahle, d’archiver « le Web mondial », le sauvetage d’espaces en ligne tels que Geocities et Mobileme par l’Archive Team, l’archivage institutionnel du Web depuis 2006 en France par la BnF et l’INA, dans le cadre du dépôt légal, ou encore l’archivage de Twitter par la Library of Congress des Etats-Unis, sont autant de dynamiques qui ont contribué à constituer des documents d’emblée numériques en patrimoine. Elles témoignent toutes de la pluralité d’acteurs, aux motivations et enjeux parfois complémentaires, parfois divergents, engagés dans ce processus.

Si ce patrimoine né numérique (ou nativement numérique) que nous venons d’évoquer, et que les Anglo-Saxons appellent le Born Digital Heritage, a fait l’objet d’une plus faible attention de la part des chercheurs que le patrimoine converti sous forme numérique (Dufrêne, 2013 ; Bachimont, 2014), il doit en outre être associé à une réflexion sur un autre patrimoine, que l’on pourrait qualifier de « patrimoine du numérique ». Celui-ci, conservé et exposé grâce aux efforts d’individus, d’associations, des musées des sciences et techniques ou d’informatique, d’expositions au succès croissant (dédiées par exemple aux jeux vidéo), consiste autant en des documents numériques qu’en matériels, logiciels, documentation diverse. Ces différents versants convergent en une patrimonialisation (Davallon, 2006) du numérique qui mérite également d’être interrogée.

Que nous disent dès lors le patrimoine numérique et la patrimonialisation du numérique sur le rapport de nos sociétés à leur patrimoine et au numérique ? Que se passe-t-il quand on ne se contente plus de « numériser » la culture mais qu’elle est « d’emblée numérique » ? Quelles sont les conséquences sur le patrimoine, et sur ses usages – sociaux, culturels, politiques, économiques et scientifiques ?

Pistes de recherche

Au moyen d’analyses empiriques, ce numéro souhaite contribuer à éclairer les politiques de construction, de gestion et de développement du patrimoine numérique, les acteurs et enjeux de sa patrimonialisation (Illien, 2011). Nous proposons trois pistes non exhaustives pour traiter de la thématique, au sein desquelles pourront s’inscrire les articles : La fabrique d’un patrimoine numérique (axe1), La patrimonialisation du numérique (axe 2) et Patrimoine numérique et héritage social (axe 3).
Lire la suite

Are we researching society or technology? The ambiguous objects of digital sociology

Le programme Migrations & Numérique de la Fondation Maison des sciences de l’homme aura le plaisir de recevoir Noortje Marres (Goldsmiths, University of London) le jeudi 6 novembre 2014.

Abstract

This presentation engages with a particular problematic that digital sociology faces today: online platforms offer significant opportunities for the study of social life, but research relying on platform data easily ends up analysing not social life, but the platforms themselves. My talk outlines and evaluates two methodological strategies for addressing this problem of digital bias: a critical approach that seeks to strip its empirical object of digital artefacts, and an affirmative approach that endorses the hybridity of digital social phenomena. Drawing on a pilot study of privacy online, I showcase the type of insights and findings this second approach can provide.

 

Traces de la politique, politique des traces

Ce colloque, ouvert aux jeunes chercheurs et chercheuses de tous les champs disciplinaires rattachés aux humanités et aux sciences sociales, se propose de partir en quête des traces de la politique.3 axes: Marcher sur les traces des luttes passées; Gouverner par les traces (numériques); Recouvrer ses propres traces : des identités conflictuellesvoir l’appel complet sur Fabula du colloque des 12 et 13 février 2015 (Propositions jusqu’au 15 décembre 2014)

Le colloque des jeunes chercheurs en études critiques du politique, organisé conjointement par le LCSP (Laboratoire du Changement Social et Politique, Université Paris Diderot – Paris 7), l’URMIS (Unité de Recherche Migrations et Société, Université Paris Diderot – Paris 7) et le COSTECH (Connaissance, Organisation, Systèmes Techniques, Université de Technologies de Compiègne), a pour objectif de créer un espace d’échange entre doctorantes, doctorants, jeunes docteurs et docteures s’intéressant de façon critique au fait politique.