L’institut Pasteur et les réseaux africains

Alors que l’histoire du développement d’Internet en Afrique reste encore largement à écrire, mais aussi celle des collaborations internationales nouées dans ce domaine, cet exposé des activités de réseau de l’Institut Pasteur que Laurent Bloch a présenté à Addis Abeba en 1995 offre un passionnant tour d’horizon des pratiques, enjeux, limites et idées alors en vigueur dans ce domaine.

Lire l’article

The malware museum

Malware Museum
Internet Archive

The Malware Museum is a collection of malware programs, usually viruses, that were distributed in the 1980s and 1990s on home computers. Once they infected a system, they would sometimes show animation or messages that you had been infected. Through the use of emulations, and additionally removing any destructive routines within the viruses, this collection allows you to experience virus infection of decades ago with safety.

Découvrir le Malware Museum sur Internet Archive

A lire également

 

Entretien avec Christophe Wolfhugel du 28 juillet 2017

Dans cet entretien, Christophe Wolfhugel revient sur son parcours et sa découverte des réseaux, son souhait de casser le monopole sur les Newsgroups de Fnet en France, la création du premier serveur IRC en France, des groupes Usenet fr. et de leurs prédécesseurs, la fondation d’Oléane ou encore son investissement dans l’AUI (Association des utilisateurs d’Internet). Un témoignage riche autant pour découvrir le tournant de la décennie 1990 que le monde des premiers FAI et le développement des échanges en réseaux hors de la sphère des laboratoires.

Entretien avec Henri de Maublanc et Rafi Haladjian (partie 1)

Le 7 juillet 2017 Henri de Maublanc et Rafi Haladjian nous faisaient le plaisir de revenir sur leurs parcours qui, du Minitel à Internet et au Web, fait d’eux des témoins de premier plan de la période que couvre notre projet. Du kiosque et des messageries roses à la naissance des premiers FAI, dont Francenet, et des premiers sites de vente en ligne sur le Web, nous avons notamment exploré grâce à eux les enjeux économiques et commerciaux du numérique.

Entretien réalisé par Valérie Schafer, Michel Elie et Victoria Peuvrelle

Call for Papers for Internet Histories: The 90s as a turning decade for Internet and the Web

This call for papers aims to revisit the history of Internet and the Web within a specific decade that coincides with the Web’s availability for the general public: the 1990s.
How did the course of Internet History change in the 90s? Which continuities and turns, tensions and debates emerged within the Internet community, within digital communities, and more generally within society at large? How can we map the Internet and the Web of the Nineties? Who were the key actors and more hidden figures of their adoption and massification? How can we characterize the digital cultures of the 1990s and reconstruct and revisit them? What did Web browsing meant for Internet users of the Nineties? How can we explain nostalgia today for this past Web?

We hope to explore these questions and many others in this special issue, through global, transnational, national, regional and local histories.

Suggested topics:

  • The mass diffusion of the Internet: its rhythms, patterns, issues, actors, limits
  • The emergence of the World Wide Web and the paths to the Web in the 90s
  • The heritage of previous times, models, projects and achievements in Internet history
  • “Eternal September” and other newcomers on the Internet and/or on the Web
  • The communication around the Internet and the Web (in media, advertisements, political or economic discourses, etc.) and their socialisation
  • The Internet’s commercial turn
  • The history of ISPs and of content providers
  • History of 90s websites and online communities
  • The controversies and debates that involved the Internet and Web during the 90s
  • The Web of the 90s and its relationship with convergent media dynamics/histories of the period (e.g. television, telecommunications, print…)
  • The topic of the Internet and the Web versus “older media” (in press, TV, radio, online)
  • The dot-com bubble
  • Digital archeology and the reconstruction of digital communities and vanished spaces
  • Digital tools and digital humanities for reconstructing and analysing the Web of the 90s
  • Discussions on the place and on the 90s turn within the history of the Internet and the Web (realities, limits, critics…)
  • The nostalgia for the past of the Internet and Web of the 90s

Of course, we encourage and welcome other topics and perspectives on the 90s as a turning decade for Internet and the Web.

 Submissions

The proposals are to be submitted to

benjaminthierry@gmail.com

valerieschafer@wanadoo.fr

explicitly mentioning CFP 90s

They need to fit on one page, detail an explicit angle of analysis and outline, and integrate a short bibliography.

Selected authors will be invited to submit then a full paper through the editorial system, which will undergo full peer review and will determine acceptance of papers for publication.

Calendar

Deadline for the submission of proposals: September 20th 2017

Notification of proposal acceptance: October 1st 2017

Submissions of the full paper (6000-8000 words): March 1st 2018

Feedback based on reviews: April 20th 2018

Deadline for Revisions: June 20th 2018

Internet Histories: Digital Technology, Culture and Society is an international, inter-disciplinary peer-reviewed journal concerned with research on the cultural, social, political and technological histories of the internet and associated digital cultures.

More information on the journal

Instructions for Authors 

Should you have any questions regarding this CfP, please feel free to contact us: benjaminthierry@gmail.com ; valerieschafer@wanadoo.fr

 

Logiciels libres : recherche et patrimoine

A découvrir notamment dans notre entretien pour la revue TSI avec Roberto Di Cosmo, initiateur du projet Software Heritage et qui revient aussi plus généralement sur son parcours.

AAC Unix en Europe : entre innovation, diffusion et héritage

Conservatoire national des arts et métiers, Paris – 19 Octobre 2017

 Le système Unix est né dans les années 1970 à la croisée du monde industriel (laboratoire de R&D chez AT&T) et du monde scientifique (réseau de l’Université de Berkeley), et s’est rapidement démarqué par une adoption internationale dans les milieux de la recherche en informatique. Le succès d’Unix, d’abord implémenté sur les mini-ordinateurs, avant de devenir plus largement compatible avec le reste du parc informatique, a été encouragé par ses qualités de système ouvert, multi-utilisateur et multitâche permettant l’expérimentation logicielle. Dans le contexte européen, en particulier en France, comment cette innovation américaine a-t-elle été diffusée, transposée, et adaptée ? Pourquoi Unix a-t-il intéressé les milieux informatiques européens, et pourquoi continue-t-il aujourd’hui de les intéresser ? Cela suppose une appropriation et une construction d’une culture Unix consolidée, qui perdure et constitue un héritage dans les mémoires de ces milieux, en sus de la longue et complexe histoire de ses versions. La mémoire des utilisateurs Unix est vive, portée très tôt par des enquêtes dans les milieux de la recherche et du développement (Salus, 1994), ainsi qu’une pratique de sauvegarde patrimoniale avancée (Toomey, 2010). Le système est un référent important dans l’histoire de l’informatique, en particulier dans le champ des logiciels libres (Kelty, 2008) et des réseaux (Paloque-Berges, 2017) et dans la philosophie des langages (Mélès, 2013).

Afin d’explorer la variété de ces questions, ce colloque s’adresse aux chercheurs en sciences sociales, historiens, philosophes, conservateurs du patrimoine intéressés par l’histoire d’Unix et des systèmes et logiciels ouverts. Ce colloque s’ouvre également plus largement à la communauté d’acteurs et témoins impliquée dans les réflexions autour d’Unix et la transmission de sa mémoire. Nous souhaitons, dans ce colloque, discuter et éclairer plusieurs aspects du développement d’Unix en Europe et à l’international, dans ses dimensions historiques et sociologiques, philosophiques et épistémologiques, patrimoniales – et cela selon 3 axes prioritaires.

Lire la suite

AAC 7th International Conference on the Histories of Media Art, Science and Technology

RE:TRACE 2017: Call for Papers 

The 7th International Conference on the Histories of Media Art, Science and Technology titled RE:TRACE focuses on an evaluation of the status of the meta-discipline MediaArtHistories today.

More than a decade after the first conference founded the field now recognized worldwide as a significant historical inquiry at the intersection of art, science, and technology, Media Art Histories is now firmly established as a dynamic area of study guided by changing media and research priorities, drawing a growing community of scholars, artists and artist-researchers.

voir l’appel à contribution

HPT2M conférence: Le numérique à l’ère des designs (AAC)

Le numérique à l’ère des designs (contenus, interactions, espaces, environnements, services, objets, oeuvres, programmes…): de l’hypertexte à l’hyper-expérience
18, 19 et 20 octobre 2017, Valenciennes – Arenberg Creative Mine

capture-decran-2017-02-01-a-09-16-36La 14ème édition de la conférence, H2PTM’2017, est de retour à Valenciennes, où s’était déjà tenue la conférence H2PTM’01 en 2001. Elle se tiendra les 18, 19 et 20 octobre 2017 à Arenberg Creative Mine, et réunira des chercheurs français et internationaux pour rendre compte des derniers avancements de la recherche et du développement des hypertextes et hypermédias dans des domaines variés. En effet, l’évolution actuelle des hypermédias pose des questions qui croisent différentes approches (parfois en interaction):

  • techniques : développement des applications nomades et composites, environnements virtuels ambiants ;
  • sociales : hypertextualisation croissante des pratiques communicationnelles (publication, échanges en ligne…), nouvelles sociabilités ;
  • informationnelles : écritures collaboratives et hypertextuelles, recherche d’information (via le web social, le web participatif, le web sémantique…), documentarisation participative, indexation collaborative ;
  • culturelles : mutations du jeu (jeux sérieux, jeux pervasifs…), logiques de patrimonialisation, transformations esthétiques (webdesign, interfaces 3D…), interculturalité ;
  • épistémologiques : comment penser le numérique aujourd’hui ? selon quels nouveaux cadres théoriques (notamment en sciences humaines et sociales) ?

Outre les thèmes récurrents, qui constituent la trame des conférences H2PTM – Hypertextes, Hypermédias, méthodes et modèles de conception, expérimentations, etc. –, cette quatorzième édition propose un éclairage plus approfondi sur le design, ou plus exactement les designs (contenus, interactions, espaces, environnements, services, objets, oeuvres, programmes, …) particulièrement sous l’angle informationnel et communicationnel, et sur les expériences inédites que les dispositifs innovants proposent à leurs usagers.

En savoir plus sur le site de la conférence

Soumission d’un résumé avant le 25 février 2017

Histoires de l’Internet et du Web

Qui a « inventé » Internet ? Qui détient les clés d’Internet ? Quelles sources, quels acteurs mettre en lumière pour composer une histoire de l’Internet et du Web qui rende compte de ses origines, trajectoires, tournants, évolutions, continuités ?
L’émergence d’Arpanet dans les années 1960, puis de l’Internet dix ans plus tard, est le produit d’un processus d’innovation de longue durée et non clos jusqu’à aujourd’hui, marqué par l’enchevêtrement de lignées sociotechniques et de réseaux d’acteurs hétérogènes.
À l’occasion des cinquante ans du lancement du projet Arpanet, des vingt-cinq ans du Web ou encore des vingt ans d’Internet Archive, et à travers une sélection de sources et de textes de recherche, cette anthologie cherche à donner un aperçu de la variété des acteurs, trajectoires, approches, méthodologies et écritures de l’histoire d’Internet et du Web. Organisée en trois parties qui tendent à dessiner une progression chronologique – d’Arpanet à Internet, puis de l’Internet des premiers adoptants à sa prise en considération par le politique et les premiers pas d’une gouvernance élargie, enfin du Web à sa démocratisation dans le grand public au début des années 2000, elle met en dialogue des approches techniques, économiques, sociales, culturelles, politiques, ou encore juridiques et offre une vision élargie d’une histoire qui ne s’écrit pas seulement aux et depuis les Etats-Unis mais connaît aujourd’hui un véritable dynamisme international.

Découvrir ce Living Book (2017) dirigé par Valérie Schafer et Alexandre Serres 

capture-decran-2017-01-05-a-11-38-09