Call For Papers: ARPANET (1969-2019)

Map of the Arpanet 1973

Camille Paloque-Berges & Valérie Schafer (ed.)

Special issue of Internet Histories. Digital Technology, Culture and Society.

This call for papers aims at revisiting the history of ARPANET, its genesis, development, heritage, memories and the writing of its history 50 years after the first four nodes came into service.

ARPANET’s story is today part of the Internet’s official heritage, as a first crucial step in its development. Seminal research, such as Janet Abbate’s Inventing the Internet (1999) or Alexandre Serres’ Aux sources d’Internet: l’émergence d’ARPANET (2000) has extensively covered its history. However, the 50th anniversary of ARPANET provides an occasion to reflect on existing histories, to open the debate to new perspectives and approaches.

What have these pioneering researchers provided and what lessons have they taught us in terms of studying the history of computer networks? When considering ARPANET as a first step towards the Internet: how did this determine – and is still determining – our current understanding of the Internet and of the ARPANET? What other chronologies and territories involving the ARPANET can be advanced? What is left to explore and discover in the ARPANET’s history? If the ARPANET is dead today, are its heritage and spirit still alive and if so, how?

Suggested topics:

  • The ARPANET’s inspirations: previous concepts, models, theories, technologies
  • Development of computer networks from the mid-1960s to the mid-1980s: society, culture, politics and economics in the ARPANET’s times (from a local, national and international perspective)
  • The place of ARPANET in the history of ARPA/DARPA or funding agencies more generally
  • The place of ARPANET within the history of military networks
  • Trajectories of ARPANET’s developments: from experiments to achievements, through mistakes and failures
  • ARPANET’s communities: from developers to users
  • ARPANET’s hardware and software within the history of computers and computing
  • Famous and less-known protagonists or witnesses of ARPANET
  • Spaces, places, maps, territories, geographies, and geopolitics of ARPANET
  • Communicating with, through, and about ARPANET
  • ARPANET as a model: reception and influence on other networks and/or in other countries
  • ARPANET’s governance and architecture
  • ARPANET and infrastructures for digital information
  • ARPANET’s cultures: perimeters, specificities, limits …
  • The history of networks shaping collaborative work
  • Writing ARPANET’s history: critical historiography, methodology, epistemological issues
  • New discoveries in the history of ARPANET
  • ARPANET’s heritage in the present Internet and digital cultures

Of course, we encourage and welcome other topics and perspectives on ARPANET’s history too.

 Submissions

The proposals are to be submitted to

camillepaloqueberges@gmail.com

valerieschafer@wanadoo.fr

explicitly mentioning CFP ARPANET.

They need to fit in one page, detail an explicit angle of analysis and outline, and integrate a short bibliography.

Successful authors will be invited to submit then a full paper through the editorial system, which will undergo full peer review and will determine acceptance of papers for publication.

Calendar

Deadline for the submission of proposals: October 15th 2017

Notification of proposal acceptance: November 15th 2017

Submissions of the full paper (6000-8000 words): April 15th 2018

Feedback based on reviews: June 30th 2018

Deadline for Revisions: October 15th 2018

Internet Histories: Digital Technology, Culture and Society is an international, interdisciplinary peer-reviewed journal concerned with research on the cultural, social, political and technological histories of the internet and associated digital cultures.

More information on the journal can be found at

http://www.tandfonline.com/action/journalInformation?show=aimsScope&journalCode=rint20

Instructions for Authors are available at

http://www.tandfonline.com/action/authorSubmission?show=instructions&journalCode=rint20#Word_limits

Should you have any questions regarding this CfP, please feel free to contact us:

camillepaloqueberges@gmail.com

valerieschafer@wanadoo.fr

 

AAC : Le temps long des réseaux sociaux numériques

Dossier pour Le Temps des Médias. Revue historique (numéro 31, parution en 2018)

Le temps long des réseaux sociaux numériques
Coordonné par
Frédéric Clavert, Martin Grandjean et Cécile Méadel

Le 15 janvier 2009, un avion de l’US Airways amerrit en urgence au large de New York. Parmi les passagers et l’équipe de bord, tous sains et saufs, plusieurs ont, depuis les bateaux de secours, publié leurs photographies sur Twitter ou Flickr. Ainsi les membres de ces plateformes « sociales » en ligne ont-ils pu être informés de l’événement avant que presse et télévision ne le relatent.

Dans ce cas symbolique, les réseaux sociaux numériques ont favorisé la diffusion d’informations. Leur orientation de plus en plus affirmée vers la circulation de l’information transforme ces réseaux en médias, avec des moyens et une infrastructure techniques (Internet, le web et les réseaux sociaux numériques eux-mêmes) qui permettent à leurs membres de participer non seulement à la diffusion mais également à la création et à la mise en forme de ces informations.

Les aspects massifs des réseaux sociaux numériques en ligne – Facebook compte 1,5 milliard d’« utilisateurs » – d’une part et la rapidité de circulation de l’information que Dominique Boullier a décrit comme des « vibrations » intenses et brèves d’autre part poussent des utilisateurs et observateurs de ces plateformes à verser dans le vocabulaire révolutionnaire, coutumier des entreprises de nouvelles technologies. Si la (relative) nouveauté des technologies utilisées par les réseaux sociaux numériques est bien documentée, celle, souvent implicitement considérée comme évidente, des pratiques des utilisateurs/acteurs – réseaux, collectifs ou communautés – de ces services dans les modes d’émergence et de circulation de l’information l’est moins.

Ce dossier du Temps des médias souhaite mettre au centre de sa démarche une série de questionnements touchant à l’interaction entre (nouvelles) technologies, rythmes ou formats de l’information et (nouveaux) acteurs. Comment et sous quelles conditions l’émergence de nouvelles technologies ou la transformation de technologies existantes agissent-elles sur les rythmes de l’information et font-elles apparaître de nouveaux acteurs ? Si le cas des réseaux sociaux numériques est considéré comme emblématique de nouveaux modèles de production et de circulation des informations, ce dossier s’appuiera pour répondre à ces questions sur une démarche qui accordera une attention particulière aux approches diachroniques en interrogeant d’autres médias, d’autres technologies, d’autres réseaux, d’autres communautés d’hier et aujourd’hui. À titre d’exemple, nous pouvons évoquer le rôle de l’invention et, surtout, du perfectionnement de l’imprimerie conjugué au rôle de membres du clergé dans la diffusion des 95 thèses de Martin Luther qui, d’après Elizabeth Eisenstein, a pu atteindre 300 000 personnes en trois ans.

Cette approche diachronique nous permettra de réintroduire le temps long dans l’étude des réseaux sociaux numériques, sans nécessairement négliger des temporalités plus courtes.

Il s’agira donc d’analyser des moments de transformation et/ou d’accélération de la circulation de l’information, avec production massive ou significative (relativement à la configuration technologique et culturelle d’une époque) de nouvelles, à des moments où les destinataires de l’information collaborent ou participent à son élaboration ou à sa circulation, à des moments où ces mutations exercent un rôle plus ou moins déterminant dans les modes de fonctionnement des médias. Dans quelle mesure l’émergence d’une technique a-t-elle déjà favorisé la mise en place de médias dits sociaux ? L’histoire d’Internet et surtout celle du web devront également être prises en compte, tout comme la place et le rôle de Facebook ou Twitter. Les années 2000 – l’éclatement de la bulle spéculative des « dotcom » suivie de l’émergence de la notion de web 2.0 – sont empreintes d’une narration de la rupture lorsque l’on parle, notamment, du web. Cette rupture-là devra aussi être discutée, non nécessairement pour la mettre en cause, mais aussi pour, comparée au temps long, en faire émerger les principales caractéristiques.

Modalités pratiques

Les propositions devront être adressées à frederic.clavert@unil.ch avant le 20 juin 2017 (titre, mots-clés, résumé en 3 000 signes maximum, affiliation) ; les réponses seront adressées aux auteurs au plus tard dans la première quinzaine de juillet. Les articles (35 000 signes) devront être remis le 31 octobre 2017 pour expertise et relecture. La publication est prévue pour le mois de septembre 2018.

Coordinateurs du numéro

Frédéric Clavert, frederic.clavert@unil.ch

Martin Grandjean, martin.grandjean@unil.ch

Cécile Méadel, cecile.meadel@u-paris2.fr

 

ARCS – Analyse de réseaux pour les sciences sociales

Le groupement de recherche 3771 Analyse de réseaux en SHS a le plaisir de vous annoncer le lancement de la revue à comité de lecture ARCS – Analyse de réseaux pour les sciences sociales / Network analysis for social sciences. Cette revue pluridisciplinaire, consacrée à l’analyse de réseaux en sciences humaines et sociales, publie des articles inédits en français ou en anglais.

Charte éditoriale, composition du comité de rédaction et consignes aux auteur.e.s sont disponibles à l’adresse https://arshs.hypotheses.org/revue-arcs.

Histoires de l’Internet et du Web

Qui a « inventé » Internet ? Qui détient les clés d’Internet ? Quelles sources, quels acteurs mettre en lumière pour composer une histoire de l’Internet et du Web qui rende compte de ses origines, trajectoires, tournants, évolutions, continuités ?
L’émergence d’Arpanet dans les années 1960, puis de l’Internet dix ans plus tard, est le produit d’un processus d’innovation de longue durée et non clos jusqu’à aujourd’hui, marqué par l’enchevêtrement de lignées sociotechniques et de réseaux d’acteurs hétérogènes.
À l’occasion des cinquante ans du lancement du projet Arpanet, des vingt-cinq ans du Web ou encore des vingt ans d’Internet Archive, et à travers une sélection de sources et de textes de recherche, cette anthologie cherche à donner un aperçu de la variété des acteurs, trajectoires, approches, méthodologies et écritures de l’histoire d’Internet et du Web. Organisée en trois parties qui tendent à dessiner une progression chronologique – d’Arpanet à Internet, puis de l’Internet des premiers adoptants à sa prise en considération par le politique et les premiers pas d’une gouvernance élargie, enfin du Web à sa démocratisation dans le grand public au début des années 2000, elle met en dialogue des approches techniques, économiques, sociales, culturelles, politiques, ou encore juridiques et offre une vision élargie d’une histoire qui ne s’écrit pas seulement aux et depuis les Etats-Unis mais connaît aujourd’hui un véritable dynamisme international.

Découvrir ce Living Book (2017) dirigé par Valérie Schafer et Alexandre Serres 

capture-decran-2017-01-05-a-11-38-09

Cfp – Computer Networks Histories : local, national and transnational perspectives

International Conference – Call for papers
14-15 December 2017 – Lugano Switzerland

Aims and scope
Recently several works in the fields of Internet Studies, Science and Technology Studies and Media Studies have stressed the importance of early local, national and transnational computer networks histories for a deeper understanding of technological and social change in contemporary societies.
This 2-days conference has a triple aim.
First, gathering scholars and researchers from a variety of disciplines working on theoretical and empirical analysis of computer networks histories.
Second, providing a wide perspective on these histories, including case studies from Asia, Africa, Latin America and Oceania and including international organizations dealing with the control and management of networks: this interdisciplinary and international debate could be useful to compare worldwide experiences and to provide new frames on this topic.
Third, the conference aims to develop new frameworks and a space of discussion on the historical role of computer networks, representing the starting point of an international community of scholars.

Potential topics may include, but are in no way limited to, the following:
The origins and development of computer networks under a local, national, international or transnational perspective;
Political, economic and cultural representations of computer networks in Western or/and Eastern cultures;
Comparative analysis of early and late networks;
Physical infrastructures and materiality of computer networks;
The political economy of national digital infrastructures;
Histories of the digitalization of analogic networks;
The history of failed and forgotten computer networks projects;
The influence of early computer networks on the development of the Internet and of the World Wide Web;
The cultural and social history of computer networks communities (e.g. communitarian networks, academic networks, professional networks, civic networks).

All the authors are invited to send an abstract of a max 500 words and a short bio by February 28, 2017 to nethistories@gmail.com
All invited speakers interested in publish their papers in the journal revue Histoire et Informatique will be asked to send a paper of max 5000 words by October 31 2017.

Conference and venue
The 2-days conference will take place in Lugano, Switzerland, hosted by the Faculty of Communication Sciences of USI – Università della Svizzera italiana (http://www.usi.ch/). The organizing committee comes from a collaboration between the Institute of Media and Journalism (IMeG) of USI and the Association Histoire & Informatique Suisse of Bern (https://www.infoclio.ch/en).Travel grants will be available for participants without access to other financial resources (please attach the motivation and an estimate of the needed budget to your proposal).

Keynote speakers
Prof. Hu Yong (Peking University’s School of Journalism and Communication)Prof. Benjamin Peters (University of Tulsa, Department of Communication and affiliated fellow at the information Society  Project at Yale Law School)unknown

Retrouver l’appel en PDFF cfp_computer-networks-histories

Call for Papers: Workshop on National Webs

December 8-9, 2016

Aarhus University and the State Library, Denmark

How can you study national webs? How are national webs today different from how they were 10 years ago? Is it possible to compare national webs? And what are the IT-related challenges when doing these kinds of studies?

These are some of the questions that will be addressed at a workshop on national webs, organised by the research project ‘The historical development of the Danish web’ (supported by the Danish Ministry of Culture), in collaboration with NetLab, Aarhus University, and the State Library, Denmark

We never experience the entire national web domain when browsing the web but it is always there as a horizon, as the national context of our browsing. Studies of national webs can provide valuable knowledge about the characteristics and use of different nations’ web. Studies of the history of national webs can shed light on the development and the changing patterns and trends within and across national webs. In addition, studying the characteristics of a national web will result in a baseline for other web studies, for instance by making it possible to determine whether a specific website at a given point in time is comparatively large or small, dynamic or static etc. This will be of use when analysing in-depth the web activities that take place within a nation and to which the national web constitutes the backdrop. It will also allow for international comparisons, both current and historical.

Studies of national web domains is an emerging field within web studies, and the workshop aims to bring together scholars, web archivists, curators and IT-developers working within this area in different countries with a view to advancing the field through knowledge exchange and new possibilities for cooperation.

Submissions could include:

  • theoretical, methodological or case based studies at the intersection between national web studies and Digital Humanities
  • case studies of one or more national webs
  • contemporary cases or a historical perspective
  • theoretical reflections on studying national webs
  • methodological reflections on studying national webs, including discussions about software used for the study.

A selection of the papers from the research workshop will be considered for inclusion in a planned edited volume The Historical Web and Digital Humanities: National Web domains, to be part of a book series about digital research in the Arts and Humanities at an international publisher.

Please send an abstract of up to 300 words to Niels Brügger (nb@cc.au.dk), head of NetLab, Aarhus University. Abstract submission deadline: 14 August, 2016. Notification of acceptance: 1 September, 2016.

Archivage RSN

La première rencontre du Lab InaDLWeb  se déroulera le 1er Avril de 15h à 17h30 dans les emprises de l’Ina, sur le site de la BnF François-Mitterrand.

La séance portera sur les problématiques et enjeux liés à la collecte, à l’archivage et au traitement des  Tweets produits et diffusés en réaction aux attentats de 2015 à Paris ainsi que sur l’usage de la collection pour et par la recherche . 

Déroulé de séance :

15h00-15h45:  Présentation des modalités de collecte , indexation, archivage par l’Ina d’un corpus de plus de  20 M de  tweets en lien avec les événements

-15h45-16h30 :  Présentation des outils  existants de traitement et visualisation du corpus 

– 16h30 -17 h30 : « Hands on » /Travaux pratiques  : Accès à l’interface de consultation des Tweets archivés depuis ordinateurs portables individuels  pour prise en main et analyse

-17h30-18h00 : discussions, échanges, expression des besoins

Pôle MIT (Modélisation des Interactions Temporelles) de l’ISCC

rubon355-d7ca9Le pôle MIT (Modélisation des Interactions Temporelles) de l’ISCC vous invite à une matinée de réflexion interdisciplinaire le 17 février matin autour de deux exposés

 

Dynamique des réseaux et des collectifs sociaux
                        Michel Grossetti, DR CNRS

Dans cette présentation les collectifs sont définis comme des ensembles d’acteurs sociaux partageant des ressources et les réseaux comme des agrégations de collectifs dyadiques. Sur la base de ces définitions, on s’efforcera d’inventorier quelques uns des processus par lesquels les relations dyadiques émergent de collectifs plus vastes ou par lesquels les collectifs émergent des réseaux.

Dynamique des discussions dans les forums
                       Alberto Lumbreras, doctorant

Pour analyser la dynamique des forums de discussion on peut les représenter comme des arbres ou chaque noeud correspond à un post. Dans cette présentation on s’intéressera aux dynamiques de ces arbres de deux points de vues. D’un côté, du point de vue de leur population de triades et, d’autre côte, du point de vue de leur modélisation stochastique dans le cadre des modèle génératifs de graphes.

Le pôle MIT de l’ISCC

Lieu : ISCC, 20 rue Berbier-du-Mets, 75013 Paris
Horaires : 9h30 – 12h30

Entrée libre dans la limite des places disponibles. Pas d’inscription
nécessaire. Les organisateurs, Matthieu Latapy et Francesca Musiani.

AAC XXè Congrès de la SFSIC : Temps, temporalités et information-communication

sfsic

Le délai de dépôt des propositions sur la plateforme est repoussé au 12 janvier minuit. Invité d’honneur:  Hartmut Rosa.

voir l’AAC du Congrès de la SFSIC qui se tiendra à Metz, les 8, 9 & 10 juin 2016.

AAC Archiver la recherche : responsabilités partagées

Appel à Communications
Archive boxes in the archive of the Netherlands Architecture Institute in Rotterdam

Archive boxes in the archive of the Netherlands Architecture Institute in Rotterdam

La section Aurore (archives des universités, rectorats, organismes de recherche et mouvements étudiants) de l‘Association des archivistes français organise une journée d’études sur le thème de la responsabilité dans la gestion des archives de la recherche.
Structurer les données et documents, gérer la preuve, constituer un patrimoine scientifique, … Ces enjeux font appel à plusieurs compétences et corps de métiers : archivistes, documentalistes, enseignant-chercheurs, étudiants, informaticiens, juristes etc. Les organisateurs de cette journée d’études leur proposent d’échanger leurs réflexions autour de plusieurs axes : les acteurs, les types de responsabilités qui leur incombent, les objets sur lesquelles s’exerce la responsabilité et les moyens mobilisés.

Les propositions sont à envoyer à colloques.archives@inserm.fr sous forme d’un résumé de 200 mots accompagné d’une brève biographie. Les présentations dureront 20 minutes.

Date limite d’envoi : 31 janvier 2016.

Lire la suite