AAC revue Temporalités : Réseaux sociaux et temporalités

 

 

Dossier coordonné par Claire Bidart (LEST UMR 7317, CNRS, AMU) et Michel Grossetti (LISST UMR 5193, CNRS, UT2J)

Comment évoluent des systèmes relationnels ? Comment rendre compte des dynamiques complexes qui les animent ? Un réseau, en effet, est composé d’entités et de relations entre ces entités, et il forme un système d’ensemble qui lui aussi évolue dans sa composition et sa structure. Entités, relations et structure sont engagées dans des mouvements différents. S’agissant de réseaux sociaux, connectant ici des entités sociales – individus, organisations, activités, produits… (Degenne et Forsé, 2004) –, quelles temporalités, sociales elles aussi, sont à l’œuvre sur leurs mouvements et leurs évolutions?

Diverses disciplines des sciences sociales ont travaillé sur ces questions : la sociologie, l’histoire, l’économie, la géographie, la science politique, la science de gestion… La physique et l’informatique contribuent elles aussi à l’identification de dynamiques au sein de systèmes sociaux, le plus souvent à partir de « big data ».

En restant focalisé ici sur les réseaux sociaux, ce numéro de Temporalités entend rassembler des travaux s’appliquant à examiner les temporalités impliquées dans les évolutions des systèmes relationnels.

Lire la suite de l’appel sur Calenda

Calendrier

Réception des propositions jusqu’au : 15 septembre 2017
Réponse des coordinateurs : 15 octobre 2017
Réception des articles : 15 décembre 2017
Retour des expertises des évaluateurs : 1er février 2018
Version révisée : 2 avril 2018
Sortie du numéro : 15 juin 2018

Internet Histories volumes 1 et 2

Très fière de ce premier double numéro spécial porté par des articles courts, historiographies et épistémologiques des membres du comité scientifique notamment (et dans le désordre) Janet Abbate, Andrew Russell, Richard Rogers, Gerard Alberts, Fred Turner, Finn Brunton, Jane Winters, Sandra Braman et encore bien d’autres à découvrir. Merci à eux d’avoir rendu ce numéro séminal si riche et stimulant !

voir les contributeurs et articles

(Dé)construire l’histoire numérique, dhnord2017

Les 27-29 novembre 2017, la Maison européenne des sciences de l’homme et de la société (MESHS) organise à Lille la quatrième édition de DHnord, une manifestation scientifique annuelle consacrée aux humanités numériques. 

Pour l’édition 2017,en collaboration avec le Luxembourg Centre for Contemporary and Digital History (C2DH) de l’université du Luxembourg le thème sera « (Dé)construire l’histoire numérique | (De)constructing Digital History ».
Propositions, en français ou en anglais, jusqu’au 31 mai prochain à soumettre sur le site de l’événement.

Corpus de communication médiée par les réseaux

Ciara R. WighamGudrun LedegemCorpus de communication dédiée par les réseaux. Construction, structuration, analyse, Paris, L’Harmatan, coll. Humanités numériques, 2017. 

Cet ouvrage aborde les questions relatives au processus de construction de corpus d’interaction et de communications de type mono ou multimodal, synchrone ou asynchrone sur Internet ou via les télécommunications, en vue de la publication de tels corpus sous forme de données libres (OpenData), afin de développer des recherches communautaires : méthodologie, annotation, analyse, droits… Plusieurs genres de communication sont étudiés : la communication dans les forums de discussion, les messages SMS, les interactions ou discours sur les réseaux sociaux numériques, tels que Twitter, wikis, (type Wikipédia) ou des réseaux sociaux d’entreprise.

Le patrimoine culturel immatériel et numérique

Sous la direction de Séverine Cachat, Marta Severo, éditions L’Harmattan, 2017.

Le patrimoine culturel immatériel, couvert par la Convention de l’UNESCO de 2003, est par définition un patrimoine vivant, nourri par les communautés qui le portent. Aujourd’hui, le numérique, notamment le web, ouvre des perspectives prometteuses pour sauvegarder et valoriser ce patrimoine. Comment les nouvelles applications numériques peuvent-elles dialoguer avec les démarches d’inventaire conduites au niveau institutionnel ? Comment protéger les droits des communautés dans le cadre de l’enregistrement et de la publication sur Internet de leurs éléments patrimoniaux ?

ISBN : 978-2-343-10654-0 • janvier 2017 • 210 pages
EAN PDF : 9782140025587

Archivage de la Toile

Pour écouter l’émission (La méthode scientifique – France Culture)

« Comment transformer Internet en machine à remonter le temps ? (…) La Méthode scientifique a convié deux voyageurs temporels en la personne de Marin Dacos, directeur et fondateur d’OpenEdition, un projet d’humanités digitales pour lequel vous avez obtenu la médaille de l’innovation CNRS en 2016 et Frédéric Kaplan, directeur du laboratoire de la chaire d’humanités digitales à l’École Polytechnique Fédérale de Lausanne, et responsable de la Venice Time Machine dont nous parlerons dans quelques instants ».

 

HPT2M conférence: Le numérique à l’ère des designs (AAC)

Le numérique à l’ère des designs (contenus, interactions, espaces, environnements, services, objets, oeuvres, programmes…): de l’hypertexte à l’hyper-expérience
18, 19 et 20 octobre 2017, Valenciennes – Arenberg Creative Mine

capture-decran-2017-02-01-a-09-16-36La 14ème édition de la conférence, H2PTM’2017, est de retour à Valenciennes, où s’était déjà tenue la conférence H2PTM’01 en 2001. Elle se tiendra les 18, 19 et 20 octobre 2017 à Arenberg Creative Mine, et réunira des chercheurs français et internationaux pour rendre compte des derniers avancements de la recherche et du développement des hypertextes et hypermédias dans des domaines variés. En effet, l’évolution actuelle des hypermédias pose des questions qui croisent différentes approches (parfois en interaction):

  • techniques : développement des applications nomades et composites, environnements virtuels ambiants ;
  • sociales : hypertextualisation croissante des pratiques communicationnelles (publication, échanges en ligne…), nouvelles sociabilités ;
  • informationnelles : écritures collaboratives et hypertextuelles, recherche d’information (via le web social, le web participatif, le web sémantique…), documentarisation participative, indexation collaborative ;
  • culturelles : mutations du jeu (jeux sérieux, jeux pervasifs…), logiques de patrimonialisation, transformations esthétiques (webdesign, interfaces 3D…), interculturalité ;
  • épistémologiques : comment penser le numérique aujourd’hui ? selon quels nouveaux cadres théoriques (notamment en sciences humaines et sociales) ?

Outre les thèmes récurrents, qui constituent la trame des conférences H2PTM – Hypertextes, Hypermédias, méthodes et modèles de conception, expérimentations, etc. –, cette quatorzième édition propose un éclairage plus approfondi sur le design, ou plus exactement les designs (contenus, interactions, espaces, environnements, services, objets, oeuvres, programmes, …) particulièrement sous l’angle informationnel et communicationnel, et sur les expériences inédites que les dispositifs innovants proposent à leurs usagers.

En savoir plus sur le site de la conférence

Soumission d’un résumé avant le 25 février 2017

Big Data, Little Data, No Data. Scholarship in the Networked World

9780262529914Abstract: “Big Data” is on the covers of Science, Nature, the Economist, and Wired magazines, on the front pages of the Wall Street Journal and the New York Times. But despite the media hyperbole, as Christine Borgman points out in this examination of data and scholarly research, having the right data is usually better than having more data; little data can be just as valuable as big data. In many cases, there are no data—because relevant data don’t exist, cannot be found, or are not available. Moreover, data sharing is difficult, incentives to do so are minimal, and data practices vary widely across disciplines.

Borgman, an often-cited authority on scholarly communication, argues that data have no value or meaning in isolation; they exist within a knowledge infrastructure—an ecology of people, practices, technologies, institutions, material objects, and relationships. After laying out the premises of her investigation—six “provocations” meant to inspire discussion about the uses of data in scholarship—Borgman offers case studies of data practices in the sciences, the social sciences, and the humanities, and then considers the implications of her findings for scholarly practice and research policy. To manage and exploit data over the long term, Borgman argues, requires massive investment in knowledge infrastructures; at stake is the future of scholarship.

En savoir plus sur Christine Borgman, Big Data, Little Data, No Data. Scholarship in the Networked World, The MIT Press, 2015.