CfP : Media History and Democracy (journal Media and Communication)

Deadline for Abstracts: 30 June 2017
Deadline for Submissions: 30 September 2017
Publication of the Issue: March 2018

The journal Media and Communication hereby announces a thematic issue (to be published in 2018) dedicated to the topic of media history and democracy. Democracy, in its many guises, has long been an influential concern for media historians. The emphasis on democracy in this thematic issue is intended to link up with media histories that take on the intersection of democracy and media as understood through any one of a number of lenses. The issue of democracy brings this thematic issue in contact with numerous approaches to media history. Authors will find connections to be made between democracy and concerns for: history of technology, social history, cultural history, political history, the history of social networks, intellectual history, and more. Democracy need not be conceptualized as a formal political system for this thematic issue, and many authors may find it fruitful to consider the multifarious aspects and meanings of democracy as they reflect on how they might draft a submission to this thematic issue. Media and Communication is an international journal, and we are particularly interested in programming a thematic issue that features historical scholarship from around the world, including manuscripts that address transnational communication flows. This thematic issue of Media and Communication would be a good match for articles addressing the following topics:

– The history of democratic ideals in the development of media technology;
– Considerations of democratic formations as they relate to journalism history and historical understandings of the role of journalism;
– Histories of media as they relate to political activism;
– The history of alternative and independent media outlets as they relate to democratic processes;
– The history of public service broadcasting and its applications worldwide or transnationally;
– Histories of media reform movements;
– Treatments of the history of literacy and its political meanings;
– Internet histories as they relate to citizenship or democracy;
– The historical roles of interpersonal communication and social networks as they relate to democracy;
– The history of media policies and regulation designed to arrange for (or thwart) democratic communication;
– Historical themes concerning the relationship between capitalism and democracy.
Lire la suite

AAC : Le temps long des réseaux sociaux numériques

Dossier pour Le Temps des Médias. Revue historique (numéro 31, parution en 2018)

Le temps long des réseaux sociaux numériques
Coordonné par
Frédéric Clavert, Martin Grandjean et Cécile Méadel

Le 15 janvier 2009, un avion de l’US Airways amerrit en urgence au large de New York. Parmi les passagers et l’équipe de bord, tous sains et saufs, plusieurs ont, depuis les bateaux de secours, publié leurs photographies sur Twitter ou Flickr. Ainsi les membres de ces plateformes « sociales » en ligne ont-ils pu être informés de l’événement avant que presse et télévision ne le relatent.

Dans ce cas symbolique, les réseaux sociaux numériques ont favorisé la diffusion d’informations. Leur orientation de plus en plus affirmée vers la circulation de l’information transforme ces réseaux en médias, avec des moyens et une infrastructure techniques (Internet, le web et les réseaux sociaux numériques eux-mêmes) qui permettent à leurs membres de participer non seulement à la diffusion mais également à la création et à la mise en forme de ces informations.

Les aspects massifs des réseaux sociaux numériques en ligne – Facebook compte 1,5 milliard d’« utilisateurs » – d’une part et la rapidité de circulation de l’information que Dominique Boullier a décrit comme des « vibrations » intenses et brèves d’autre part poussent des utilisateurs et observateurs de ces plateformes à verser dans le vocabulaire révolutionnaire, coutumier des entreprises de nouvelles technologies. Si la (relative) nouveauté des technologies utilisées par les réseaux sociaux numériques est bien documentée, celle, souvent implicitement considérée comme évidente, des pratiques des utilisateurs/acteurs – réseaux, collectifs ou communautés – de ces services dans les modes d’émergence et de circulation de l’information l’est moins.

Ce dossier du Temps des médias souhaite mettre au centre de sa démarche une série de questionnements touchant à l’interaction entre (nouvelles) technologies, rythmes ou formats de l’information et (nouveaux) acteurs. Comment et sous quelles conditions l’émergence de nouvelles technologies ou la transformation de technologies existantes agissent-elles sur les rythmes de l’information et font-elles apparaître de nouveaux acteurs ? Si le cas des réseaux sociaux numériques est considéré comme emblématique de nouveaux modèles de production et de circulation des informations, ce dossier s’appuiera pour répondre à ces questions sur une démarche qui accordera une attention particulière aux approches diachroniques en interrogeant d’autres médias, d’autres technologies, d’autres réseaux, d’autres communautés d’hier et aujourd’hui. À titre d’exemple, nous pouvons évoquer le rôle de l’invention et, surtout, du perfectionnement de l’imprimerie conjugué au rôle de membres du clergé dans la diffusion des 95 thèses de Martin Luther qui, d’après Elizabeth Eisenstein, a pu atteindre 300 000 personnes en trois ans.

Cette approche diachronique nous permettra de réintroduire le temps long dans l’étude des réseaux sociaux numériques, sans nécessairement négliger des temporalités plus courtes.

Il s’agira donc d’analyser des moments de transformation et/ou d’accélération de la circulation de l’information, avec production massive ou significative (relativement à la configuration technologique et culturelle d’une époque) de nouvelles, à des moments où les destinataires de l’information collaborent ou participent à son élaboration ou à sa circulation, à des moments où ces mutations exercent un rôle plus ou moins déterminant dans les modes de fonctionnement des médias. Dans quelle mesure l’émergence d’une technique a-t-elle déjà favorisé la mise en place de médias dits sociaux ? L’histoire d’Internet et surtout celle du web devront également être prises en compte, tout comme la place et le rôle de Facebook ou Twitter. Les années 2000 – l’éclatement de la bulle spéculative des « dotcom » suivie de l’émergence de la notion de web 2.0 – sont empreintes d’une narration de la rupture lorsque l’on parle, notamment, du web. Cette rupture-là devra aussi être discutée, non nécessairement pour la mettre en cause, mais aussi pour, comparée au temps long, en faire émerger les principales caractéristiques.

Modalités pratiques

Les propositions devront être adressées à frederic.clavert@unil.ch avant le 20 juin 2017 (titre, mots-clés, résumé en 3 000 signes maximum, affiliation) ; les réponses seront adressées aux auteurs au plus tard dans la première quinzaine de juillet. Les articles (35 000 signes) devront être remis le 31 octobre 2017 pour expertise et relecture. La publication est prévue pour le mois de septembre 2018.

Coordinateurs du numéro

Frédéric Clavert, frederic.clavert@unil.ch

Martin Grandjean, martin.grandjean@unil.ch

Cécile Méadel, cecile.meadel@u-paris2.fr

 

Entretien avec Jean-Jacques Peyraud (1/3)

Le 3 mars 2017 nous sommes partis à la découverte des coulisses de la rubrique hebdomadaire du Soir 3 dédiée aux réseaux de 1996 à 1999, créée et animée par Jean-Jacques Peyraud. L’ancien journaliste revient sur cette aventure télévisuelle pionnière. Outre le caractère pédagogique de cette séquence, qui fait découvrir la Toile aux Français et dont nous avons exploré les coulisses (techniques, organisationnelles, etc.), J-J. Peyraud nous livre également l’histoire du site Web créé pour la chaîne au même moment et qu’il anime et alimente, et partage avec nous ses souvenirs et son regard sur le rapport entre télévision et diffusion d’Internet et du Web dans les années 1990.


Séquence du 19 décembre 1996, rencontre avec le Père Noël. (Archives INA, Soir 3)

Entretien avec Jean-Jacques Peyraud 3/3

Troisième partie de notre entretien avec Jean-Jacques Peyraud, ancien journaliste à France 3, où il est question de Foot, de la coupe du Monde 1998  …

Voir le dossier consacré à la Coupe du monde 98 et conservé dans Internet Archive

Voir également la page consacrée auparavant aux Jeux Olympiques de Nagano

Présentation de quelques sites à thématique sportive dans la rubrique Réseaux le 30 mai 1996. (Archives INA)

Mais évidemment  il est aussi dans cet entretien de conservation et d’histoire d’Internet et du Web à la télévision.

Le rendez-vous hebdomadaire du Soir3 avec la Toile

Pendant un peu plus de 3 ans, à partir d’avril 1996 et de manière hebdomadaire au cours du Soir3 de France3, une séquence réalisée par Jean-Jacques Peyraud permet aux Français de découvrir la Toile et ses ressources dans une  » rubrique réseaux », devenue ensuite « sur le Net ».
Les archives textuelles de l’émission sont disponibles ici et les vidéos peuvent être consultées à l’Ina.

Updating to remain the same

9780262034494_0Le nouveau livre de Wendy Hui Kyong Chun, après Control and Freedom: Power and Paranoia in the Age of Fiber Optics et Programmed Visions: Software and Memory, également parus au MIT Press.

Overview:

New media—we are told—exist at the bleeding edge of obsolescence. We thus forever try to catch up, updating to remain the same. Meanwhile, analytic, creative, and commercial efforts focus exclusively on the next big thing: figuring out what will spread and who will spread it the fastest. But what do we miss in this constant push to the future? In Updating to Remain the Same, Wendy Hui Kyong Chun suggests another approach, arguing that our media matter most when they seem not to matter at all—when they have moved from “new” to habitual. Smart phones, for example, no longer amaze, but they increasingly structure and monitor our lives. Through habits, Chun says, new media become embedded in our lives—indeed, we become our machines: we stream, update, capture, upload, link, save, trash, and troll.

Chun links habits to the rise of networks as the defining concept of our era. Networks have been central to the emergence of neoliberalism, replacing “society” with groupings of individuals and connectable “YOUS.” (For isn’t “new media” actually “NYOU media”?) Habit is central to the inversion of privacy and publicity that drives neoliberalism and networks. Why do we view our networked devices as “personal” when they are so chatty and promiscuous? What would happen, Chun asks, if, rather than pushing for privacy that is no privacy, we demanded public rights—the right to be exposed, to take risks and to be in public and not be attacked?

AAC L’éducation critique aux médias à l’épreuve du numérique

Capture d’écran 2016-05-28 à 19.09.14

AAC Revue « Tic et société »

Coordonnateur du numéro

Normand Landry est professeur à la Télé-Université du Québec, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en éducation aux médias et droits humains et chercheur au Centre de recherche interuniversitaire sur la communication, l’information et la société (CRICIS)

Lire l’argumentaire sur Calenda

Axes thématiques 

Ce constat donne lieu à des questions de fond, dont notamment :

  • Comment définir une ou des perspectives critiques en éducation aux médias à l’ère du numérique ?
  • Quelle(s) pédagogie(s) et quels enseignements sont mobilisés dans le cadre d’une éducation critique aux médias numériques ?
  • Quelle est la place accordée à une éducation critique aux médias numériques dans les curriculums scolaires ?
  • Quelles compétences sont développées par une éducation critique aux médias numériques ?
  • Quels sont les enjeux d’une éducation critique aux médias numériques ?
  • Quelles initiatives, scolaires et communautaires, sont mises en place pour le développement d’une éducation critique aux médias numériques ?
  • Quelle(s) épistémologie(s) s’impose(nt) en éducation critique aux médias numériques ? Quelles connaissances et quels savoirs en sont constitutifs ?

Sans s’y limiter forcément, ce numéro de tic&société appelle des contributions touchant aux interrogations susmentionnées.

Modalités pratiques d’envoi des propositions

Les contributions doivent être soumises en français. Les textes doivent comprendre entre 40 000 et 50 000 caractères espaces compris. Les auteurs sont invités à respecter les consignes concernant la mise en forme du texte (consignes disponibles sur le site de la revue, à la page http://ticetsociete.revues.org/90). Les manuscrits feront l’objet de deux évaluations selon la procédure d’évaluation à l’aveugle. La date limite de soumission des articles est fixée au 30 septembre 2016.

Les textes doivent être envoyés à l’attention de Normand Landry, coordonnateur de la thématique de ce numéro, à l’adresse suivante : normand.landry@teluq.ca.

CfP Social media: between freedom and utopia (Essachess)

Guest editor: Philippe Viallon, Full Professor, Unesco Chair “Journalistic and media practices”, University of Strasbourg, France

The CfP

Important Deadlines

February 1, 2016: submission of the proposal in the form of an abstract of maximum 2 pages. The proposal must include a list of recent references;
Mars 1, 2016: acceptance of the proposal;
July 30, 2016: full paper submission;
October 1st, 2016: full paper acceptance.

Découvrir la revue Essachess

Unknown

Tous nos voeux

L’équipe Web90 vous adresse ses meilleurs voeux et vous souhaite de très belles fêtes de fin d’année.

The Night Before Christmas (1908)

The Night Before Christmas. Here, just in time for Christmas is the Clement Wood poem as produced by the Edison Studios in 1908. It is backed mostly by old cylinder recordings from the same studio and period. It was kind of fun put them together…all from the Archive.

Merci à Internet Archive pour ce joli cadeau de Noël que nous sommes heureux de transmettre à nos lecteurs.

Soutenance de thèse: Les usages sociopolitiques de l’actualité en ligne. S’informer, partager et commenter sur Facebook

La soutenance par Coralie Le Caroff de sa thèse de doctorat en sciences de l’information et de la communication aura lieu le vendredi 11 décembre 2015 à 14 h30, à l’Université Panthéon-Assas, Salle des Actes, 12, place du Panthéon 75005 Paris.

Le jury sera composé de :

Madame Valérie BEAUDOUIN, Directrice d’études Telecom ParisTech
Madame Isabelle GARCIN-MARROU, Professeure à Sciences-Po Lyon, Rapporteure
Madame Josiane JOUËT, Professeure à l’Université Panthéon-Assas, Directrice de thèse
Monsieur Arnaud MERCIER, Professeur à L’Université Panthéon-Assas
Monsieur Serge PROULX, Professeur émérite à l’Université du Québec à Montréal, Rapporteur

Résumé

La thèse porte sur les usages sociopolitiques de l’actualité en ligne par les profanes sur Facebook. Initialement conçu pour l’échange privé, ce réseau social est également devenu un espace pour s’informer, partager et commenter les nouvelles. Ces pratiques sont analysées à partir de trois entrées : les spécificités du dispositif technique, le rapport au politique des participants et, enfin, le rôle du genre dans les prises de parole sur Facebook.

Ce travail se fonde sur l’analyse comparée de la participation sur une sélection de pages Facebook de médias et de profils personnels sur ce réseau. La méthodologie repose sur une observation ethnographique en ligne et sur une enquête qualitative par entretiens.

Les principaux résultats démontrent que les actualités politiques débouchent sur des réactions davantage fondées sur l’émotion que sur la rationalité et sur des affrontements de camps d’opinion. Ces débats se déroulent essentiellement sur les pages publiques des médias alors que les Timelines sont plutôt des espaces de diffusion et de partage d’actualités. Les femmes manifestent autant que les hommes un intérêt pour les questions publiques et Facebook est un espace commun d’indignation. En dépit d’opinions affirmées, les modes d’interaction des participantes sont plutôt modérés à l’inverse de ceux des hommes, plus investis dans des confrontations. Si Facebook contribue, en un sens, à un élargissement de l’espace public, la participation étudiée demeure limitée et ne s’apparente pas à des débats susceptibles de revivifier la démocratie.