Call For Papers: ARPANET (1969-2019)

Map of the Arpanet 1973

Camille Paloque-Berges & Valérie Schafer (ed.)

Special issue of Internet Histories. Digital Technology, Culture and Society.

This call for papers aims at revisiting the history of ARPANET, its genesis, development, heritage, memories and the writing of its history 50 years after the first four nodes came into service.

ARPANET’s story is today part of the Internet’s official heritage, as a first crucial step in its development. Seminal research, such as Janet Abbate’s Inventing the Internet (1999) or Alexandre Serres’ Aux sources d’Internet: l’émergence d’ARPANET (2000) has extensively covered its history. However, the 50th anniversary of ARPANET provides an occasion to reflect on existing histories, to open the debate to new perspectives and approaches.

What have these pioneering researchers provided and what lessons have they taught us in terms of studying the history of computer networks? When considering ARPANET as a first step towards the Internet: how did this determine – and is still determining – our current understanding of the Internet and of the ARPANET? What other chronologies and territories involving the ARPANET can be advanced? What is left to explore and discover in the ARPANET’s history? If the ARPANET is dead today, are its heritage and spirit still alive and if so, how?

Suggested topics:

  • The ARPANET’s inspirations: previous concepts, models, theories, technologies
  • Development of computer networks from the mid-1960s to the mid-1980s: society, culture, politics and economics in the ARPANET’s times (from a local, national and international perspective)
  • The place of ARPANET in the history of ARPA/DARPA or funding agencies more generally
  • The place of ARPANET within the history of military networks
  • Trajectories of ARPANET’s developments: from experiments to achievements, through mistakes and failures
  • ARPANET’s communities: from developers to users
  • ARPANET’s hardware and software within the history of computers and computing
  • Famous and less-known protagonists or witnesses of ARPANET
  • Spaces, places, maps, territories, geographies, and geopolitics of ARPANET
  • Communicating with, through, and about ARPANET
  • ARPANET as a model: reception and influence on other networks and/or in other countries
  • ARPANET’s governance and architecture
  • ARPANET and infrastructures for digital information
  • ARPANET’s cultures: perimeters, specificities, limits …
  • The history of networks shaping collaborative work
  • Writing ARPANET’s history: critical historiography, methodology, epistemological issues
  • New discoveries in the history of ARPANET
  • ARPANET’s heritage in the present Internet and digital cultures

Of course, we encourage and welcome other topics and perspectives on ARPANET’s history too.

 Submissions

The proposals are to be submitted to

camillepaloqueberges@gmail.com

valerieschafer@wanadoo.fr

explicitly mentioning CFP ARPANET.

They need to fit in one page, detail an explicit angle of analysis and outline, and integrate a short bibliography.

Successful authors will be invited to submit then a full paper through the editorial system, which will undergo full peer review and will determine acceptance of papers for publication.

Calendar

Deadline for the submission of proposals: October 15th 2017

Notification of proposal acceptance: November 15th 2017

Submissions of the full paper (6000-8000 words): April 15th 2018

Feedback based on reviews: June 30th 2018

Deadline for Revisions: October 15th 2018

Internet Histories: Digital Technology, Culture and Society is an international, interdisciplinary peer-reviewed journal concerned with research on the cultural, social, political and technological histories of the internet and associated digital cultures.

More information on the journal can be found at

http://www.tandfonline.com/action/journalInformation?show=aimsScope&journalCode=rint20

Instructions for Authors are available at

http://www.tandfonline.com/action/authorSubmission?show=instructions&journalCode=rint20#Word_limits

Should you have any questions regarding this CfP, please feel free to contact us:

camillepaloqueberges@gmail.com

valerieschafer@wanadoo.fr

 

CfP4th International Conference on the History and Philosophy of Computing

4-7 Oct 2017 Brno (Czech Republic)

Call for papers

voir l’appel complet

(…) For HaPoC 2017 we welcome contributions from logicians, philosophers and historians of computing as well as from philosophically aware computer scientists and mathematicians. We also invite contributions on the use of computers in art. As HaPoC conferences aim to provide a platform for interdisciplinary discussions among researchers, contributions stimulating such discussions are preferable. Topics include but are not limited to:

  • History of computation (computational systems, machines, mechanized reasoning, algorithms and programs, communities of computing and their paradigms,…)
  • Foundational issues in computer science and computability (models of computability, Church-Turing thesis, formal systems for distributed, cloud and secure computing, semantic theories of programming languages, …)
  • Philosophy of computing (computer as brain / mind, epistemological issues, …)
  • Computation in the sciences (computer experiments and simulations, computer-aided systems for teaching and research, …)
  • Computer and the arts (temporality in digital art; narration in interactive art work, speculative software, programming as a deferred action, computing and affect, performativity of code, eristic of HCI, …)

NB: The conference will be preceded by a special workshop on the reception of Hilbert’s axiomatic method in Eastern Europe on 3 October 2017, organized by Mate Szabó (see the link in the left column for more details).

Accompanying cultural programme will include: the remake of the 1968 Brno exhibition Computer Graphic(featuring Frieder Nake and others), the first computer art exhibition in Eastern Europe, preceding Cybernetic Serendipity by several months, Live coding performance (inspired by the Exhibition Computer Graphic), the concert Exposition of New Music (contemporary music),  and field recordings of Brno (student project).

A selection of revised contributions to the Conference will be published in a Special Issue of Philosophy & Technology (Springer).

AAC Unix en Europe : entre innovation, diffusion et héritage

Conservatoire national des arts et métiers, Paris – 19 Octobre 2017

 Le système Unix est né dans les années 1970 à la croisée du monde industriel (laboratoire de R&D chez AT&T) et du monde scientifique (réseau de l’Université de Berkeley), et s’est rapidement démarqué par une adoption internationale dans les milieux de la recherche en informatique. Le succès d’Unix, d’abord implémenté sur les mini-ordinateurs, avant de devenir plus largement compatible avec le reste du parc informatique, a été encouragé par ses qualités de système ouvert, multi-utilisateur et multitâche permettant l’expérimentation logicielle. Dans le contexte européen, en particulier en France, comment cette innovation américaine a-t-elle été diffusée, transposée, et adaptée ? Pourquoi Unix a-t-il intéressé les milieux informatiques européens, et pourquoi continue-t-il aujourd’hui de les intéresser ? Cela suppose une appropriation et une construction d’une culture Unix consolidée, qui perdure et constitue un héritage dans les mémoires de ces milieux, en sus de la longue et complexe histoire de ses versions. La mémoire des utilisateurs Unix est vive, portée très tôt par des enquêtes dans les milieux de la recherche et du développement (Salus, 1994), ainsi qu’une pratique de sauvegarde patrimoniale avancée (Toomey, 2010). Le système est un référent important dans l’histoire de l’informatique, en particulier dans le champ des logiciels libres (Kelty, 2008) et des réseaux (Paloque-Berges, 2017) et dans la philosophie des langages (Mélès, 2013).

Afin d’explorer la variété de ces questions, ce colloque s’adresse aux chercheurs en sciences sociales, historiens, philosophes, conservateurs du patrimoine intéressés par l’histoire d’Unix et des systèmes et logiciels ouverts. Ce colloque s’ouvre également plus largement à la communauté d’acteurs et témoins impliquée dans les réflexions autour d’Unix et la transmission de sa mémoire. Nous souhaitons, dans ce colloque, discuter et éclairer plusieurs aspects du développement d’Unix en Europe et à l’international, dans ses dimensions historiques et sociologiques, philosophiques et épistémologiques, patrimoniales – et cela selon 3 axes prioritaires.

Lire la suite

AAC : Le temps long des réseaux sociaux numériques

Dossier pour Le Temps des Médias. Revue historique (numéro 31, parution en 2018)

Le temps long des réseaux sociaux numériques
Coordonné par
Frédéric Clavert, Martin Grandjean et Cécile Méadel

Le 15 janvier 2009, un avion de l’US Airways amerrit en urgence au large de New York. Parmi les passagers et l’équipe de bord, tous sains et saufs, plusieurs ont, depuis les bateaux de secours, publié leurs photographies sur Twitter ou Flickr. Ainsi les membres de ces plateformes « sociales » en ligne ont-ils pu être informés de l’événement avant que presse et télévision ne le relatent.

Dans ce cas symbolique, les réseaux sociaux numériques ont favorisé la diffusion d’informations. Leur orientation de plus en plus affirmée vers la circulation de l’information transforme ces réseaux en médias, avec des moyens et une infrastructure techniques (Internet, le web et les réseaux sociaux numériques eux-mêmes) qui permettent à leurs membres de participer non seulement à la diffusion mais également à la création et à la mise en forme de ces informations.

Les aspects massifs des réseaux sociaux numériques en ligne – Facebook compte 1,5 milliard d’« utilisateurs » – d’une part et la rapidité de circulation de l’information que Dominique Boullier a décrit comme des « vibrations » intenses et brèves d’autre part poussent des utilisateurs et observateurs de ces plateformes à verser dans le vocabulaire révolutionnaire, coutumier des entreprises de nouvelles technologies. Si la (relative) nouveauté des technologies utilisées par les réseaux sociaux numériques est bien documentée, celle, souvent implicitement considérée comme évidente, des pratiques des utilisateurs/acteurs – réseaux, collectifs ou communautés – de ces services dans les modes d’émergence et de circulation de l’information l’est moins.

Ce dossier du Temps des médias souhaite mettre au centre de sa démarche une série de questionnements touchant à l’interaction entre (nouvelles) technologies, rythmes ou formats de l’information et (nouveaux) acteurs. Comment et sous quelles conditions l’émergence de nouvelles technologies ou la transformation de technologies existantes agissent-elles sur les rythmes de l’information et font-elles apparaître de nouveaux acteurs ? Si le cas des réseaux sociaux numériques est considéré comme emblématique de nouveaux modèles de production et de circulation des informations, ce dossier s’appuiera pour répondre à ces questions sur une démarche qui accordera une attention particulière aux approches diachroniques en interrogeant d’autres médias, d’autres technologies, d’autres réseaux, d’autres communautés d’hier et aujourd’hui. À titre d’exemple, nous pouvons évoquer le rôle de l’invention et, surtout, du perfectionnement de l’imprimerie conjugué au rôle de membres du clergé dans la diffusion des 95 thèses de Martin Luther qui, d’après Elizabeth Eisenstein, a pu atteindre 300 000 personnes en trois ans.

Cette approche diachronique nous permettra de réintroduire le temps long dans l’étude des réseaux sociaux numériques, sans nécessairement négliger des temporalités plus courtes.

Il s’agira donc d’analyser des moments de transformation et/ou d’accélération de la circulation de l’information, avec production massive ou significative (relativement à la configuration technologique et culturelle d’une époque) de nouvelles, à des moments où les destinataires de l’information collaborent ou participent à son élaboration ou à sa circulation, à des moments où ces mutations exercent un rôle plus ou moins déterminant dans les modes de fonctionnement des médias. Dans quelle mesure l’émergence d’une technique a-t-elle déjà favorisé la mise en place de médias dits sociaux ? L’histoire d’Internet et surtout celle du web devront également être prises en compte, tout comme la place et le rôle de Facebook ou Twitter. Les années 2000 – l’éclatement de la bulle spéculative des « dotcom » suivie de l’émergence de la notion de web 2.0 – sont empreintes d’une narration de la rupture lorsque l’on parle, notamment, du web. Cette rupture-là devra aussi être discutée, non nécessairement pour la mettre en cause, mais aussi pour, comparée au temps long, en faire émerger les principales caractéristiques.

Modalités pratiques

Les propositions devront être adressées à frederic.clavert@unil.ch avant le 15 juin 2017 (titre, mots-clés, résumé en 3 000 signes maximum, affiliation) ; les réponses seront adressées aux auteurs au plus tard dans la première quinzaine de juillet. Les articles (35 000 signes) devront être remis le 31 octobre 2017 pour expertise et relecture. La publication est prévue pour le mois de septembre 2018.

Coordinateurs du numéro

Frédéric Clavert, frederic.clavert@unil.ch

Martin Grandjean, martin.grandjean@unil.ch

Cécile Méadel, cecile.meadel@u-paris2.fr

 

(Dé)construire l’histoire numérique, dhnord2017

Les 27-29 novembre 2017, la Maison européenne des sciences de l’homme et de la société (MESHS) organise à Lille la quatrième édition de DHnord, une manifestation scientifique annuelle consacrée aux humanités numériques. 

Pour l’édition 2017,en collaboration avec le Luxembourg Centre for Contemporary and Digital History (C2DH) de l’université du Luxembourg le thème sera « (Dé)construire l’histoire numérique | (De)constructing Digital History ».
Propositions, en français ou en anglais, jusqu’au 31 mai prochain à soumettre sur le site de l’événement.