Un « bouquet de rapports »

Au plus haut niveau de l’État, c’est en 1997 qu’est explicitement exprimée la volonté de prendre un virage vers Internet, avec le discours d’Hourtin de Lionel Jospin à l’université d’été de la communication. Toutefois, avant même que l’on ne parle dans le grand public français d’Internet et du Web, l’État engage une analyse de ce qui se nomme alors « les autoroutes de l’information », dans le sillage des discours états-uniens. Signe toutefois de l’héritage historique, c’est à un ancien Directeur général des télécommunications (1974-1981), Gérard Théry, un des artisans du développement du Minitel, qu’est confiée en février 1994 cette réflexion. Parallèlement, Thierry Breton, alors chez Bull, explore les téléservices et l’impact sur les emplois qu’ils pourraient susciter. Le rapport Théry pose les premiers jalons d’une prise de conscience des enjeux à venir. Il reste toutefois très critique à l’égard d’Internet.

Mais, ce sont surtout les années 1996 et 1997 qui sont le signe d’une véritable frénésie, liée en partie au démarrage des actions en justice, tandis que fleurit un « bouquet de rapports », selon la formule du site Adminet.

Voir le PDF : Un bouquet de rapports