The Undersea Network

In our « wireless » world it is easy to take the importance of the undersea cable systems for granted, but the stakes of their successful operation are huge, as they are responsible for carrying almost all transoceanic Internet traffic. In The Undersea Network Nicole Starosielski follows these cables from the ocean depths to their landing zones on the sandy beaches of the South Pacific, bringing them to the surface of media scholarship and making visible the materiality of the wired network. In doing so, she charts the cable network’s cultural, historical, geographic and environmental dimensions. Starosielski argues that the environments the cables occupy are historical and political realms, where the network and the connections it enables are made possible by the deliberate negotiation and manipulation of technology, culture, politics and geography. Accompanying the book is an interactive digital mapping project, where readers can trace cable routes, view photographs and archival materials, and read stories about the island cable hubs.

About The Author

Nicole Starosielski is Assistant Professor of Media, Culture, and Communication at New York University.

Digital Stories

digital-stories.jpgFOURMENTRAUX Jean-Paul (dir.), Digital Stories. Arts, design et cultures transmédia, Hermann, 2016.

Présentation

En une décennie, le monde des médias et de l’image a été profondément bouleversé sous le double effet d’Internet et des nouvelles ergonomies visuelles/numériques. En passant de deux (cinéma et télévision) à cinq écrans (ordinateur, téléphone portable et console de jeu), les arts et cultures médiatiques connaissent une série de ruptures. Un nombre croissant de dispositifs médiatiques et d’œuvres de création proposent de réinventer les mises en scène et les modes de relations aux images et aux récits, à l’interface du cinéma interactif, des jeux vidéos et de l’Internet. Depuis quelques années, les webdocumentaires, fictions, clips et jeux interactifs ou serious games fleurissent en effet sur le web, ce qui apporte à la fois de nouvelles possibilités artistiques aux créateurs, et place le public dans une situation nouvelle.

L’hypothèse retenue est que l’image se trouve désormais placée au cœur d’une négociation entre divers enjeux et finalités d’invention technologique et de création scientifique ou artistique. En prenant ces « récits transmédia » comme objet d’étude privilégié, il s’agit de documenter les transactions et les conventions singulières qui se stabilisent au cours de leur réalisation en interactivité avec le public, et au cours de leur attribution et valorisation entre art, science et technologie.

Avec les contributions de Laure BOLKA, Mélanie BOURDAA, Michaël BOURGATTE, Évelyne BROUDOUX, Marie- Laure CAZIN, Jean-Marie DALLET, Stéphane DEGOUTIN, Marie DESPRES-LONNET, Jean-Paul FOURMENTRAUX, Fanny GEORGES, Nicolas NOVA, Florence RIO, Stéphane VIAL et Gwenola WAGON.

En savoir plus sur le site de l’éditeur 

Jake Feinler (SRI)

Voir notamment le témoignage de Jake Feinler – recueilli par Marc Weber (p. 52), qui oeuvra au SRI avec Engelbart au développement d’Arpanet et d’Internet (notamment du Whois).

Sur Jake Feinler voir également

ELIZABETH JOCELYN FEINLER: An Interview Conducted by Janet Abbate for the IEEE History Center, 8 July 2002. Interview # 597 for the IEEE History Center, The Institute of Electrical and Electronics Engineers, Inc.

In this interview, Feinler describes her work with FORTRAN, her initial interest in Chemistry, and her work at SRI. At SRI, she was involved in several projects including developing an Resource Handbook. She describes in great detail her time and her involvement in these projects at SRI and the transition of the Internet from military use to commercial use. She highlights the ongoing learning process involved in working with computers and programming. Feinler also described her time at NASA at the Ames Research Center after leaving her long career at SRI.

Nous signalons également le billet sur le blog du national Air and Space Museum dédié à Margaret Hamilton.

Un article à (re)découvrir …

… pour retrouver le Web du début des années 2000 mais aussi des méthodologies et travaux pionniers dans le champ des Web Studies.


Beaudouin
 Valérie, Fleury Serge, Pasquier Marie, Habert Benoît, Licoppe Christian, «Décrire la toile pour mieux comprendre les parcours . Sites personnels et sites marchands», Réseaux 6/2002 (no 116) , p. 19-51

Résumé

L’analyse des parcours sur internet ne peut être faite sans passer par une description fine des pages visitées. Nous proposons une méthodologie d’analyse des documents hypertextuels qui s’appuie sur l’identification de traRES_116_L204its de structure (structure des liens, description des éléments de la page), de présentation (polices utilisées, fonds d’écran…) et de contenus (pronoms personnels, contenu textuel…). Cette méthode de description appliquée à des corpus de sites permet de mettre au jour les spécificités des sites personnels par rapport aux sites marchands, ce qui vise à mieux comprendre l’articulation de la sphère non marchande avec la sphère marchande. Ensuite, sur un corpus des pages personnelles visitées, cette méthode conduit à différencier des types de documents et à comprendre l’articulation entre les caractéristiques des pages et la manière dont s’organisent les visites.