Une exposition virtuelle sur les lointaines racines du Web

Alors que Mons est en 2015 capitale européenne de la culture, découvrez:

1895-2013, Les origines de l’Internet en Europe, Une vie à collecter, indexer, et diffuser le savoir pour tous – Mundaneum (Mons)

Meuble_fichier_Mundaneum

Pour en savoir plus sur le Mundaneum voir notamment :

Le Mundaneum à Mons (Belgique)

Dubray, C. (coord.), Le Mundaneum, les archives de la connaissance, Mons, Les impressions nouvelles, 2008.

Gillen, J. (coord.), Paul Otlet, fondateur du Mundaneum (1868-1944), Mons, Les Impressions nouvelles, 2010.

Levie, F., L’homme qui voulait classer le monde – Paul Otlet et le Mundaneum, Bruxelles, Les impressions nouvelles, 2006.

Peeters, B., « Paul Otlet. Le bibliographe rêveur », Revue de la BNF, 2012/3 n° 42, p. 5-12.

Schafer V., « Le Mundaneum, un patrimoine inclassable », Hermès, no 66, 2013, p. 155-160.

Van Den Heuvel, C., Rayward, W.B., « Facing interfaces: Paul Otlet’s visualizations of data integration », Journal of the American Society for Information Science and Technology, Vol. 62, Issue 12, 2011, p. 2313–2326.

XXVI Conference of the International Association for Media and History

Extended Call for Papers: “Media and History Revisited”

Special Area: The Digital Archive and Historical Media Research

Indiana University (Bloomington, IN, USA), 17-20 June 2015

Papers are invited for the special area “The Digital Archive and Historical Media Research” at the XXVI IAMHIST (International Association of Media and History) Conference, to be held at Indiana University (Bloomington, IN, USA) on the theme of “Media and History Revisited.”

This area seeks paper and panel proposals on how the digitization of traditional archives and the emergence of online open-access archives has, is, and will continue to change the nature of historical media research. Themes to explore may include, but are not limited to:

* Research explicitly based on digital archives.
* Methodological and theoretical approaches to digital archives.
* Critical approaches to how the Digital Humanities as an inter-disciplinary field  continues to affect, expand and possibly also limit media historical research.
* Scholars and archivists involved in specific digital archive projects (archives, research tools, metadata) that are of interest to media historians are especially welcome to present their work and/or give thematic workshops.

Special areas CFPs of the 2015 conference: The Digital Archive and Historical Media ResearchMedia and Nostalgia

Closing date for proposals:  1 March 2015

Pour plus d’informations 

Les pratiques culturelles en ligne : saisir les publics

Comment capter l’attention du public, le saisir, mais aussi saisir ses comportements et attentes en ligne? Dans quelle mesure la recherche scientifique en sciences humaines a-t-elle repensée l’analyse des usages, comme y invitaient dès 1999 Geneviève Jacquinot-Delaunay et Laurence Monnoyer-Smith, pour saisir les pratiques culturelles et les publics de la culture à l’ère de la communication numérique ? Quelles nouvelles stratégies de communication les entreprises et organisations mettent-elles en oeuvre: sont-elles centrées sur la participation de l’usager, à l’heure de « la culture de la convergence » (Henry Jenkins, 2013) et d’une culture «  amateur » donnant lieu à des modalités de  « réception créative », d’acquisition de compétences et de mobilisation inédites (Patrice Flichy, 2010)?

 

Pour aborder ces questions et croiser réflexions théoriques, études de terrain et retours d’expérience, nous recevrons le lundi 9 février de 18.00 à 20.00:   

 

  • Maxime Coupez, directeur projet chez FABERNOVEL
  • Olivier Donnat, DEPS-Secrétariat général, Ministère de la culture et de la communication
  • Camille Jutant, Maître de conférences en Sciences de l’information et de la communication, Laboratoire ELICO. Responsable du master DPACI (Développement de projets artistiques et culturels internationaux) à l’ICOM
  • Stéphane Roth, directeur éditorial de la Philharmonie de Paris
  • Julien Rosanvallon, Directeur du Département Télévision de Médiamétrie
La séance se tiendra à l’Institut des sciences de la communication (CNRS, Paris-Sorbonne,UPMC), 20 rue Berbier-du-Mets, 75 013 Paris, métro Gobelins.

 

Elle est co-organisée par :
– le pôle Trajectoires du numérique de l’ISCC, séminaire Histoires de l’Internet (Fanny Georges et Valérie Schafer)
– l’équipe Médias, Cultures et Pratiques Numériques de l’Université Paris 3

 

Entrée libre – merci toutefois si vous pouvez signaler votre venue à valerie.schafer@cnrs.fr ou fanny.georges@univ-paris3.fr

 

CFP : 1st Annual Conference on Digital Preservation for the Arts, Social Sciences and Humanities

1st Annual Conference on Digital Preservation for the Arts, Social Sciences and Humanities (DPASSH 2015): 25-26 June, 2015, Croke Park Conference Centre, Dublin, Ireland

« The Digital Preservation for Arts, Social Sciences and Humanities (DPASSH) conference is a response to the ever increasing problem of digital preservation within the arts and social science subject domain. It seeks to address the complexities of long-term digital preservation in the social and cultural realms and provide a platform for early career researchers, academics, scholars, cultural heritage and research institutions as well as libraries, archives and industry to engage and discuss the problem domain and exchange ideas on the solution.

DPASSH 2015, “Shaping our Legacy: Safeguarding the Social and Cultural Record”, is now open and submissions are invited from all sectors and perspectives (academics, researchers, students, industry, cultural heritage institutions, preservation infrastructures, etc.) for a variety of presentation formats (long or short paper and poster presentations) that critically reflect on all areas relating to digital preservation in the humanities and social sciences, arts, and cultural heritage sectors ».

Please see the Call for Papers for more details.

Retour sur le « Cobweb »

Le long article du NewYorker, « Cobweb. Can the Internet be archived ? » éclaire de manière riche et documentée les problématiques de l’archive du Web, et notamment la manière dont cela se passe en France, l’un des exemples les plus développés. Retour sur quelques points de l’article qui font son intérêt.

Image empruntée au New Yorker (Harry Campbell).

Jill Lepore, auteure de l’article, montre que l’un des problèmes majeurs du Web en tant que système d’information est la disparition potentielle des ressources qu’il héberge et médiatise. Lepore analyse ainsi le « pourrissement de la référence » (reference rot) à cause de la disparition des liens hypertexte et de la mobilité des contenus. Parmi les situations où cela peut devenir critique figurent le domaine juridique d’une part, le domaine académique d’autre part, qui ont besoin de références stables et pérennes pour faire preuve. En ceci, le texte numérique en réseau a besoin d’une technique de référence aussi pérenne que la note de bas de page, stable et digne de confiance depuis des siècles.

Au coeur de l’article, le cas d’Internet Archive, et des éclairages intéressants sur la trajectoire de Brewster Kahle, son inventeur et protagoniste. Lepore rappelle que les travaux de Kahle avant internetarchive.org s’inscrivent dans le développement informatique de systèmes de recherche, navigation et publication pour l’information médiée par les ordinateurs et les réseaux. Mais ils sont également imprégnés par l’imaginaire de la bibliothèque et de la bibliothéconomie, comme pour beaucoup des systèmes à succès d’Internet, le Web en tête. A ce titre, la possibilité d’archiver les documents était incluse dans le système de Kahle (le WAIS, pour Wide Area Information Servers), et elle a été même envisagée par Berners-Lee pour le système du Web – qui a finalement privilégié une approche en flux de l’information : si ce qui est important est la mise à jour, l’information la plus nouvelle possible, alors la question de l’archive est considérée comme une défense de l’obsolescence, explique Lepore. Elle constate cependant que ces inventeurs d’Internet et du Web, Tim Berners-Lee, mais aussi Vinton Cerf (programmeur du protocole TCP-IP, à la base de l’interconnexion d’Internet), reviennent avec le temps sur la question de l’archivage et de la préservation de l’information…

Lepore montre l’influence des méthodes et du programme d’Internet Archive au sein des institutions traditionnelles du patrimoine, qui utilisent beaucoup son code Heritrix (en open source), voire lui sous-traite des collectes (c’est le cas pour la Bibliothèque du Congrès américaine). L’équipe du dépôt légal du Web à la BnF est une de celles ayant eu recours aux collections de Kahle pour compléter ses fonds d’archives du Web avant 2008 (date de début de ses activités).

Par contre, la problématique majeure d’Internet Archive est sa relation floue au domaine juridique (droit d’auteur, dépôt légal…), question d’autant plus compliquée dans un contexte où la loi est différente dans chaque pays. Cette ambiguïté est une des raisons pour lesquelles la fondation a échoué à fédérer une initiative de coordination internationale en 2002, bien que l’International Internet Preservation Consortium soit né dans sa lignée en 2003. Il existe aussi une méfiance des pays européens, rappelle Leporte, pour des initiatives américaines de standardisation ou monopole numérique d’un domaine, pouvant être considérées comme une forme de volonté hégémonique (le cas de Google face aux bibliothèques numériques est exemplaire).

D’autres limites, soulignées par Lepore, résident dans le système même de stockage et d’affichage des archives Web : de nombreuses erreurs, un fonctionnement de type « annuaire » plutôt qu’archivistique… et comme nous l’évoquions plus haut, une difficulté à présenter les archives Web comme de véritables preuves, bien qu’elles le soient régulièrement aussi bien dans les tribunaux que dans les conférences académiques. Lepore note qu’il existe d’autres initiatives travaillant au problème des références instables posé par les archives Web, concevant des liens permanents, « incassables », ou remis dans le contexte de leur première apparition, comme Perma.cc ou Memento. Ces initiatives regroupent des programmeurs, mais aussi des juristes, des chercheurs, des documentalistes et les institutions qui les accueillent, laissant augurer de la mise en place de normes stables pour l’usage futur des archives Web.

Quelques chronologies sur l’histoire du Web et de l’Internet

Par Kozmoz at nl.wikipedia. Later version(s) uploaded by Wilinckx at nl.wikipedia. CC-BY-SA-3.0 de Wikimedia Commons

Key dates, browsers, technologies and ideas in the history of the World Wide Web. Originally compiled by John Allsopp from Web Directions
Timeline of Web browsers – Wikipedia
Histoire de l’Internet – Vincaria
Historique des FAI sur abonnement-adsl.biz

 

Bien sûr ces repères de même que ceux mis à disposition dans Chronologie ne doivent pas nous empêcher de garder à l’esprit cette citation d’Olia Lialina (2007): “To me, what defines the history of web is not just the launch dates of new browsers or services, not just the dot-com bubbles appearing or bursting, but also the appearance of a blinking yellow button that said ‘New!’ or the sudden mass extinction of starry wallpaper” (A Vernacular Web, 2007)

25 years of the World Wide Web: 25 Web superstars

Découvrez les 25 Web superstars sélectionnées par Sophie Curtis pour The Telegraph (12 mars 2014). Regret de ne pas y voir figurer Michael Hart, fondateur du projet Gutenberg et Brewster Kahle, fondateur d’Internet Archive … pour les 30 ans?

File:Michael Hart and Gregory Newby at HOPE Conference.jpg

A gauche Michael Hart en 2006 (photographie prise par « Marcello », GFDL 1.2), Source:

http://www.gutenberg.org/wiki/Image:Michael_and_Greg_at_HOPE_Conference.jpg

Government Photograph of Brewster Kahle speaking. http://www.loc.gov/rr/program/lectures/kahle.html

Brewster_Kahle_20021120

Le site anniversaire officiel des 25 ans du Web : webat25.org

« Launched 12 March 2014, this is the official anniversary site hosted by the World Wide Web Consortium and the World Wide Web Foundation to honor that important event ».

A découvrir notamment sur webat25.org:

– les voeux d’utilisateurs et de célébrités de l’histoire de l’Internet et du Web passé et présent

– une partie dédiée à l’histoire du Web

Vidéos de l’Assemblée générale de l’IIPC 2014 (Paris)

Retrouver les vidéos du 1er jour sur la thématique « Constituer des corpus pour la recherche contemporaine: de l’archivage du Web à son analyse »

Prochaine Assemblée générale de l’International Internet Preservation Consortium du 27 avril au 1er mai 2015 à Stanford.

AAC : Cultiver « le numérique » ?

Appel à contributions de la revue Interfaces numériques Volume 4, n° 3/2015 sur le thème: Cultiver « le numérique » ?, dirigé par Nicole Pignier et Pascal Robert, à paraître en novembre 2015.
Date limite de réception des propositions : 1er mars 2015

Accessibilité des archives Web françaises

Petit rappel : depuis septembre 2014, les archives du Web français collectées au titre du Dépôt légal par la BNF et l’INA sont accessibles à distance – mais toujours depuis les espaces dédiés d’un nombre limité de bibliothèques publiques. La question de l’accessibilité a été alors posée par Bruno Texier sur Archimag qui compare cette initiative au fonctionnement de la Wayback Machine d’InternetArchive.org, qui elle est utilisable sur le Web sans restriction. Petite erreur dans le billet de B. Texier : l’association Webarchivists n’a pas mis en place une initiative d’archivage mais est un groupe de veille sur la question.
Pour se rafraîchir la mémoire, on peut consulter les modalités du dépôt légal des sites Web, ainsi que l’Arrêté du 16 septembre 2014 fixant la liste « des organismes habilités à mettre en œuvre la consultation sur place des services de communication au public en ligne et des services de médias audiovisuels à la demande collectés au titre du dépôt légal » (et la liste des lieux concernés).

img-dlweb(image : extraite du site du DLWeb).