Soutenance HDR de Valérie Schafer : Une histoire de convergence

Mercredi 25 novembre aura lieu la soutenance du dossier d’Habilitation à Diriger des Recherches de Valérie Schafer (ISCC – CNRS/Paris-Sorbonne/UPMC)
 
 Une histoire de convergence 
Les technologies de l’information et de la communication depuis les années 1950
 
Le manuscrit original est intitulé « En construction. Une histoire française du Web des années 1990″
construction_022

Time(s) and materiality of the Internet discussed at IR16 Phoenix / Part 1

aoir-ir16I am attending the sixteenth conference of the Association for Internet Researchers (IR16) In Phoenix, Arizona. My primary objective here is to co-chair and present in a panel which seeks to build bridges between science and technology studies (STS) approaches and Internet governance research; however, I have been delighted to attend at least two panels whose topics closely intertwine with the goals of the Web90 project: “timing” and “material”.

In the first panel, Timing, which took place on Wednesday 22 October, contributors explored how time – its unfolding, “instantness”, subjective understandings – affect our perceptions of digital tools and their objectives. Sarah Munoz-Bates, from Arizona State University, in “Instant Results with Lingering Effects”, examined the ways in which Google can bias searchers into privileging one set of terms over the other when looking for information on undocumented immigration in the United States. Her study showed how Google often directs users toward the word “illegal” over the word “undocumented” and how this biasing can have negative repercussions in immigration discussions; she argued that the simple act of instantaneously and repeatedly displaying specific words or phrases holds the potential to influence long-term how people research, learn, and discuss a specific topic. In a statistics-based paper, “‘iTime’ as a Blessing or a Curse: Imaginaries of Smartphone Use and Personal and Social Time Among Generational Groups in Estonia”, Veronika Kalmus (University of Tartu, Estonia) focused on people’s imaginaries of smartphones, and the relationships between those imaginaries and personal perception and use of time, testing empirically Ben Agger’s thesis that social imaginaries of the normal social life in a smartphone era vary generationally. Taking as a starting point the Internet jargon term ‘TL;DR’, which stands for ‘too long didn’t read.’ — a dismissive response to a text that was too long or not interesting enough to read within the Internet’s ‘quick pace’ – Stacey Koosel (Estonian Academy of Arts) addressed the many levels of temporality factors in digital culture, arguing notably that online time can be more easily manipulated, artificially constructed and fragmented than offline time, and that temporal awareness online is often a by-product of design, by software guiding temporal and spatial constructs that help create meaning. And finally, Alex Leavitt and colleagues, in “Beyond Big Bird”, addressed the question of how emergent discourses impact the interpretation of large social media events, through an analysis of the use of humor (or lack thereof) in tweets posted during each of the three 2012 presidential debates. Their findings invite to consider humor and other contextual aspects of communication in studies of participatory politics on social media, while emphasizing the “live” and real-time aspect of the impact of tweeting activities.

Francesca Musiani (ISCC)

Time(s) and materiality of the Internet discussed at IR16 Phoenix / Part 2

Old Thinkpad with 3Com Ethernet / modem PCMCIA card sticking out Jim Henderson, travail personnel. CC0

Old Thinkpad with 3Com Ethernet / modem PCMCIA card sticking out
Jim Henderson, travail personnel, CC0

The second panel, “Material”, held on Thursday 23 October, provided some very interesting perspectives on the ‘mundane’ devices that are such an integral part of how we interact with, and indeed, define, our relation to the digital. James Allen-Robertson (University of Essex, UK) focused on the Hard Disk drive as a material foundation for contemporary digital media, providing a historical perspective drawing elements from the development of the Gramophone and Phonograph, Magnetic Tape and Optical Media – a perspective that leveraged Foucault’s concept of ‘descent’ to provide a historical perspective on the way in which fundamental material factors constrain, influence and encourage particular uses of digital media. In the case of the Hard Disk, according to Allen-Robertson, the descent demonstrates how this device’s operation plays a role in the affordances of digital media and how these affordances are prefigured in older media technologies. In his piece “Singing Data Over the Phone”, Kevin Driscoll (Microsoft Research) focused on the modem instead, as a “singularly powerful symbol of late-20th century personal computer networking”. Operating at the junction of computing and communication, he argued, the modem was a device that both defined and defied boundaries during the early history of the net. First, during the period of rapid deregulation of U.S. telecommunications during the 1970s, when modems enabled thousands of microcomputer enthusiasts to exchange data and ideas over standard telephone wires. Second, as PC ownership grew more commonplace during the 1980s, when the modem became a mark of distinction, differentiating the everyday home computer owner from the small but growing telecomputing vanguard. As “a meeting point between the novel and legacy systems of personal computing and telephony”, at the intersection of “virtual and translocal imaginaires”, the modem, Driscoll argued, is deserving of a “social history” of its own. Lindsay Ems, from Butler University, presented an ethnography-based analysis of the socio-technical innovations, including professional artifacts and arrangements, which reflect and protect Amish religious and cultural values in our increasingly digital economy. Wireless ad-hoc arrangements, double screens, were presented as mundane and everyday devices and professional practices that have profound political implications for the empowerment of Amish communities to resist the assimilation of their culture in mainstream society in an increasingly globally networked world. In her award-winning paper “The Digital Not-so-imaginary Behind Genderless Online Discourse”, Jenny Korn adopted a perspective grounded in muted group theory and analytical feminism to examine online discourse within users of the first generalized computer-assisted instruction system in the United States, PLATO. She explored how gender manifested within computer-mediated communication in PLATO as an early originator of online social computing. She exposed gendered muting processes that have persisted from that time, and showed that to attain voice, women have had to present themselves in stereotypical ways that are aligned with men’s discourse.

Francesca Musiani (ISCC)

Opening the Black Box of Web Archiving: STS Approaches and the Governance of Born-Digital Heritage

Illustration à partir de Nils Jepsen - Aarhus Universitet  CC BY 2.5

Illustration à partir de Nils Jepsen – Aarhus Universitet
CC BY 2.5

Résumé de l’intervention de Francesca Musiani et Valérie Schafer au colloque Web Archives as scholarly Sources: Issues, Practices and Perspectives, international conference, Aarhus (DK), 8-10 Juin 2015

At the crossroads of two topics of the conference, “Approaches to web archiving” and “Research methods for studying the archived web”, our starting point is that the material, practical, theoretical elements of Web archiving as an ensemble of practices and a terrain of inquiry are inextricably entwined. Several examples illustrate this, from the archiving practices of Internet Archive to those of national preservation institutions: they reveal different modalities of accessibility to archives, consultation interfaces, constitution of corpuses – that, in turn, are not without methodological consequences for researchers. Thus, the exploration of Web archiving processes and infrastructures – often discreet, invisible, ‘black-boxed’ (Latour, 1987) appears increasingly relevant.

Approaches inspired by Science and Technology Studies (STS) can contribute to shed light on the shaping of Web archives; and, in return, some of its notions – e.g. technical democracy, co-production, boundary object (Callon et al., 2001; Star & Griesemer, 1989) – may be approached in novel ways building upon Web archives as a research terrain. In particular, STS approaches are interesting in order to explore the notion of governance as it relates to born-digital heritage.

In 2005, the Working Group on Internet Governance defined Internet governance as “the development and application by Governments, the private sector and civil society, in their respective roles, of shared principles, norms, rules, decision-making procedures, and programmes that shape the evolution and use of the Internet”, adding that “it also includes other significant public policy issues, such as critical Internet resources, the security and safety of the Internet, and developmental aspects and issues pertaining to the use of the Internet”. A definition that fits Web archives very well, if they replace systematically the word “Internet”: indeed, Web archiving practices involve a variety of actors, moved by different motivations; they encompass different and evolving definitions, values, imaginaries of the very notion of Web archiving (e.g. Kaehle, 2014 on the “participatory turn” in archiving the Internet); they suggest different ways in which control and responsibility can be exerted, be it social norms, technical standards or policies.

As such, our contribution aims to show that Web archives and archiving, understood as a socio-technical system, display a number of features and raise questions that are of interest for Internet governance scholars: multi-stakeholderism, the dialectic between national, international, transnational governance(s), and the juxtaposition of market, technology and norms as instruments of power. Web archiving: a microcosm of Internet governance?

References

Callon, M., Lascoumes, P. & Barthe, Y. (2001). Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique, Paris: Seuil.

Kaehle, B. (2014, October 28). “Building Libraries Together

Latour, B. (1987). Science in Action: How to Follow Scientists and Engineers Through Society. Cambridge, MA: Harvard University Press.

Star, S. L. & Griesemer, J. (1989). Institutional Ecology, ‘Translations’ and Boundary Objects: Amateurs and Professionals in Berkeley’s Museum of Vertebrate Zoology, 1907-39. Social Studies of Science, 19 (3) : 387- 420.

The evolving Internet Archive

http://blog.archive.org/2015/04/27/evolving-internet-archive/

http://blog.archive.org/2015/04/27/evolving-internet-archive/

Pour découvrir les motivations et coulisses de la dernière version d’Internet Archive.

 

 

 

 

 

Quelques repères chronologiques sélectionnés par Marguerite Borelli (étudiante à University College of London et actuellement stagiaire Web90) :

1996 : création de l’Internet Archive et débuts de l’archivage du Web

1999 : début de l’archivage de matériaux audiovisuels via un partenariat avec les Prelinger Archives, constituée de films ‘éphémères’ (publicités, films éducatifs ou publiés par des entreprises, ONGs, ou des particuliers (les ‘home movies’).

2000 : début de la collaboration avec la Library of Congress à l’occasion de l’élection présidentielle.

2001 : lancement de la Wayback Machine, l’interface utilisateur qui permet aux internautes de naviguer dans l’archive Web.

2004 : Internet Archive lance le ‘Grateful Dead Internet Archive Project’ (GDIAP), et publie en ligne une archive gratuite des enregistrements du groupe The Grateful Dead par son public pendant ses nombreux concerts.

2004 : Internet Archive développe Petabox, un système sécurisé de sauvegarde de données à faible consommation énergétique avec une capacité d’un Petabyte de données (= 1 million de GB).

2004 : IA commence à numériser et archiver des livres papier (lancement de la page ‘eBooks and Texts’ sur Internet Archive) (maintenant en collaboration avec Open Library,).

2005 : lancement de la page ‘films and videos’ sur Internet Archive

2005 : lancement de la page ‘Audio Archive’ sur Internet Archive

2005 : IA lance en partenariat avec Yahoo ! la Open Content Alliance, une archive numérique internationale (multimédia et textes numérisés multilingues) en accès libre sur l’Internet Archive et à partir du moteur de recherche Yahoo!

2006 : Internet Archive lance Archive-It, un service de management des archives du Web qui aide ses institutions clientes à crawler, construire, cataloguer et préserver leurs collections, dont les contenus sont hébergés et stockés sur les serveurs d’Internet Archive.

Novembre/Décembre 2007 – Mai 2008 : Brewster Kahle reçoit une national-security letter (NSL) du FBI l’ordonnant de fournir le nom, l’adresse et les communications électroniques d’un de ses usagers. IA, l’American Civil Liberties Union et la Electronic Frontier Foundation intentent un procès au FBI pour contester la constitutionnalité de la procédure de confidentialité ainsi que la légalité de la lettre en question. Internet Archive obtient gain de cause en avril 2008.

2008 : lancement du projet de collaboration entre Internet Archive et la NASA, NASA Images, pour faciliter l’accès du public aux collections vidéo, images, et audio de l’agence spatiale. Le site est fermé depuis 2012, mais certaines parties demeurent accessibles via les archives Web d’Internet Archive.

2009 : Internet Archive lance 301works.org, un service d’archivage des URLs raccourcies qui permet de retrouver la page Web originale d’un URL raccourci dans le cas ou celui-ci ne fonctionnerait plus.

2010 : lancement de la page ‘Images’ sur Internet Archive, d’où sont accessibles des images et photos digitales ou digitalisées (collections NASA Images, Metropolitan Museum, Brooklyn Museum, USGS Maps, etc.).

2012 : lancement de la TV News Archive sur IA, qui permet de visualiser en streaming les journaux télévisés américains depuis 2009.

2014 : création de la Internet Archive Software Collection, bibliothèque en ligne de logiciels vintage ou historiques (CD-Roms, logiciels libres, jeux sur PC, etc.).

Cette chronologie s’appuie sur des information émanant du site d’Internet Archive, des blogs de Brewster Kahle et d’Internet Archive, et des sites respectifs des différents projets et organisations impliqués  (Alexa, OpenLibrary, Open Content Alliance ou Electronic Frontier Foundation). 

L’Ogre et la Toile

Dans LE DOSSIER : LE TOURNANT NUMÉRIQUE…, ET APRÈS ? de Socio 4 (2015)

Direction: Michel Wieviorka, et Dana Diminescu

27351100138920LValérie Schafer et Benjamin Thierry,  « L’ogre et la toile. Le rendez-vous de l’histoire et des archives du web »

En dialogue avec les principaux fondements de l’épistémologie historique, cet article examine les enjeux, les attentes et les pratiques que suscite l’irruption des archives du web dans le champ de l’histoire du temps présent. Entre nouveauté des matériaux, héritage disciplinaire et continuité des méthodes, il s’agit de comprendre les redéfinitions à venir du rôle de l’historien.

Le dossier est disponible à http://socio.revues.org

Quand la communication devient patrimoine…

Camille Paloque-Berges, Valérie Schafer, Quand la communication devient patrimoine, Hermès 71, 2015, pp. 255-262
Capture d’écran 2015-05-27 à 14.10.59Si la communication a connu une patrimonialisation en amont du numérique, le patrimoine nativement numérique (ce que les Anglo-Saxons qualifient de Born Digital Heritage) défini par l’Unesco en 2003, semble en élargir les contours, le périmètre, les acteurs, en prenant en compte des formes plus triviales et des composantes plus « ordinaires ». Nous entendons montrer en quoi le XXème siècle a préparé le terrain de cette évolution, symptôme de l’intérêt contemporain grandissant pour l’objet communicationnel.

Entretien avec Meryem Marzouki du 18 mai 2015

Meryem Marzouki revient dans cet entretien avec Camille Paloque-Berges et Valérie Schafer sur la formation des premières associations ayant pour objet l’Internet dans les années 90, en particulier la naissance de l’AUI en 1996 (Association des utilisateurs d’Internet ) puis de l’IRIS (Imaginons un réseau Internet solidaire). Elle analyse  en particulier les enjeux de l’Internet en France dans la décennie 1990 en revenant sur les affaires depuis « l’affaire Gübler », les tentatives de régulation de l’Internet, les différentes approches juridiques et politiques au cours de la période et les premiers pas de la gouvernance du réseaux des réseaux.

En complément voir notamment : Meryem Marzouki, « Nouvelles modalités de la censure : le cas d’Internet en France », Le Temps des médias 2003/1 (n° 1), p. 148-161. DOI 10.3917/tdm.001.0148

Sédallian Valérie, Droits de l’Internet. Réglementations, Responsabilité, Contrats. Ed. Net Press, Collection AUI, 1997, 320 p.

Communiqué de présentation de l’AUI sur Usenet le 14 février 1996.

Site Web de l’AUI au 30 décembre 1996 (Internet Archive, Wayback Machine)

Capture d’écran 2015-05-21 à 15.04.49

Compte-rendu de la journée Attention(s) aux internautes

3702725

Attention(s) aux internautes
Des années 1990 à aujourd’hui. Des pop-up à l’économie de l’attention, du nommage aux profils, de la naissance du Web aux traces post-mortem.

 

Cette journée d’étude a permis, à travers sept interventions et les discussions qu’elles ont engendrées, d’explorer la question de l’attention dans les environnements numériques selon une perspective diachronique et interdisciplinaire. A l’instar de l’ouvrage collectif dirigé par Yves Citton sur L’Economie de l’attention (La Découverte, 2014), il s’agissait de saisir la notion dans sa dimension de « capitalisme attentionnel » mais aussi dans ses dimensions par exemple éthiques (le care, le fait d’être attentionné et pas seulement attentif).

Dans une première intervention intitulée « La construction de l’identité en ligne: enjeux et limites », Michel Marcoccia (Maître de conférences, Equipe Tech-CICO / Université de technologie de Troyes – CNRS) est revenu sur les apports et limites des travaux sur la CMC (Computer Mediated Communication) depuis les années 90 (du célébre dessin « Sur Internet personne ne sait que vous êtes un chien » de Peter Steiner paru dans le New Yorker en 1993 à Life on the Screeen de Shery Turkle en 1995), montrant comment ils ont accordé une place importante à la « construction de l’identité en ligne ». 587006

Il a mis en valeur en trois temps (La question de l’identité en ligne ; De l’internet des masques à l’internet des traces; La construction de l’identité en ligne par des adolescents) et à partir de quelques études de cas (notamment le site ados.fr) la manière dont les échanges en ligne donnent accès à de nombreux indices identitaires et les stratégies de mise en scène de soi, montrant le passage du « Sur Internet personne ne sait … » à « sur Internet vos métadonnées disent … ».

Capture d’écran 2015-05-21 à 10.53.25
Lire la suite

Entretien avec Stéphane Bortzmeyer – 1ère partie

Le 23 avril 2015, Stéphane Botzmeyer était notre premier grand témoin interviewé dans le cadre du projet Web90 (par Camille Paloque-Berges et Valérie Schafer) pour revenir sur sa découverte et son expérience du Web des années 90.

En trois parties, l’entretien revient dans cette première partie sur la découverte par Stéphane Bortzmeyer des réseaux, son expérience à l’Ined et au Cnam, sur les Journées Messageries, etc. De Fnet à Mosaic, en passant par IRC, il nous fait pénétrer les usages des réseaux, de l’Internet et du Web et leurs acteurs dans les années 90, nous explique le fonctionnement et les usages de FTP, l’attribution des noms de domaine ou encore les pratiques d’anonymat et de pseudonymat au cours de la décennie et il revient sur des aspects techniques mais aussi culturels et sociaux de l’Internet et du Web.

La vidéo est sous licence CC BY-SA 3.0.

Entretien avec Stéphane Bortzmeyer 2ème partie

Suite de notre entretien du 23 avril 2015 avec Stéphane Botzmeyer, premier grand témoin interviewé dans le cadre du projet Web90 (par Camille Paloque-Berges et Valérie Schafer).

En trois parties, l’entretien revient dans cette deuxième partie notamment sur les premiers sites Web français dans les années 90, la relation entre le CNAM et l’Internet et le Web, mais aussi sur des sites comme celui de Nicolas Pioch.

Les associations nées avec le développement de l’Internet et du Web comme l’AUI, les offres type Calvacom, ou encore les systèmes « fermés » type Infonie sont également abordés.

La vidéo est sous licence CC BY-SA 3.0.

Entretien avec Stéphane Bortzmeyer, 3ème partie

Last but not least … La fin de la trilogie.

En trois parties, notre entretien du 23 avril 2015 avec Stéphane Bortzmeyer, revient dans cette troisième partie notamment sur les rencontres d’Autrans, l’Isoc France, le monde des télécoms face à l’Internet et au Web, ou encore le discours d’Hourtin de 1997.

La vidéo est sous licence CC BY-SA 3.0.

Méthodologie et outils pour l’analyse d’archives Web

Un échange intéressant sur le plan méthodologique a eu lieu il y a quelques jours sur la liste de l’Association of Internet Researchers (AOIR), relatif à la captation de données dans les archives Web de Internetarchive.org (à travers sa Wayback Machine) – consultable dans les archives de la liste sous le titre de fil de discussion « Using the Archive.org for data capture ». Le voici avec les différentes contributions jusqu’à aujourd’hui :

[Air-L] Using the Archive.org for data capture?   Dan Fielding

Se sont dégagés au cours de cet échange des éléments bibliographiques de référence pour la question, dont quelques uns sont rassemblés ici :

Lire la suite