Big Data, Little Data, No Data

Big Data, Little Data, No Data

Scholarship in the Networked World
By Christine L. Borgman (MIT Press, 2015)

9780262529914

En savoir plus

“Big Data” is on the covers of Science, Nature, the Economist, and Wired magazines, on the front pages of the Wall Street Journal and the New York Times. But despite the media hyperbole, as Christine Borgman points out in this examination of data and scholarly research, having the right data is usually better than having more data; little data can be just as valuable as big data. In many cases, there are no data—because relevant data don’t exist, cannot be found, or are not available. Moreover, data sharing is difficult, incentives to do so are minimal, and data practices vary widely across disciplines.

Borgman, an often-cited authority on scholarly communication, argues that data have no value or meaning in isolation; they exist within a knowledge infrastructure—an ecology of people, practices, technologies, institutions, material objects, and relationships. After laying out the premises of her investigation—six “provocations” meant to inspire discussion about the uses of data in scholarship—Borgman offers case studies of data practices in the sciences, the social sciences, and the humanities, and then considers the implications of her findings for scholarly practice and research policy. To manage and exploit data over the long term, Borgman argues, requires massive investment in knowledge infrastructures; at stake is the future of scholarship.

L’Alerte ou l’enquête

 Comment circulons-nous sur le web ? Comment organisons-nous nos recherches ? Qu’est-ce qui nous arrête et qu’est-ce qui nous fait bifurquer ? Comment agissons-nous face à l’inattendu ou au trop connu ? Internet incite à se promener, à visiter, à se faire curieux, ce dont rend compte le terme de sérendipité. Avec le numérique, les possibilités de consommation culturelle deviennent illimitées. Cet ouvrage analyse les processus qui permettent à l’heureux hasard de se manifester mais aussi, au-delà, les façons dont on butine sur Internet, dont on explore les contenus entre flânerie curieuse, attention flottante, multi-activités ou engagement soutenu. L’auteur étudie ce qu’il appelle un régime exploratoire à travers quatre comportements essentiels de la vie : apprendre, travailler, faire des rencontres et se détendre. Chaque étude de cas rend compte d’une forme de compétences spécifiques liées aux usages d’Internet et à l’exploration curieuse. Certaines de ces compétences sont acquises dans le domaine scolaire, d’autres sont de nature extra-scolaire ou familiale. En filigrane de ces analyses, se dégagent des inégalités nouvelles liées au monde de l’illimité, que cet ouvrage se propose de mettre au jour.

AUREY.indd

Nicolas Auray a apporté une contribution déterminante à la sociologie des médias sociaux et de l’Internet, en particulier à l’analyse des mouvements hackers et de la culture numérique. Il a été Maître de conférences à Télécom ParisTech avant d’être nommé Professeur à l’université de Nice Sophia-Antipolis. Il a récemment coordonné, avec Samira Ouardi, le numéro de la revue Mouvements consacré au Pouvoir et (contre-)pouvoir du numérique (2014) et avec Fréderic Keck celui de la revue Terrain consacré aux virus (2015). Le présent ouvrage paraît à titre posthume.

Dossier RESET 6 : Patrimoine et patrimonialisation numériques

Francesca Musiani et Valérie Schafer (coord.) ainsi que les comités et équipes de RESET (Recherches en sciences sociales sur Internet) sont heureux de vous annoncer la parution du numéro 6 de la revue, dont le dossier est consacré à la thématique : Patrimoine et patrimonialisation numériques.

Que nous disent  le patrimoine numérique et la patrimonialisation du numérique sur le rapport de nos sociétés à leur patrimoine et au numérique ? Que se passe-t-il quand on ne se contente plus de « numériser » la culture mais qu’elle est « d’emblée numérique » ? Quelles sont les conséquences sur le patrimoine, et sur ses usages – sociaux, culturels, politiques, économiques et scientifiques ? 

Disponible en ligne en texte intégral (http://reset.revues.org/770), ce numéro vous invite à découvrir quelques-unes des réponses apportées par les auteurs à ces questionnements, notamment au moyen d’analyses empiriques. 

Sommaire 
 
Francesca Musiani et Valérie Schafer

 

Fannie Valois-Nadeau – Rethinking heritagization through the digitization of familial archives. The case of Léo Gravelle’s website

Enrico Natale- Les médiations numériques du patrimoine. Le cas du centenaire de la Première Guerre mondiale 

Sophie Gobeil – La patrimonialisation numérique des mémoires de l’immigration maghrébine en France dans les années 2000

Camille Paloque-Berges – Vers des lieux de mémoire réticulaires ? Construire un patrimoine de la communication des sciences et des techniques du numérique 

Perspectives

Mélanie Dulong de Rosnay et Andres Guadamuz – Memory Hole or Right to Delist? Implications of the Right to be Forgotten for Web Archiving

Rolf H. Weber et Lennart Chrobak – Legal Implications of Digital Heritagization
Implications juridiques de la patrimonialisation numérique

Introduction au parcours guidé BnF : Le Web des années 1990

© Archives de l'internet - Bibliothèque nationale de France© BnF

L’équipe Web90 est heureuse de vous annoncer la réalisation d’un parcours guidé dans le Web des années 1990 en collaboration avec la BnF. Au fil de 11 thèmes et de la sélection d’une centaine d’archives du Web, remontez le temps et découvrez la variété, la richesse mais aussi les tâtonnements de la Toile du passé.

Web traffic analytics as a historical source

 

Wayback Machine, Internet Archive, https://web.archive.org/web/19980208082551/http://free.polbox.pl/raport7.html

Wayback Machine, Internet Archive, https://web.archive.org/web/19980208082551/http://free.polbox.pl/raport7.html

This is a guest post from Marcin Wilkowski, first published at wilkowski.org. Marcin Wilkowski is a member of the Digital Humanities Laboratory at the University of Warsaw.

Lire ce billet sur le blog Web Archives for Historians de Ian Milligan et Peter Webster.

Designing Publics

9780262035163Contemporary computing technologies have thoroughly embedded themselves in every aspect of modern life—conducting commerce, maintaining and extending our networks of friends, and mobilizing political movements all occur through a growing collection of devices and services designed to keep and hold our attention. Yet what happens when our attention needs to be more local, collective, and focused on our immediate communities? Perhaps more important, how can we imagine and create new technologies with local communities? In Designing Publics, Christopher Le Dantec explores these questions by designing technologies with the urban homeless. Drawing on a case study of the design of a computational infrastructure in a shelter for homeless women and their children, Le Dantec theorizes an alternate vision of design in community contexts.

Focusing on collective action through design, Le Dantec investigates the way design can draw people together on social issues and create and sustain a public. By “designing publics” he refers both to the way publics arise out of design intervention and to the generative action publics take—how they “do design” as they mobilize and act in the world. This double lens offers a new view of how design and a diverse set of design practices circulate in sites of collective action rather than commercial production.

About the Author
Christopher A. Le Dantec is Assistant Professor of Digital Media in the School of Literature, Media, and Communication at Georgia Institute of Technology.

Parution en septembre 2016, MIT Press.

En savoir plus

Interopérabilité culturelle

vol34no1-small300Volume 34/1, 2016 de la revue Communication, coordonné par Laurence Favier, Widad Mustafa El Hadi et Dominique Vinck

 » (…) La notion d’interopérabilité culturelle attire l’attention sur l’imbrication des savoirs dans des contextes sociomatériels, notamment le média de langue et le bagage de références historiques et culturelles partagées au sein d’un collectif, savoirs dont une part majeure reste souvent tacite, ce qui va bien au-delà de ce qu’en définit la norme ISO (IEC TR 20007:2014) sur l’interopérabilité culturelle et linguistique portant sur la définition des symboles, des icônes, des caractères et des glyphes. Plus fondamentalement, l’interopérabilité culturelle renvoie aussi au fait que les autres couches d’interopérabilité, y compris le fait de distinguer des couches d’interopérabilité (Zacklad, 2012), charrient une vision des choses — notamment de l’organisation des connaissances (Hudon et El Hadi, 2010) — et des pratiques, un modèle en partie implicite qui ne constitue pas nécessairement une référence partagée. Ce fait conduit à déplacer parfois radicalement la problématique de l’interopérabilité. »

Lire la suite de la présentation du numéro et découvrir son sommaire

voir notamment

Brigitte Juanals et Jean-Luc Minel, La construction d’un espace patrimonial partagé dans le Web de données ouvert [Texte intégral]