ARCS – Analyse de réseaux pour les sciences sociales

Le groupement de recherche 3771 Analyse de réseaux en SHS a le plaisir de vous annoncer le lancement de la revue à comité de lecture ARCS – Analyse de réseaux pour les sciences sociales / Network analysis for social sciences. Cette revue pluridisciplinaire, consacrée à l’analyse de réseaux en sciences humaines et sociales, publie des articles inédits en français ou en anglais.

Charte éditoriale, composition du comité de rédaction et consignes aux auteur.e.s sont disponibles à l’adresse https://arshs.hypotheses.org/revue-arcs.

Reading the Comments

Joseph M. Beagle, Reading the Comments. Likers, Haters, and Manipulators at the Bottom of the Web, The MIT Press, 2015.

Online comment can be informative or misleading, entertaining or maddening. Haters and manipulators often seem to monopolize the conversation. Some comments are off-topic, or even topic-less. In this book, Joseph Reagle urges us to read the comments. Conversations “on the bottom half of the Internet,” he argues, can tell us much about human nature and social behavior.

Reagle visits communities of Amazon reviewers, fan fiction authors, online learners, scammers, freethinkers, and mean kids. He shows how comment can inform us (through reviews), improve us (through feedback), manipulate us (through fakery), alienate us (through hate), shape us (through social comparison), and perplex us. He finds pre-Internet historical antecedents of online comment in Michelin stars, professional criticism, and the wisdom of crowds. He discusses the techniques of online fakery (distinguishing makers, fakers, and takers), describes the emotional work of receiving and giving feedback, and examines the culture of trolls and haters, bullying, and misogyny. He considers the way comment—a nonstop stream of social quantification and ranking—affects our self-esteem and well-being. And he examines how comment is puzzling—short and asynchronous, these messages can be slap-dash, confusing, amusing, revealing, and weird, shedding context in their passage through the Internet, prompting readers to comment in turn, “WTF?!?”

En savoir plus

Archive Everything

In Archive Everything, Gabriella Giannachi traces the evolution of the archive into the apparatus through which we map the everyday. The archive, traditionally a body of documents or a site for the preservation of documents, changed over the centuries to encompass, often concurrently, a broad but interrelated number of practices not traditionally considered as archival. Archives now consist of not only documents and sites but also artworks, installations, museums, social media platforms, and mediated and mixed reality environments. Giannachi tracks the evolution of these diverse archival practices across the centuries.

Archives today offer a multiplicity of viewing platforms to replay the past, capture the present, and map our presence. Giannachi uses archaeological practices to explore all the layers of the archive, analyzing Lynn Hershman Leeson’s !Women Art Revolution project, a digital archive of feminist artists. She considers the archive as a memory laboratory, with case studies that include visitors’ encounters with archival materials in the Jewish Museum in Berlin. She discusses the importance of participatory archiving, examining the “multimedia roadshow” Digital Diaspora Family Reunion as an example. She explores the use of the archive in works that express the relationship between ourselves and our environment, citing Andy Warhol and Ant Farm, among others. And she looks at the transmission of the archive through the body in performance, bioart, and database artworks, closing with a detailed analysis of Lynn Hershman Leeson’s Infinity Engine

Gabriella Giannachi, Archive Everything. Mapping the Everyday, The MIT Press, 2016.

Les débuts du Web en France à l’IN2P3 (1992)

Daniel Charnay, ingénieur réseaux au CC IN2P3, était invité par Mathieu Vidart à l’émission de France Inter « la Tête au carré », pour parler des débuts du World Wide Web en France et dans le monde. (Ré)écouter l’émission 

Voir également le site de l’IN2P3 et les entretiens croisés de Wojcek Wojcik et Daniel Charnay, Ingénieurs informaticiens au Centre de Calcul IN2P3 qui dès 1992 lancent le premier site Web en France.

Histoires de l’Internet et du Web

Qui a « inventé » Internet ? Qui détient les clés d’Internet ? Quelles sources, quels acteurs mettre en lumière pour composer une histoire de l’Internet et du Web qui rende compte de ses origines, trajectoires, tournants, évolutions, continuités ?
L’émergence d’Arpanet dans les années 1960, puis de l’Internet dix ans plus tard, est le produit d’un processus d’innovation de longue durée et non clos jusqu’à aujourd’hui, marqué par l’enchevêtrement de lignées sociotechniques et de réseaux d’acteurs hétérogènes.
À l’occasion des cinquante ans du lancement du projet Arpanet, des vingt-cinq ans du Web ou encore des vingt ans d’Internet Archive, et à travers une sélection de sources et de textes de recherche, cette anthologie cherche à donner un aperçu de la variété des acteurs, trajectoires, approches, méthodologies et écritures de l’histoire d’Internet et du Web. Organisée en trois parties qui tendent à dessiner une progression chronologique – d’Arpanet à Internet, puis de l’Internet des premiers adoptants à sa prise en considération par le politique et les premiers pas d’une gouvernance élargie, enfin du Web à sa démocratisation dans le grand public au début des années 2000, elle met en dialogue des approches techniques, économiques, sociales, culturelles, politiques, ou encore juridiques et offre une vision élargie d’une histoire qui ne s’écrit pas seulement aux et depuis les Etats-Unis mais connaît aujourd’hui un véritable dynamisme international.

Découvrir ce Living Book (2017) dirigé par Valérie Schafer et Alexandre Serres 

capture-decran-2017-01-05-a-11-38-09

AAC: Software Conference (SIGCIS) at the Computer History Museum

The Computer History Museum in Mountain View, CA. Dzou, 2005 CC BY-SA 3.0

The Computer History Museum in Mountain View, CA.
Dzou, 2005
CC BY-SA 3.0

The Computer History Museum is hosting and co-organizing a special conference of SIGCIS the weekend of March 17-18; this group has become a major forum in the US for historians of computing. In that same week we will also host several private meetings (ACM history committee, IEEE editorial board, etc.), so a lot of key folks in the field will be around and also attend some or all SIGCIS events.

The conference welcomes papers around Web, net, and online history
The deadline is December 30, 2016.

L’impensé numérique

 

Robert P. (dir.), L’impensé numérique, tome 1: Des années 1980 aux réseaux sociaux, Éditions des Archives Contemporaines – Éditions des Archives Contemporaines, 2016.

113964332Présentation: L’informatique se dilue désormais dans le vaste magma du numérique. Un numérique qui irrigue aujourd’hui les moindres replis de notre société, que ce soit dans les domaines professionnels, transactionnels, domestiques ou relationnels. Cette diffusion modifie-t-elle pour autant ce que nous avons appelé en 2012 le mode d’existence idéologique des TIC? Cette dissémination permettrait-elle de sortir de ce que nous avions baptisé alors l’impensé informatique? Il semblerait que non. C’est en tout cas ce que montre ce livre en deux tomes, puisqu’il présente ce que l’on peut désormais appeler un véritable impensé numérique qui travaille à l’acceptation du numérique dans notre société, voire à un apprivoisement des usagers du numérique aux logiques qu’il instaure. Le premier tome de ce travail offre un panorama qui va des années 1980 aux réseaux sociaux. Il teste l’hypothèse de l’impensé sur des « objets » comme la carte d’identité et le passeport informatisés, le bogue de l’an 2000, les rapports officiels, ou les notions-cadres de régulation/dérégulation. Il éclaire également d’un jour nouveau, toujours sous le révélateur de l’impensé, les pratiques du logiciel libre comme celles des réseaux sociaux, celles de Google comme celles du Web 2.0.

Dossier RESET 6 : Patrimoine et patrimonialisation numériques

Francesca Musiani et Valérie Schafer (coord.) ainsi que les comités et équipes de RESET (Recherches en sciences sociales sur Internet) sont heureux de vous annoncer la parution du numéro 6 de la revue, dont le dossier est consacré à la thématique : Patrimoine et patrimonialisation numériques.

Que nous disent  le patrimoine numérique et la patrimonialisation du numérique sur le rapport de nos sociétés à leur patrimoine et au numérique ? Que se passe-t-il quand on ne se contente plus de « numériser » la culture mais qu’elle est « d’emblée numérique » ? Quelles sont les conséquences sur le patrimoine, et sur ses usages – sociaux, culturels, politiques, économiques et scientifiques ? 

Disponible en ligne en texte intégral (http://reset.revues.org/770), ce numéro vous invite à découvrir quelques-unes des réponses apportées par les auteurs à ces questionnements, notamment au moyen d’analyses empiriques. 

Sommaire 
 
Francesca Musiani et Valérie Schafer

 

Fannie Valois-Nadeau – Rethinking heritagization through the digitization of familial archives. The case of Léo Gravelle’s website

Enrico Natale- Les médiations numériques du patrimoine. Le cas du centenaire de la Première Guerre mondiale 

Sophie Gobeil – La patrimonialisation numérique des mémoires de l’immigration maghrébine en France dans les années 2000

Camille Paloque-Berges – Vers des lieux de mémoire réticulaires ? Construire un patrimoine de la communication des sciences et des techniques du numérique 

Perspectives

Mélanie Dulong de Rosnay et Andres Guadamuz – Memory Hole or Right to Delist? Implications of the Right to be Forgotten for Web Archiving

Rolf H. Weber et Lennart Chrobak – Legal Implications of Digital Heritagization
Implications juridiques de la patrimonialisation numérique