Tim Berners-Lee: « Every Web Page is a Computer »

The Guardian publie la vidéo d’une présentation de Tim Berners-Lee, inventeur du Web, à la conférence Every Second Counts en novembre dernier. Cliquez ici pour accéder à l’intégralité de la vidéo ; vous en trouverez ci-dessous un compte-rendu.

Capture d’écran 2014-12-11 à 20.55.19Tim Berners-Lee revient d’abord sur le contexte, les concepts et les innovations techniques qui ont permis de penser et de réaliser le système du Web à la fin des années 1980. Il rappelle l’héritage des théories de Turing, et le fait que l’invention de la programmation informatique ait posé les fondements de la communication des ordinateurs en réseau. Le Web a été rendu possible par la convergence entre l’interconnexion d’Internet, le développement des interfaces graphiques et de l’organisation documentaire hypertextuelle. Son invention, alors considérée comme mineure dans un espace et un temps dédiés à la recherche en physique nucléaire du CERN, a d’abord répondu au besoin de faire communiquer les innombrables systèmes du large parc informatique du centre, afin que les chercheurs puissent mieux échanger et coordonner leurs documents de travail. En ceci, elle s’inscrit dans la recherche pour résoudre l’incompatibilité entre ordinateurs, à la genèse du projet ARPANet et d’Internet.

Il s’arrête ensuite sur les premières années du Web. Le système, adopté d’abord par quelques individus de son entourage, se diffuse, dit-il, par la créativité : de nouveaux contenus sur les pages Web, mais aussi des applications, alors qu’apparaissent les premières versions alternatives du navigateur. Le premier navigateur à succès, Netscape, témoigne de la capacité de son programmeur d’être à l’écoute des besoins des utilisateurs et de leur apporter des solutions, et d’adopter la méthode release early, release often (publier son application le plus tôt possible, et de nouvelles versions avec des corrections fréquemment, prenant notamment en compte le retour des utilisateurs) – qualités que montre Marc Andreessen, son développeur.

Rappelant la compétition avec son premier rival, Gopher (également pionnier des navigateurs hypertextuels pour Internet), il définit sa vision économique du Web. Son succès repose selon lui sur une combinaison de gratuité, de licence permissive, de libre marché, et de coordination volontaire par les standards ouverts (sur ce dernier point, voir l’ouvrage récent de Andrew Russell, Open Standards and the Digital Age
. History, Ideology, and Networks). La possibilité de développer librement, sans besoin d’autorisation, des contenus et applications dans et pour les environnements Web est clef: « it’s just there« . Le pouvoir du Web, dit-il, c’est qu’il y a un ordinateur derrière chaque page Web : à la fois une puissance de réalisation technique et de créativité.

Tim Berners-Lee répond en conclusion aux questions du public sur le Open Data Institute dont il est l’instigateur, sur les rapports entre modèles ouverts et massification du marché numérique, et sur les problématiques de la gouvernance d’Internet, en particulier sa neutralité.

Entretien avec Serge Abiteboul : Au cœur des données

Des bases de données au « data déluge » actuel, Serge Abiteboul se passionne depuis plus de trente ans pour un domaine qui ne cesse d’évoluer et de nous confronter à de nouveaux défis, techniques, mais aussi sociétaux. Il a reçu en 2013 le prix Milner de la Royal Society et vient d’achever le projet Webdam sur la gestion des données, pour lequel il avait été lauréat en 2008 d’une bourse ERC. Membre de l’Académie des Sciences et du Conseil National du Numérique, président du conseil scientifique de la SIF, co-fondateur du blog binaire, Serge Abiteboul, chercheur à Inria, est revenu sur sa carrière, ses recherches et quelques-uns des enjeux que pose aujourd’hui le numérique dans un entretien avec Valérie Schafer, à découvrir dans Technique et Science Informatiques (TSI) et le Bulletin de la SIF.