The Internet Age: Founders to the Future

Des acteurs majeurs de l’histoire d’Internet se sont réunis aujourd’hui au National Museum of American History pour discuter des perspectives futures. La vidéo sera bientôt archivée en ligne (voir ci-dessous l’annonce en anglais pour plus de détails), mais l’on peut déjà relever les réponses des différents acteurs à la question conclusive de l’histoire, Eric Hintz (Lemelson Center) : quels type de documents et archives faut-il préserver pour les historiens de 2030 ?

Lire la suite

Entretien avec Meryem Marzouki du 18 mai 2015

Meryem Marzouki revient dans cet entretien avec Camille Paloque-Berges et Valérie Schafer sur la formation des premières associations ayant pour objet l’Internet dans les années 90, en particulier la naissance de l’AUI en 1996 (Association des utilisateurs d’Internet ) puis de l’IRIS (Imaginons un réseau Internet solidaire). Elle analyse  en particulier les enjeux de l’Internet en France dans la décennie 1990 en revenant sur les affaires depuis « l’affaire Gübler », les tentatives de régulation de l’Internet, les différentes approches juridiques et politiques au cours de la période et les premiers pas de la gouvernance du réseaux des réseaux.

En complément voir notamment : Meryem Marzouki, « Nouvelles modalités de la censure : le cas d’Internet en France », Le Temps des médias 2003/1 (n° 1), p. 148-161. DOI 10.3917/tdm.001.0148

Sédallian Valérie, Droits de l’Internet. Réglementations, Responsabilité, Contrats. Ed. Net Press, Collection AUI, 1997, 320 p.

Communiqué de présentation de l’AUI sur Usenet le 14 février 1996.

Site Web de l’AUI au 30 décembre 1996 (Internet Archive, Wayback Machine)

Capture d’écran 2015-05-21 à 15.04.49

Entretien avec Stéphane Bortzmeyer – 1ère partie

Le 23 avril 2015, Stéphane Botzmeyer était notre premier grand témoin interviewé dans le cadre du projet Web90 (par Camille Paloque-Berges et Valérie Schafer) pour revenir sur sa découverte et son expérience du Web des années 90.

En trois parties, l’entretien revient dans cette première partie sur la découverte par Stéphane Bortzmeyer des réseaux, son expérience à l’Ined et au Cnam, sur les Journées Messageries, etc. De Fnet à Mosaic, en passant par IRC, il nous fait pénétrer les usages des réseaux, de l’Internet et du Web et leurs acteurs dans les années 90, nous explique le fonctionnement et les usages de FTP, l’attribution des noms de domaine ou encore les pratiques d’anonymat et de pseudonymat au cours de la décennie et il revient sur des aspects techniques mais aussi culturels et sociaux de l’Internet et du Web.

La vidéo est sous licence CC BY-SA 3.0.

Entretien avec Stéphane Bortzmeyer 2ème partie

Suite de notre entretien du 23 avril 2015 avec Stéphane Botzmeyer, premier grand témoin interviewé dans le cadre du projet Web90 (par Camille Paloque-Berges et Valérie Schafer).

En trois parties, l’entretien revient dans cette deuxième partie notamment sur les premiers sites Web français dans les années 90, la relation entre le CNAM et l’Internet et le Web, mais aussi sur des sites comme celui de Nicolas Pioch.

Les associations nées avec le développement de l’Internet et du Web comme l’AUI, les offres type Calvacom, ou encore les systèmes « fermés » type Infonie sont également abordés.

 

La vidéo est sous licence CC BY-SA 3.0.

 

Entretien avec Stéphane Bortzmeyer, 3ème partie

Last but not least … La fin de la trilogie.

En trois parties, notre entretien du 23 avril 2015 avec Stéphane Bortzmeyer, revient dans cette troisième partie notamment sur les rencontres d’Autrans, l’Isoc France, le monde des télécoms face à l’Internet et au Web, ou encore le discours d’Hourtin de 1997.

La vidéo est sous licence CC BY-SA 3.0.

The Digital Manifesto Archive

A découvrir sur la plateforme de collections en ligne Omeka.net, le projet « The Digital Manifesto Archive » rassemble et catalogue une série de presque 200 documents relevant du genre et de l’écriture du manifeste, disséminés sur le Web. Les collections se focalisent sur des manifestes traitant de questions culturelles et politiques posées à la vie en ligne : cyberféminisme, cyberpunk, hacktivisme, anthropologie numérique, archéologie des médias, humanités numériques… Mais aussi des entretiens avec des acteurs de la pensée et de la culture numérique, par exemple Geert Lovink.
cyberdada
(capture d’écran d’un élément de la collection Cyberpunk).

Tim Berners-Lee : figure en voie de canonisation

TheGuardian continue sa canonisation de Sir Tim Berners-Lee, inventeur du Web, en publiant dans un reportage web interactif une nouvel entretien – parmi plusieurs autres de figures ayant marqué l’innovation contemporaine. A consulter ici.

hypertext-schema

(Image capturée sur le résumé vidéo de l’entretien publiée sur la page Facebook de TheGuardian).

Tim Berners-Lee: « Every Web Page is a Computer »

The Guardian publie la vidéo d’une présentation de Tim Berners-Lee, inventeur du Web, à la conférence Every Second Counts en novembre dernier. Cliquez ici pour accéder à l’intégralité de la vidéo ; vous en trouverez ci-dessous un compte-rendu.

Capture d’écran 2014-12-11 à 20.55.19Tim Berners-Lee revient d’abord sur le contexte, les concepts et les innovations techniques qui ont permis de penser et de réaliser le système du Web à la fin des années 1980. Il rappelle l’héritage des théories de Turing, et le fait que l’invention de la programmation informatique ait posé les fondements de la communication des ordinateurs en réseau. Le Web a été rendu possible par la convergence entre l’interconnexion d’Internet, le développement des interfaces graphiques et de l’organisation documentaire hypertextuelle. Son invention, alors considérée comme mineure dans un espace et un temps dédiés à la recherche en physique nucléaire du CERN, a d’abord répondu au besoin de faire communiquer les innombrables systèmes du large parc informatique du centre, afin que les chercheurs puissent mieux échanger et coordonner leurs documents de travail. En ceci, elle s’inscrit dans la recherche pour résoudre l’incompatibilité entre ordinateurs, à la genèse du projet ARPANet et d’Internet.

Il s’arrête ensuite sur les premières années du Web. Le système, adopté d’abord par quelques individus de son entourage, se diffuse, dit-il, par la créativité : de nouveaux contenus sur les pages Web, mais aussi des applications, alors qu’apparaissent les premières versions alternatives du navigateur. Le premier navigateur à succès, Netscape, témoigne de la capacité de son programmeur d’être à l’écoute des besoins des utilisateurs et de leur apporter des solutions, et d’adopter la méthode release early, release often (publier son application le plus tôt possible, et de nouvelles versions avec des corrections fréquemment, prenant notamment en compte le retour des utilisateurs) – qualités que montre Marc Andreessen, son développeur.

Rappelant la compétition avec son premier rival, Gopher (également pionnier des navigateurs hypertextuels pour Internet), il définit sa vision économique du Web. Son succès repose selon lui sur une combinaison de gratuité, de licence permissive, de libre marché, et de coordination volontaire par les standards ouverts (sur ce dernier point, voir l’ouvrage récent de Andrew Russell, Open Standards and the Digital Age
. History, Ideology, and Networks). La possibilité de développer librement, sans besoin d’autorisation, des contenus et applications dans et pour les environnements Web est clef: « it’s just there« . Le pouvoir du Web, dit-il, c’est qu’il y a un ordinateur derrière chaque page Web : à la fois une puissance de réalisation technique et de créativité.

Tim Berners-Lee répond en conclusion aux questions du public sur le Open Data Institute dont il est l’instigateur, sur les rapports entre modèles ouverts et massification du marché numérique, et sur les problématiques de la gouvernance d’Internet, en particulier sa neutralité.

Entretien avec Serge Abiteboul : Au cœur des données

Des bases de données au « data déluge » actuel, Serge Abiteboul se passionne depuis plus de trente ans pour un domaine qui ne cesse d’évoluer et de nous confronter à de nouveaux défis, techniques, mais aussi sociétaux. Il a reçu en 2013 le prix Milner de la Royal Society et vient d’achever le projet Webdam sur la gestion des données, pour lequel il avait été lauréat en 2008 d’une bourse ERC. Membre de l’Académie des Sciences et du Conseil National du Numérique, président du conseil scientifique de la SIF, co-fondateur du blog binaire, Serge Abiteboul, chercheur à Inria, est revenu sur sa carrière, ses recherches et quelques-uns des enjeux que pose aujourd’hui le numérique dans un entretien avec Valérie Schafer, à découvrir dans Technique et Science Informatiques (TSI) et le Bulletin de la SIF.