A tester : Hyphe (Medialab)

Hyphe est un outil développé par le Medialab de Sciences Po. Il fournit une méthode instrumentée pour la sélection de sites Web à des fins de création et d’organisation analytique de corpus ; il fournit en sus un moteur de recherche intégré. Une démo est disponible afin de tester sa prise en mains sur une interface Web.
hyphe

Méthodologie et outils pour l’analyse d’archives Web

Un échange intéressant sur le plan méthodologique a eu lieu il y a quelques jours sur la liste de l’Association of Internet Researchers (AOIR), relatif à la captation de données dans les archives Web de Internetarchive.org (à travers sa Wayback Machine) – consultable dans les archives de la liste sous le titre de fil de discussion « Using the Archive.org for data capture ». Le voici avec les différentes contributions jusqu’à aujourd’hui :

[Air-L] Using the Archive.org for data capture?   Dan Fielding

Se sont dégagés au cours de cet échange des éléments bibliographiques de référence pour la question, dont quelques uns sont rassemblés ici :

Lire la suite

The Digital Manifesto Archive

A découvrir sur la plateforme de collections en ligne Omeka.net, le projet « The Digital Manifesto Archive » rassemble et catalogue une série de presque 200 documents relevant du genre et de l’écriture du manifeste, disséminés sur le Web. Les collections se focalisent sur des manifestes traitant de questions culturelles et politiques posées à la vie en ligne : cyberféminisme, cyberpunk, hacktivisme, anthropologie numérique, archéologie des médias, humanités numériques… Mais aussi des entretiens avec des acteurs de la pensée et de la culture numérique, par exemple Geert Lovink.
cyberdada
(capture d’écran d’un élément de la collection Cyberpunk).

Mémoire des navigateurs : la fin d’Internet Explorer

La disparition annoncée du célèbre navigateur Internet Explorer, livré pour la première fois avec Windows 1995, et ayant marqué à l’époque l’entrée de Windows dans l’économie du Web, donne l’occasion aux internautes de se rafraichir la mémoire : en effet, Internet Explorer restera dans l’histoire et le folklore du Web comme l’un des navigateurs avec le plus de bugs (erreurs informatiques). Courrier International commente l’annonce et Topito propose une jolie collection de captures d’écran comme celle ci-dessous.

 

La RFC 1 a 46 ans

Dès 1968, pour réfléchir aux premières spécifications d’ARPANET se met en place un Network Working Group (NWG) autour de Steve Crocker. Celui-ci définit les Request for comments, mode d’échange de documentation et de spécifications techniques ouvert, dédié à la mise au point de normes consensuelles. À ce jour, il y a plus de 7 000 RFCs.

Extraordinaire mémoire du réseau, cet exemple d’ouverture fondé sur la compétence technique, la discussion pair-à-pair, souple et plus flexible que l’univers des organismes de normalisation traditionnels, va à la fois permettre l’adaptabilité du réseau, mais aussi un processus d’intéressement large des acteurs.

Alexandre Serres note dans sa thèse Aux sources d’Internet : l’émergence d’Arpanet (2003,  p. 481):

« L’aspect social et culturel est tout aussi essentiel : dans la lignée de celles du time-sharing, le NWG est l’une de ces premières communautés en ligne, développant les pratiques propres à la ‘culture Internet’. C’est le NWG, notamment, qui symbolise le mieux la culture étudiante au sein des acteurs d’ARPANET, imprégnés des idées libertaires des sixties.

Le quatrième domaine enfin où l’action du NWG peut également apparaître importante est le domaine organisationnel : le NWG est la première véritable ébauche spontanée des futures organisations de l’Internet. Né du réseau ou à partir de lui, le NWG est l’exemple même des comités ad hoc, qui ne cesseront d’accompagner le développement de l’Internet ».

voir également Braman, Sandra (2009), Internet RFCs as social policy: Network design from a regulatory perspective. Proc. Am. Soc. Info. Sci. Tech., 46: 1–29. doi: 10.1002/meet.2009.1450460254

Mémoire sociale et culture numérique

L’ouvrage Re-Collection: Art, New Media, and Social Memory, de Richard Rinehart et Jon Ippolito, recensé par par Julie McWey, propose une réflexion sur les mémoires sociales informelles telles qu’elles se manifestent aujourd’hui au prisme des pratiques quotidiennes des réseaux numériques. Leur expression prend moins une forme patrimoniale traditionnelle (le monument préservé) qu’un patrimoine d’appropriation, de récréation et de réinterprétation des objets culturels – par exemple avec les nouvelles formes d’archivage numérique fondées sur l’émulation de vieux logiciels. McWey étend la réflexion en la mettant en perspective avec l’évolution des musées face aux technologies numériques, qui selon Sheila Brennan sont peu à peu amenés à revoir leur idées sur la pratique et la théorie patrimoniale (exploitation des espaces numériques pour re-exposer les collections, les contextualiser, etc.). A lire sur le blog Digital Public History.

digital-public-history-blog

CfP « Time(s) and temporalities of the Web », December 1-3, 2015, Paris, France

Photo By Benh LIEU SONG (Own work) [GFDL (http://www.gnu.org/copyleft/fdl.html) or CC BY-SA 4.0-3.0-2.5-2.0-1.0 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0-3.0-2.5-2.0-1.0)], via Wikimedia Commons

The concept of real-time, the promise of immediacy and the ever-increasing acceleration of exchanges are recurrent in the foundational discourses about new information and communication technologies. However, they are far from having disposed of time. Instead, the different ways in which we relate to time have multiplied, and structure the contemporary experience of our digital world: “revolutions” in technology follow one another uninterrupted, embedded in a long-term perspective, while the permanence of duplicated data lies behind the ephemeral discussion threads, and the complexity of events remains hidden behind the turmoil of the Net and its socio-digital networks.

This symposium wishes to bring to light and interrogate this variety of time(s) and temporalities, by means of analyses of the Web in its past, present and future dimensions, both individual and collective, social and technical, economic and political. Particular attention will be paid to practices that – from hyperconnectivity to cyber-flânerie, from data flows to Web archives – contribute to make the Internet a new experience of both instant and duration.

Five thematic axes will structure how this interdisciplinary symposium – organized by the team of the ANR Web90 project (http://web90.hypotheses.org) – addresses the temporalities of the Web, those it originates and those in which it participates, both in a diachronic and a future perspective. 

Lire la suite

10 ans de Google Maps sur le Web

Le site <re/code> revient sur les 10 ans de Google Maps et de l’intégration d’outils de géo-cartographie dans les navigateurs Web, dans une perspective d’histoire économique de l’innovation (on y apprend les choix stratégiques de la firme pour transformer des outils difficiles à pratiquer dans le cadre des réseaux Web en une innovation qui fait partie des usages quotidiens des internautes). A lire sur le site de <re/code>.
(L’une des premières versions de Google Maps, limitée à l’Amérique du Nord – image empruntée au site re/code).

Quelques chronologies sur l’histoire du Web et de l’Internet

Par Kozmoz at nl.wikipedia. Later version(s) uploaded by Wilinckx at nl.wikipedia. CC-BY-SA-3.0 de Wikimedia Commons

Key dates, browsers, technologies and ideas in the history of the World Wide Web. Originally compiled by John Allsopp from Web Directions
Timeline of Web browsers – Wikipedia
Histoire de l’Internet – Vincaria
Historique des FAI sur abonnement-adsl.biz

 

Bien sûr ces repères de même que ceux mis à disposition dans Chronologie ne doivent pas nous empêcher de garder à l’esprit cette citation d’Olia Lialina (2007): “To me, what defines the history of web is not just the launch dates of new browsers or services, not just the dot-com bubbles appearing or bursting, but also the appearance of a blinking yellow button that said ‘New!’ or the sudden mass extinction of starry wallpaper” (A Vernacular Web, 2007)

‘Stanford Wayback’ : le premier site Web américain archivé

A l’occasion des 25 ans du Web en octobre 2014, l’université de Stanford a révélé son projet d’archivage des sites Web américains. On peut trouver sur sa « wayback machine » la sauvegarde du premier site Web hors Europe en 1991, celui des physiciens du SLAC, un homologue américain du CERN (où venait de s’inventer le système Web).

Plus d’informations sur le site de SLAC et de Stanford University Libraries.

standford machine

Collections de jeux vidéos pour navigateurs Web

Dans sa grande entreprise de patrimonialisation des matériaux numériques natifs, grâce notamment à l’action de l’Archive Team et de Jason Scott, Internet Archive a ajouté à ses collections historiques de logiciels plus de 2000 jeux vidéos appartenant anciennement aux environnements MS-DOS, mais virtualisés pour pouvoir être joués sur un navigateur Web.

Plus d’information sur le blog de Laughing Squid.

A Vernacular Web – The Indigenous and The Barbarians, Olia Lialina

 

3702695Pour les nostalgiques de Flash, des gifs animés, des fonds étoilés et des messages de bienvenue  sur les sites, ainsi que pour tous ceux qui s’intéressent au Web des années 90, OLIA LIALINA’S talk at the Decade of Web Design Conference à Amsterdam, janvier 2015.

 

Toute l’équipe en profite pour vous souhaiter de bonnes fêtes de fin d’année et un excellent passage en 2015. gif-noel-BhVyMoT2v9