AAC : Le pouvoir des liens faibles, colloque de Cerisy

Cerisy jeudi 28 septembre (19h) – lundi 2 octobre 2017 (18h) – « Le pouvoir des liens faibles », Alexandre Gefen et Sandra Laugier

CC BY 2.0 File:NodeXL Twitter Network Graphs - Occupywallstreet (mentions and replies) (BY).png 17 Novembre 2011

CC BY 2.0
File:NodeXL Twitter Network Graphs – Occupywallstreet (mentions and replies) (BY).png
17 Novembre 2011

La thèse centrale de l’article désormais classique de Mark Granovetter, « La force des liens faibles » (1973) tient à l’opposition entre des « liens forts » (amitié, famille, mariage) et des liens sociaux, à faible charge affective ou officielle, quoique essentiels dans le fonctionnement des structures relationnelles.Écartés de la théorie de l’art, de l’éthique comme des philosophies traditionnelles du sujet, ces liens faibles sont pourtant au cœur des formes contemporaines d’attachement et d’attention : dans l’espace démocratique du commun réouvert par le champ numérique des réseaux sociaux, dans la sphère de la vie culturelle, dans les formes de présence à l’autre (visages, objets, musiques, personnages, improvisations « d’un soir »). Lieux et situations ordinaires mais irremplaçables dans leurs singularités, ils déterminent notre relation aux autres, nos engagements quotidiens comme le flux de nos identités et les inflexions de nos vies – et ce tout autant que les passions de l’âme, les attachements de longue durée, les identifications directes et les affects massifs.Le concept est opératoire du côté de l’anthropologie (Victor W. Turner suggérait de repenser ce qu’il nommait le « pouvoir des faibles ») comme de la politique (lorsqu’elle s’intéresse aux liens sociaux dans l’espace public ou au souci des autres lointains), du côté de l’écologie (si l’on essaie de penser notre lien à l’environnement ou aux animaux), du côté des arts et de la fiction (si l’on pense à l’attachement aux objets et personnages). Il offre des outils nouveaux pour analyser notre relation de projection ou d’affection envers des modèles originaux, et convient à merveille pour décrire bien des aspects et rapports de la vie numérique contemporaine.

Les propositions de contributions (30 lignes accompagnées d’une bio-bibliographie de 5 lignes) sont à faire parvenir à Alexandre Gefen (alexandre.gefen@paris-sorbonne.fr) et Sandra Laugier (sandra.laugier@gmail.com) d’ici le 30 décembre 2016 impérativement.