Interopérabilité culturelle

vol34no1-small300Volume 34/1, 2016 de la revue Communication, coordonné par Laurence Favier, Widad Mustafa El Hadi et Dominique Vinck

 » (…) La notion d’interopérabilité culturelle attire l’attention sur l’imbrication des savoirs dans des contextes sociomatériels, notamment le média de langue et le bagage de références historiques et culturelles partagées au sein d’un collectif, savoirs dont une part majeure reste souvent tacite, ce qui va bien au-delà de ce qu’en définit la norme ISO (IEC TR 20007:2014) sur l’interopérabilité culturelle et linguistique portant sur la définition des symboles, des icônes, des caractères et des glyphes. Plus fondamentalement, l’interopérabilité culturelle renvoie aussi au fait que les autres couches d’interopérabilité, y compris le fait de distinguer des couches d’interopérabilité (Zacklad, 2012), charrient une vision des choses — notamment de l’organisation des connaissances (Hudon et El Hadi, 2010) — et des pratiques, un modèle en partie implicite qui ne constitue pas nécessairement une référence partagée. Ce fait conduit à déplacer parfois radicalement la problématique de l’interopérabilité. »

Lire la suite de la présentation du numéro et découvrir son sommaire

voir notamment

Brigitte Juanals et Jean-Luc Minel, La construction d’un espace patrimonial partagé dans le Web de données ouvert [Texte intégral]