AAC revue Communication: TIC et «architexture» organisationnelle

communication160x75-160x75Revue du département d’information et de communication de l’Université Laval

Numéro thématique coordonné par Florian Hémont (PREFics – Université Rennes 2), Anne Mayère (CERTOP – Université Toulouse 3), Jean-Luc Bouillon (PREFics – Université Rennes 2) et Isabelle Bazet (CERTOP – Université Toulouse 3)

Dans un contexte de numérisation généralisée, force est de constater que les médiations numériques occupent désormais une place prépondérante et qu’elles ne sont pas sans incidences sur la manière dont les échanges et les modalités d’action et d’agir collectifs prennent forme.

Les recherches autour des Technologies Numériques de l’Information et de la Communication nous semblent trop souvent laisser de côté la question même de ces technologies, de la façon dont elles sont conçues pour équiper certaines activités, et dont elles participent à mettre en forme l’agir. Par ailleurs, la référence au numérique conduit souvent à les renvoyer à un espace qui serait de l’ordre du « virtuel », en cela opposé au «réel». De la virtualité à l’immatérialité, il n’y a qu’un pas qui est souvent franchi. Notre projet vise à prendre au sérieux la matérialité de ces technologies : non seulement en ce qu’elles prennent appui sur des objets et réseaux techniques on ne peut plus matériels, et qui requièrent tout un travail souvent invisibilisé de maintenance (Denis et Pontille, 2010 et 2012) ; mais aussi en ce que les applications informatisées qui mettent en forme les «écrits d’écran» et leurs enchainements, leurs articulations possibles ou entravées, configurent les possibilités de l’écriture, de la lecture, et des conversations. Cette matérialité des technologies, nous proposons de l’appréhender dans son rapport à l’organisation et aux processus organisants. Il s’agit ici de se positionner dans une approche non essentialiste de l’organisation, dans la lignée des travaux de Weick (1995), de l’École de Montréal (Taylor et Van Every, 2000 ; Cooren, 2010), et plus largement des recherches relevant de la Communication constitutive des organisations (Putnam et Mumby, 2014). En cela, ce qui fait « organisation » n’est pas établi a priori mais identifié dans les configurations de processus organisants qui lui donnent forme, et qui participent à ses transformations. De même est-il important de retenir un questionnement qui dépasse la seule désignation de la « matérialité » pour spécifier ce qui la constitue, la met en forme, et contribue ainsi à configurer l’agir (Denis, 2015). 
Dans la lignée d’autres travaux sur la matérialité et les processus organisants (Leonardi et al., 2012), nous souhaitons proposer comme fil directeur de ce questionnement une mise en discussion de la notion d’« architexte » développée par Yves Jeanneret et Emmanuel Souchier à la fin des années 1990 (1999) — et régulièrement retravaillée depuis lors (Tardy et Jeanneret, 2014 ; Jeanneret, 2015) — afin d’étudier les « écrits d’écran ». L’architexte est une écriture de l’écriture, qui la pre-scrit. Ces auteurs nomment les « architextes (de archè : origine et commandement), les outils qui permettent de représenter la structure du texte à l’écran et qui, non contents de représenter la structure du texte, en commandent l’exécution et la réalisation. Autrement dit, le texte naît de l’architexte qui en balise l’écriture » (Jeanneret et Souchier, 1999 : 103). En considérant cette écriture en bonne part invisibilisée, qui apparaît « en creux » dans les espaces d’écran dédiés à la lecture, à l’écriture et leurs enchainements, il s’agit notamment d’interroger les actants qui agissent ainsi en coulisses, et les modèles projetés car « situés au commencement et au commandement de l’acte d’écrire, les maîtres de l’architexte détiennent un pouvoir considérable sur la production du texte et par là même sur celle du sens et de l’interprétation » (idem, 1999 : 106).

Dans le cadre de ce dossier, il s’agit d’explorer la dimension heuristique de cette notion et de sa mise au travail. Il s’agit également de la mettre en discussion avec d’autres notions proches, et d’ouvrir le débat du cercle des recherches françaises ou francophones qui la mobilisent pour explorer sa contribution potentielle dans divers questionnements contemporains, allant des infrastructure studies aux travaux caractérisant ce qui équipe les transformations du travail de production d’information et les formes de collaboration.

La dimension heuristique de cette notion sera plus particulièrement envisagée dans sa dimension organisationnelle. Gilbert de Terssac et Isabelle Bazet (2007), ont proposé la notion de « technologie d’organisation » pour explorer la dimension organisante des ERP[1] dans le secteur de l’industrie. De nos jours, l’équipement des organisations en « technologies d’organisation » dépasse largement le domaine de l’industrie (Hémont et Mayère, 2014) pour s’immiscer dans d’autres milieux comme les hôpitaux (Grosjean et Bonneville, 2012 ; Mayère et al., 2012), les débats publics (Mabi, 2014), les universités (Bonneville, 2014). Ainsi, questionner les formes de performativité de ces technologies d’organisation, et plus particulièrement de leur architexte, sur les formes d’organisation des agir collectifs nous semble d’un intérêt particulièrement actuel ; en retour il convient d’interroger la façon dont des organisations contribuent à produire des « architextes ».

La sociologie des usages des technologies de l’information et de la communication n’a eu de cesse d’insister sur le fait que les pratiques des dispositifs techniques devaient être appréhendées dans ce qu’elles ont de situé, d’émergent. Sans souscrire à un déterminisme technologique ou social, il importe de questionner le prêt-à-organiser par le prêt-à-écrire qui est ainsi inscrit dans les équipements numériques, et régulièrement retravaillé à l’épreuve des pratiques et des changements organisationnels. Il s’agit d’explorer la façon dont un dispositif technique est le fruit d’inscriptions, et ainsi de pre-scriptions (Akrich, 1991) de formes d’écrire et de lire, et de pre-scriptions d’agir, individuels et collectifs. En cela il est question ici de dispositifs qui proposent des formes de dynamiques sociales, locales ou plus globales.

Explorer la notion d’« architexte » permet de préciser les dynamiques à l’œuvre et ainsi d’approfondir et prolonger les réflexions sur les tensions technologie – organisation. Car si les TIC ou les TNIC proposent des schèmes interprétatifs et actionnels (Verbeek, 2006), elles sont aussi porteuses de formes d’échanges et d’organisations du social, de l’activité. C’est ici que se situe notre intérêt pour cette notion, en ce qu’elle invite à lier ce qui relève d’un rapport sémio-pragmatique à l’objet technique, à une dimension politique entendue au sens large de choix, de catégorisations, de visions du social, de l’organisation, d’ordonnation symbolique.

Ainsi, examiner la dimension organisationnelle de l’agir par les « architextes », c’est adopter une position médiane qui offre la possibilité de mettre en regard pratiques et pre-scriptions de modalités d’agir. Il nous semble que cette perspective fait tout l’intérêt de mettre au jour les enjeux[2] politiques afférents aux mises en forme et en pratique des TIC/TNIC.

Nous aimerions ainsi, dans le cadre de ce numéro, dresser un panorama des recherches actuelles qui mettent au travail cette notion, ou qui présentent des proximités avec les questions qu’elle permet d’aborder. Avec une focale plus particulière sur la manière dont les technologies équipent les modalités d’activité collective, il s’agira de reconsidérer la question du pouvoir, des technologies, de l’action et de l’organisation à partir de cette notion.

Références bibliographiques

AKRICH, M. (1991), « L’analyse socio-technique », dans D. VINCK (dir.), La gestion de la recherche, Bruxelles, De Boeck, p. 339-353.

BONNEVILLE, L. (2014), « Les pressions vécues et décrites par des professeurs d’une université canadienne », Questions de communication, 26 : 197-218.

BONNEVILLE, L. et S. GROSJEAN (2012), « Pourquoi faut-il sortir de la parole instrumentalisée en milieu de travail ? », Communication, 30(2) : 2-21.

COOREN, F. (2010), « Le cahier des charges d’un (méta)-modèle constitutif de la communication : une proposition », Revue Internationale Communication Sociale et Publique, n°3-4 : 103-122.

DENIS, J. (2015), Le travail invisible de l’écrit. Enquête dans les coulisses de la société de l’information, Thèse d’habilitation à diriger des recherches, garant Franck COCHOY, Université de Toulouse.

DENIS, J. et D. PONTILLE (2010), « Performativité de l’écrit et travail de maintenance », Réseaux, 163(5) : 105-130.

DENIS, J. et D. PONTILLE (2012), « Travailleurs de l’écrit, matières de l’information », Revue d’anthropologie des connaissances, 6(1) : 1-20.

HÉMONT, F. et A. MAYÈRE (2014), « Pour une lecture communicationnelle du travail d’équipement des sous-traitants : le cas du 5S dans l’aéronautique », Études de communication. langages, information, médiations, 42 : 127-148.

JEANNERET, Y. (2015), Critiques de la trivialité. Les médiations de la communication, enjeu de pouvoir, Paris éditions non standard.

JEANNERET, Y. et E. SOUCHIER (1999), « Pour une poétique de <l’écrit d’écran> ». Le multimédia en recherche, Xoana. Images et sciences sociales, 6 : 97-107.

LEONARDI, P. M., B. A. NARDI et J. KALLINIKOS (2012), Materiality and Organizing: Social Interaction in a Technological World, Oxford, OUP Oxford.

MABI, C. (2014), Le débat CNDP et ses publics à l’épreuve du numérique. Entre espoirs d’inclusion et contournement de la critique sociale, Thèse de doctorat, sous la direction de Laurence MONNOYER SMITH, Université de Technologie de Compiègne.

MAYÈRE, A., I. BAZET et A. ROUX (2012), « <Zéro papier> et <pense‑bêtes> à l’aune de l’informatisation du dossier de soins, Revue d’anthropologie des connaissances, 6(1) : 115-139.

PUTNAM, L. L. et D. K. MUMBY (dir.) (2014), The SAGE Handbook of the Organizational Communication: Advances in Theory, Research and Methods, 3e éd., Los Angeles (CA), Sage publication.

TARDY, C. et Y. JEANNERET (dir.) (2014), L’écriture des médias informatisés. Espaces de pratiques, Paris, éd. Lavoisier, Coll. « Hermès Science ».

TAYLOR, R. J. et E. J. VAN EVERY (2011), The Emergent Organization. Communication as Its Site and Surface, Athènes, LEA Publishers.

DE TERSSAC, G. et I. BAZET (2007), « Les TIC-TAC de la rationalisation : un travail d’organisation ? », dans G. DE TERSSAC, I. BAZET et L. RAPP (dir.), La rationalisation dans les entreprises par les technologies coopératives, Toulouse, Octarès, p. 7-27.

VERBEEK, P.-P. (2006), « Materializing morality: Design ethics and technological mediation », Science, Technology et Human Values, 31(3) : 361-380.

WEICK, K. E. (1995), Sensemaking in Organizations, Londres, Sage Publications, Inc.

Soumission d’une proposition d’article

Les propositions d’article doivent compter entre 1 200 à 1 500 mots (bibliographie non comprise). Elles présenteront le titre, la problématique, la méthodologie et la base empirique utilisées et les principaux résultats qui seront développés.

La proposition doit être anonyme. L’auteur indiquera ses nom, institution d’appartenance et coordonnées directement dans le courriel.

Merci d’envoyer vos propositions par courrier électronique aux quatre coordinateurs :

anne.mayere@iut-tlse3.fr

florian.hemont@univ-rennes2.fr

jean-luc.bouillon@univ-rennes2.fr

isabelle.bazet@iut-tarbes.fr

La réception de chaque proposition donnera lieu à un accusé de réception par courriel.

Calendrier

8 février 2016. Date limite d’envoi des propositions d’articles. Les propositions seront évaluées par le comité scientifique en regard de leur pertinence pour le dossier thématique et de leur qualité scientifique.

7 mars 2016. Notification d’acceptation ou de refus

6 juin 2016. Envoi des articles complets directement à la revue Communication revue.communication@com.ulaval.ca. La longueur de l’article final, si la proposition est retenue, sera de 40 000 à 60 000 signes, espaces non compris (ceci inclut les notes mais exclut la bibliographie).

Chaque article sera évalué en double aveugle par un comité de lecture indépendant. Le comité de coordination en consultation avec l’équipe éditoriale de la revue Communication décidera, à la lumière des évaluations, de l’acceptation en l’état, de la demande de modifications ou du rejet.

5 septembre 2016. Retour aux auteurs sur l’article,

7 novembre 2016. Remise de la nouvelle version de l’article directement à la revue Communication revue.communication@com.ulaval.ca. Le comité de coordination vérifiera si les modifications apportées répondent aux recommandations du comité de lecture indépendant.

12 décembre 2016. Retour aux auteurs sur la nouvelle version.

Printemps 2017. Publication.

Comité scientifique

Valérie CARAYOL, Franck COCHOY, François COOREN, Dominique COTTE, Jérôme DENIS, Michel DURAMPART, Sylvie GROSJEAN, Yves JEANNERET, Alexandre MALLARD, Sylvie PARINI ALEMANNO

[1] Enterprise Resource Planning ou en français « progiciel de gestion intégré » : un ERP est un progiciel à large couverture fonctionnelle, visant à intégrer l’ensemble des productions d’informations d’une organisation. Il est fondé sur des bases de données unifiées, des outils de recoupement de données et de workflow (Grabot et al., 2008) de modalités d’agir. Il nous semble que cette perspective fait tout l’intérêt de mettre au jour les enjeux politiques afférents aux mises en forme et en pratique des TIC/TNIC.

[2] Au sens de mise en jeux et de enjeux.