Quelques notes sur l’ère du Paléo-Digital (Bnf, 6 mai 2015)

La rencontre L’ère du Paléo-Digital, organisée par Christophe Bruno, Chrystelle Desbordes et Emmanuel Guez, sur une invitation de Marie Saladin (Bnf), mêlait artistes, enseignants-chercheurs et archivistes, réflexions théoriques et méthodologiques, démonstrations et installations autour de l’art numérique et des relations entre art, archéologie et numérique.

Comment conserver l’art numérique? Et les matériels qui le voient naître? Faut-il un traitement au cas par cas des oeuvres d’art numériques ou peut-on mettre en place des dispositifs systématiques de conservation ? Telles étaient quelques-unes des questions soulevées en ouverture, avant la présentation de Christophe Bruno.

Unknown

Celui-ci, organisateur des deux rencontres précédentes (en 2012 sur le détournement et le hack puis sur la cartographie de l’invisible en partenariat avec la Gaîté Lyrique), a rappelé les nombreuses ramifications de l’histoire des médias, la manière dont elle réinterroge la relation entre analogique et numérique, entre ancien et nouveau, entre vagues rapides et obsolescence, ainsi que la place que le bug peut occuper dans cette analyse, comme trace de la frontière entre couches analogiques et digitales.

41Yvq6-fOJL._SL500_SR65,100_

Interrogeant le courant post-Internet, mouvance artistique diffuse depuis 2010 qui, à l’instar du projet Image Object, propose des aller-retour entre analogique et digital, il s’est aussi intéressé à la mort des oeuvres numériques: faut-il leur appliquer un acharnement thérapeutique ou accepter leur disfonctionnement ultime?

Emmanuel Guez a ensuite présenté les fondements de l’art média-archéologique, en s’appuyant à la fois sur l’historiographie et sur son expérience et les ambitions de l’équipe PAMAL de l’Ecole Supérieure d’Art d’Avignon.

media-archaeologyimages

Il a notamment poursuivi la réflexion de Christophe Bruno sur la mort des médias numériques, prenant pour exemple l’Angelino d’Albertine Meunier (2009), oeuvre dans laquelle le mouvement de la danseuse est lié à celui du flux de twitter. A deux reprises avec le changement d’API de twitter l’Angelino a cessé de fonctionner.

Outre les problèmes de conservation des oeuvres qui dépendent d’un environnement numérique, les répercussions sont aussi importantes pour le marché, les collectionneurs pouvant hésiter à acquérir des oeuvres « mortelles ».

Après avoir présenté une typologie des modes d’intervention/préservation des oeuvres numériques (conservation préventive ; réseau de médias variables ; documentation ; préservation par la communauté) Emmanuel Guez a interrogé la place des matérialités dans ces enjeux, en les intégrant dans l’historiographie de l’archéologie des médias. Ainsi a-t-il présenté la pensée de Friedrich Kittler, de Jussi Parikka ou encore de Wolfgang Ernst, ainsi que quelques oeuvres comme celle du Collectif Dardex qui démonte des tours dans Gold Revolution (2015), ou le collectif Project Singe (voir notamment leur pièce Logfordata).

image_mini

258px-Kittler_Friedrich_Gramophone_Film_Typewriter

 

 

 

 

 

 

 

 

Il a également présenté  l’équipe PAMAL et son approche de l’archéologie des médias, qui prend en compte les écosystèmes médiatiques. Il a évoqué le travail de l’équipe sur l’oeuvre d’Eduardo Kac basée en 1985/1986 sur des Minitels. Une carte Arduino connectée à un ordinateur permet de simuler le signal du serveur télécom et de faire vivre l’oeuvre, malgré l’arrêt du réseau Transpac en 2012. Il est également revenu sur le travail mené par PAMAL autour du bug comme signe d’une subjectivité machinique, avant que Lionel Broye ne présente, au cours d’un dialogue avec l’archéologue Dominique Allios, un cas d’étude mené par l’équipe à Avignon. Il s’agit de la préservation de DOEK, qu’il a détaillée depuis la récupération des 150 pages de codes imprimées jusqu’à la réalisation des trois versions de DOEK (sur amiga, sur PC par émulation et sur le Web), en passant par les heures passées à essayer de numériser le code, la réalisation de la documentation ou encore l’enjeu de l’open source pour l’oeuvre. Un voyage passionnant au coeur de l’archéologie des médias qui s’est poursuivi sur deux journées.